Le maître-mot de la semaine : bonus d’intégration

Le maître-mot de la semaine : bonus d’intégration

Cette semaine, une fois de plus, l’univers food nous a offert un spectacle passionnant avec Ahold Delhaize dans le rôle du scorpion et les fabricants comme grenouilles coassantes. Pour comprendre, lisez la suite.

Aller et retour France

Cette semaine nous vous faisions part notamment des solides performances de Henkel, des adieux du CEO de la brasserie Palm et du comportement exemplaire de Colruyt Group, qui recycle 82% de ses déchets. Qui fait mieux?


Nous apprenions également que les consommateurs belges ne semblent pas si satisfaits de l’offre de leur supermarché : de fait, ils se pressent massivement au-delà de la frontière pour aller faire leurs courses chez les concurrents français, parce que meilleur marché. 100 millions d’euros de chiffre d’affaires s’échapperait ainsi vers la France, et ce en particulier vers un seul supermarché dans la petite ville transfrontalière de Roncq.  Une aubaine à saisir pour les Français, qui dès lors ont entamé la construction d’un grand retail park juste à côté, pour appâter encore plus de shoppers belges.


Taxes santé

L’une des raisons des différences de prix avec la France est l’accumulation de taxes sur l’alimentation dans notre pays, dixit l’industrie alimentaire. Pourtant les Français ont, eux aussi, une taxe sur les sodas. Quoi qu’il en soit les taxes santé semblent avoir un certain effet, même s’il n’a pas encore été démontré qu’elles contribuaient à l’amélioration de la santé publique.


En tout cas le supermarché bio Färm à Bruxelles se préoccupe de notre santé et a ouvert un restaurant servant des plats sains. Quant à savoir si la santé est un souci majeur chez Be Burger, spécialiste du hamburger haut de gamme, nous l’ignorons, mais une chose est sûre la chaîne nourrit de hautes ambitions : 40 établissements d’ici 2020. Un sérieux investissement, qui sera en grande partie financé par du capital venant de … France. De quoi rétablir un peu l’équilibre, n’est-ce pas ?

 

Avec effet rétroactif

Albert Heijn annonçait son intention de se concentrer davantage sur les concepts de proximité. La chaîne souhaite également renforcer sa part de marché online ; projet qui ne semble pas plaire aux franchisés néerlandais d’AH,  qui estiment qu’ils perdraient ainsi une partie du chiffre d’affaires  auquel ils ont droit. Un procès pourrait s’ensuivre.


Mais surtout nous avons eu cette semaine des précisions quant aux discussions menées par Ahold Delhaize à Breda avec ses grands fournisseurs de marques A. Enfin, plutôt des discussions à sens unique :  selon certains informateurs (anonymes), il s’agissait d’une sorte de communiqué gouvernemental. L’entité fusionnée exige une prime d’intégration et réclame de nouvelles conditions d’achat, avec effet rétroactif.

 

Un message qui fut précédé par un webcast avec dans les rôles principaux Wouter Kolk et Denis Knoops. Nous n’avons pas pu les rencontrer, mais nous pouvons nous imaginer qu’il a été question de collaboration harmonieuse, de croissance commune, d’opportunités à saisir, de meilleur service au consommateur grâce au partenariat ,…et ensuite ils sortent leurs griffes.

 

Le scorpion et la grenouille

Ces négociations entre retailers et fabricants ne vous rappellent-elles pas la fable du scorpion et de la grenouille ? Le scorpion demande à la grenouille de le porter sur son dos pour traverser la rivière. « Non », répond la grenouille, « car tu vas me piquer pour me tuer. » Le scorpion réplique : « Non, car si je te pique, je sombre avec toi. » La grenouille cède et prend le scorpion sur son dos. Mais à mi-chemin le scorpion la pique mortellement. « Pourquoi ? », demande la grenouille agonisante. Ce à quoi le scorpion répond, avant de se noyer : « C’est ma nature. Je suis un scorpion, c’est plus fort que moi … »


Nous n’insinuons rien, bien évidemment. Passez un bon weekend ‘prolongé’ et à la semaine prochaine !