Le plan futur de Lunch Garden approuvé de justesse | RetailDetail

Le plan futur de Lunch Garden approuvé de justesse

Le plan futur de Lunch Garden approuvé de justesse

A l’issue d’un référendum, 53% des membres du personnel de la chaîne de restauration Lunch Garden ont approuvé le plan futur de la direction. Toutefois cette faible majorité prouve que le personnel accepte le projet à contrecœur.

Approbation de justesse

« La direction de Lunch Garden se félicite que lors du référendum les employés de l’entreprise aient opté pour le plan futur. Cela permettra à Lunch Garden d’être à nouveau compétitif et de servir au mieux ses clients. L’objectif est d’implémenter ce plan aussi vite que possible dans les semaines à venir, en collaboration avec les syndicats », indique la direction de Lunch Garden dans un bref communiqué de presse.


Toutefois l’heure n’est pas à l’euphorie. « Le plan a été approuvé par une très faible majorité du personnel », précise le secrétaire syndical Rudi Schwartz de l’ACV à Belga. « Sur le terrain nous nous attendons donc encore à des réactions émotionnelles, mais l’ACV respectera le référendum et collaborera à l’élaboration du plan. »


Pas de licenciements vs. plus de flexibilité et concessions salariales

Grâce à ce plan d’avenir – le même plan qui le 19 avril avait entraîné une grève de 24 heures –, la direction espère renforcer la compétitivité de la chaîne de restauration. Le plan comprend notamment une extension des horaires d’ouvertures (jusqu’à 22 h), une modification dans la communication des horaires de travail (2 semaines à l’avance au lieu de 4 semaines) et un nouveau système de flexibilité.


En outre quelque 150 employés bénéficiant d’une certaine ancienneté, ont dû accepter un aménagement de salaire. Ils perdront le supplément pour les heures prestées après 18 h, un avantage acquis par la passé ; ce qui équivaudrait à environ 100 euros bruts en moins par mois, selon le syndicaliste Rudi Schwartz.


En échange la direction s’engage à ne pas procéder à des licenciements et à franchiser moins d’établissements que prévu initialement. « Le maintien de l’emploi était notre priorité », souligne Schwartz. La chaîne de restauration Lunch Garden compte 74 filiales en Belgique et quelque 1.250 employés.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Des poses torrides dans le rayon des produits frais

20/04/2018

Les experts météorologiques de RetailDetail Food prévoient déjà un été torride pour le secteur des FMCG.  Pourquoi ?  C’est ce que dévoile sans détours notre aperçu hebdomadaire sérieusement épicé.

L’UE vote une loi pour de meilleurs labels bio

20/04/2018

Le Parlement européen a adopté une loi règlementant le secteur bio de manière plus stricte, mais aussi plus juste et plus claire.  C’est notamment via un label bio et des règles d’importation que l’Europe veut soutenir la production bio nationale.

Heineken et Bavaria cherchent leur bonheur hors Europe

19/04/2018

Les groupes brassicoles Heineken et Bavaria enregistrent des chiffres de vente en hausse sur un marché européen de la bière pourtant en difficulté.  Bavaria a réalisé un CA record l’an dernier, tandis que le volume de Heineken a augmenté de 4,3% au trimestre précédent.

Danone enregistre la plus forte croissance de chiffre d'affaires comparable en 5 ans

19/04/2018

Le géant français de l’alimentation Danone a connu un excellent premier trimestre.  Le chiffre d’affaires a progressé de 4,9% sur base comparable, soit la meilleure performance de ces cinq dernières années.

Des produits pour bébés viennent élargir l’assortiment de marques distributeur chez Lidl

19/04/2018

Lidl peut tout doucement échanger son rôle de discounter contre celui de retailer complet.  La chaîne de supermarchés lance sa propre gamme de produits pour bébés de marques distributeur Lupilu et Cien, déjà fortement appréciées par la clientèle.

Unilever affecté par la faiblesse du dollar

19/04/2018

 

Unilever a vu son chiffre d’affaires baisser de plus de 5% suite aux effets de change négatifs.  Sans cet impact, le chiffre d’affaires du groupe de produits alimentaires et de soins personnels aurait progressé de 3,4%.