Le Pain Quotidien n’a pas cédé aux avances de Starbucks

Le Pain Quotidien n’a pas cédé aux avances de Starbucks

Le Pain Quotidien a refusé une proposition de reprise du groupe de bars à café Starbucks. La chaîne de boulangeries artisanales a préféré préserver son concept  et assurer son expansion par ses propres moyens.

La clé de la croissance

Starbucks considérait Le Pain Quotidien comme la clé de l’augmentation de son chiffre d’affaires, explique le CEO de la chaîne de boulangeries Vincent Herbert dans une interview accordée au journal De Tijd. Si le consommateur, en plus de sa tasse de café, mangeait également un bout chez Starbucks, cela rapporterait davantage.


Cependant les actionnaires du Pain Quotidien ont choisi de développer l’entreprise par leurs propres moyens, plutôt que d’opter pour l’argent facile et l’intégration dans un groupe, tel que Starbucks.


Croissance indépendante

Alain Coumont, fondateur de l’enseigne Le Pain Quotidien, a ouvert son premier établissement à Bruxelles il y a 20 ans. Il lance un concept original, avec une énorme table commune, où le client peut déguster un déjeuner, un lunch ou tout simplement goûter les produits. Outre les pains bio, dont le fameux pain au levain, la boulangerie propose également des viennoiseries, des pâtisseries et des salades.


Au fil des années Le Pain Quotidien s’est développé jusqu’à devenir une chaîne comptant 210 magasins dans 17 pays. Pourtant l’entreprise veille à ne pas croître trop rapidement, car elle veut préserver son concept d’origine. Néanmoins l’enseigne envisage de nouveaux points de vente à Chicago, ainsi qu’une première incursion en Asie en 2015.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Tags: