Le sauvetage d’IJsboerke menacé

Le sauvetage d’IJsboerke menacé

Un conflit entre les syndicats d’IJsboerke et le candidat-repreneur Glacio d’une part et l’absence d’un accord avec le principal créancier, la banque BNP Paribus Fortis d’autre part, mettent sérieusement en danger la reprise du glacier au bord de la faillite.

Les syndicats accusent Glacio d’avoir rompu sa promesse

A peine la reprise annoncée la semaine dernière, il y a déjà de l’eau dans le gaz entre les syndicats et le (futur) propriétaire Glacio. Le conflit concerne  les modalités de départs volontaires pour les travailleurs n’acceptant pas les nouvelles conditions de travail de Glacio.


Selon les syndicats, Glacio avait promis une indemnité de licenciement aux travailleurs désirant quitter l’entreprise délibérément. C’est précisément cette promesse qui la semaine dernière a incité 92% du personnel à approuver le plan de reprise, souligne les syndicats. « Ils l’ont dit explicitement lors de la réunion du personnel. A présent ils prétendent que c’est un malentendu », déplore Dirk Verhaegen de l’ACV.


Peter Janssen, patron de Glacio, confirme que le sujet a été abordé, mais « nous avons alors répondu que ceci était valable uniquement pour les personnes travaillant dans la vente à domicile. » Glacio a l’intention de revendre au plus vite cette branche de l’entreprise.


Le principal créancier exige une CCT signée

Dès lors les syndicats exigent une nouvelle concertation du personnel, mais Glacio n’entend pas « perdre son temps ». Le temps presse pour le dossier IJsboerke, car selon Peter Janssen, la BNP Paribas Fortis n’approuvera pas le plan de reprise d’IJsboerke avant qu’une convention collective de travail n’ait été signée. Vu la colère des syndicats, l’affaire semble donc loin d’être conclue.


Selon Janssen il faut avoir le sens des réalités : « Pour relancer l’entreprise, il faut un potentiel, avec des collaborateurs expérimentés. Nous n’avons donc pas les moyens d’accorder à chaque employé quittant l’entreprise une indemnisation élevée. Hélas, nous ne disposons pas d’un chèque en blanc. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Un cheveux dans la soupe plastique

19/01/2018

Les retailers sont-ils des querelleurs et des escrocs? Les boissons énergisantes doivent-elles être interdites? Carrefour est-il à l’aube d’un assainissement et Delhaize va-t-il se hollandiser? Une semaine mouvementée que vous résume RetailDetail Food.

Colruyt et PepsiCo enterrent la hache de guerre : Pepsi à nouveau  disponible

19/01/2018

L’assortiment habituel de Pepsi et Lay’s sera à nouveau disponible chez Colruyt. Depuis novembre la chaîne avait retiré 29 produits du fabricant PepsiCo, qui refusait de lui accorder des réductions de prix. A présent le discounter met fin à ce boycott.

Aldi Nord et Aldi Süd collaborent pour le bien-être animal

18/01/2018

Aldi Nord et Aldi Süd s’associent dans le cadre d’une collaboration unique : la création de leur propre label, Fair & Gut, certifiant le bien-être animal. Pour l’instant le label est lancé uniquement en Allemagne et se limite à la volaille, mais sera étendu ultérieurement.

Rewe teste la teneur minimale en sucre avec des puddings au chocolat

18/01/2018

Quelle est la quantité minimale de sucre jugée nécessaire par le consommateur ?  Rewe mène l’enquête auprès de ses clients. L’enseigne allemande  veut diminuer la teneur en sucre de ses produits maison, mais le client décide de la dose minimale.

Lidl tempère ses ambitions américaines

18/01/2018

Lidl  visait une centaine de magasins aux Etats-Unis durant la première année, mais se voit contraint de tempérer ses ambitions. Depuis sa traversée outre-Atlantique il y a environ six mois le discounter allemand y a ouvert 49 points de vente.

Carrefour clôture une année difficile

17/01/2018

Malgré une amélioration au 4ème trimestre, Carrefour termine une année particulièrement difficile, aussi en Belgique, où la croissance est négligeable. Attendons de voir quelles seront les mesures annoncées la semaine prochaine par le CEO Bompard.

Back to top