Le personnel de Delhaize choqué par les mesures de la direction

Le personnel de Delhaize choqué par les mesures de la direction

Le personnel de Delhaize est sous le choc, après que le distributeur ait annoncé son intention de  fermer 14 magasins et de supprimer 2.500 emplois. Les mesures s’avèrent bien plus sévères que prévu. Sur divers sites Delhaize le personnel s’est mis en grève.

Une réorganisation plus sévère que prévu

« Certains syndicats craignent un ‘scénario Carrefour’, la perte probable de plus de 1.000 jobs belges sur les 16.000 », écrivait encore le journal De Tijd ce mercredi matin. A présent la réalité s’avère pire encore pour les employés de la chaîne : 14 magasins non-rentables en gestion propre fermeront leurs portes et 2.500 emplois passeront à la trappe.


Ces mesures touchent non seulement le personnel des magasins concernés par la fermeture, mais également les services de soutien. Par ailleurs ceux qui resteront en service, devront faire des concessions.   


Les syndicats ne s’attendaient pas à une telle raclée. « C’est un coup en pleine figure », déplore Veerle Verleyen du syndicat chrétien LBC. « Il est déloyal de solutionner les problèmes sur le dos des employés. Nous avions dénoncé depuis longtemps les problèmes qui se posent. » Les syndicats parlent de football panique. « Cela n’attirera pas les clients vers les magasins », soulignent-ils.


Grève du personnel

Après l’annonce du plan de transformation, le personnel de divers magasins  s’est spontanément mis en grève ; non seulement dans les points de vente menacés de fermeture, mais également dans d’autres supermarchés de la chaîne, notamment dans ses vingt magasins bruxellois.

 

Toute cette situation n’a pas manqué de susciter des critiques acerbes concernant les primes de départ accordées à certains membres du haut management. Ainsi l’ancien CEO Pierre-Olivier Beckers a touché le coquette  somme de 7,7 millions d’euros, alors que le CEO de la branche Delhaize Amérique a empoché 2,8 millions d’euros. Quant à Stéfan Descheemaker, responsable des activités européennes, il dû se contenter de 900.000 euros.


Dans les semaines à venir des négociations auront lieu afin de mettre en place un plan social pour les employés touchés. Le premier ministre Elio Di Rupo a déjà laissé entendre que le gouvernement veillerait à ce que la législation sociale et les droits des employés soient entièrement respectés.

Prochainement le premier ministre et la ministre du travail Monica De Coninck, s’entretiendront avec les syndicats. « Après quoi le gouvernement fédéral examinera les démarches à entreprendre avec les gouvernements flamands, wallons et bruxellois en vue de soutenir tous les travailleurs concernés », déclare Di Rupo.


La direction évoque la dure réalité

Malgré tout la direction, sous les commandes du nouveau CEO de Delhaize Belgique Denis Knoops, continue de défendre son plan de transformation. Suite au changement de comportement du consommateur qui est devenu bien plus attentif aux prix, Delhaize se retrouve actuellement dans une position moins favorable. La rentabilité des magasins en gestion propre a chuté de 78% ces trois dernières années, alors que pour l’ensemble des magasins Delhaize en Belgique ce recul se limite à 30%. Ce qui signifie donc que les magasins gérés par des indépendants ont mieux résisté.

 

Le management évoque  notamment le niveau de rémunération du personnel. Les salaires sont plus élevés dans les magasins en gestion propre par rapport à ceux pratiqués dans les magasins exploités par des indépendants. Par ailleurs chez Delhaize, les pauses sont rémunérées, ce qui signifie donc que sur une semaine de 36 heures le personnel ne travaille que 33,5 heures. Le handicap de coûts de Delhaize  par rapport à ses concurrents se situe entre 15 à 33%.


Dès lors une solution possible pour certains magasins serait de les faire exploiter par des entrepreneurs indépendants, ce qui permettrait par la même occasion de sauver une partie des emplois menacés.


Les investisseurs réagissent de manière positive

Mais il n’y a pas que des mécontents, les investisseurs ont réagi de manière positive : l’action Delhaize a grimpé d’environ 1% à la bourse de Bruxelles. Le titre Colruyt est en légère baisse, ce qui laisse à penser que le discounter de Hal doit lui aussi faire face à un marché difficile.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Une question d’indigestion

17/11/2017

Dans certains quartiers généraux la tension monte a vue d’œil, mais pour les gourmets la semaine s’est plutôt bien déroulée. Vous avez raté quelque chose ? Voici le résumé hebdomadaire joyeusement gratiné de RetailDetail Food !

« De gardienne d’enfants à commerçante »

17/11/2017

Marieke Vermeire exploite le Carrefour Express de la Luikersteenweg à Hasselt aux côtés de son mari. « Le hasard a voulu que Carrefour recherche des franchisés pour exploiter ce magasin juste au moment où nous envisagions de nous lancer. »

RetailDetail Food #25 est disponible en ligne

17/11/2017

Comment les commerçants gèrent-ils les clients agressifs en magasin ? Voilà l’un des thèmes abordés dans le 25ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé des exploitants de supermarchés.

Le CEO d’Alpro, Bernard Deryckere, démissionne

16/11/2017

Bernard Deryckere, l’architecte du succès international de l’entreprise de produits laitiers belge Alpro, démissionne après 16 années passées au sein de l’entreprise. Des différends avec le nouveau propriétaire Danone seraient à l’origine de ce départ.

Tesco obtient le feu vert pour « la fusion de l’année » avec Booker

15/11/2017

Ça bouge dans le retail au Royaume-Uni : après l’absorbation de Nisa par Co-op, le leader du marché Tesco va lui aussi augmenter sa part de marché en rachetant le grossiste Booker pour la modique somme de 4,52 milliards d’euros !

L’Inde, terre promise pour les pommes et les poires belges

14/11/2017

Les fruiticulteurs belges s’en vont conquérir l’Inde : pour l’instant ce pays est déjà le principal marché d’exportation hors Europe pour les pommes belges et les poires belges y sont également fortement promues. 

Back to top