Le maître-chocolatier Pierre Marcolini coupe les liens avec Nestlé

Le maître-chocolatier Pierre Marcolini coupe les liens avec Nestlé

Après une collaboration de plus de 4 ans, le chocolatier belge Pierre Marcolini,  avec l’aide de trois actionnaires,  rachète la participation de 27% du groupe suisse Nestlé. Ainsi les chocolats de luxe Marcolini sont à nouveau 100% en mains belges.

Accord gagnant-gagnant avec Nestlé

En 2007 le géant de l’alimentation suisse entrait dans le capital du chocolatier bruxellois, qui malgré une solide réputation périclitait. Nestlé promet le lancement de  la formule à l’étranger , ainsi qu’un soutien professionnel, à condition que Pierre Marcolini crée pour Nestlé une gamme de chocolats de luxe sous le nom Nespresso.


La collaboration fut fructueuse :  au terme de l’exercice clos le 30 juin 2011 le chiffre d’affaires a atteint les 12 millions d’euros, versus 7,4 millions un an plus tôt. Pour la première depuis longtemps l’entreprise réalise un bénéfice d’exploitation (Ebitda) positif.


A nouveau 100% belge    

L’équilibre financier étant quasiment rétabli et la croissance amorcée, Pierre Marcoloni et ses actionnaires (François Schwennicke, actionnaire de Delvaux, Laurent Levaux, CEO d’Aviapartners et Olivier Coune, CEO de Marcolini) ont néanmoins décidé de reprendre la barre. «Quand nous avons commencé à nous développer à l’international, nous nous sommes rendus compte que disposer d’une marque 100 % belge constituait un plus», explique le maître-chocolatier.


Aujourd’hui Pierre Marcolini possède 25 magasins de par le monde, dont 8 en Belgique. L’entreprise compte quelques 110 employés dans notre pays. Après avoir séduit les Japonais avec ses pralines de luxe, le chocolatier belge continue sa conquête dans le reste de l’Asie. Récemment une boutique a ouvert ses portes à Taipei, mais Marcolini vise également la Chine.


A l’avenir Pierre Marcolini restera impliqué chez Nestlé en tant que consultant pour des projets spéciaux .

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Images hallucinantes ? Une seule adresse !

15/12/2017

Jef Colruyt est un modèle de sérénité imperturbable et le jambon pata negra est le bitcoin de la charcuterie. Deux conclusions instructives parmi d’autres, à découvrir dans votre rubrique FMCG hebdomadaire, assaisonnée par RetailDetail Food !

RetailDetail Food #26 staat online

15/12/2017

Les représentants commerciaux sont-ils encore les bienvenus chez les retailers ? Le point sur cette question, avec des réponses très divergentes,  dans ce 26ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé pour les exploitants de supermarchés.

Analyse : Comment Colruyt Group s’arme-t-il  contre une éventuelle guerre des prix ?

14/12/2017

Malgré des marges en baisse, Colruyt ne renoncera pas à sa garantie du meilleur prix : afin de financer une éventuelle guerre des prix le retailer mise sur l’automatisation, le gain de productivité et des magasins de format un peu plus réduit.

Carrefour continue de perdre des parts de marché en France

13/12/2017

Alexandre Bompard, CEO de Carrefour, est confronté à un énorme défi. C’est ce que confirment une fois de plus les derniers chiffres de Kantar Worldpanel, selon lesquels le groupe serait le plus grand perdant en termes de parts de marché en France.

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

13/12/2017

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

AB InBev : 70 emplois supprimés au siège principal de Louvain

12/12/2017

Suite à la décision de déménager son service mondial d’achats vers la Suisse, où était déjà basé le service d’achats de SABMiller, le brasseur AB InBev supprimera 70 emplois au siège principal de Louvain.

Back to top