Le secteur des eaux et boissons rafraîchissantes progresse malgré son handicap | RetailDetail

Le secteur des eaux et boissons rafraîchissantes progresse malgré son handicap

Le secteur des eaux et boissons rafraîchissantes progresse malgré son handicap

Le secteur des eaux et boissons rafraîchissantes est en progression constante depuis 2010. Toutefois la hausse des prix des matières premières et la taxe belge sur l’emballage pèsent sur la rentabilité et sur la position concurrentielle des entreprises du secteur. C’est ce qu’annonce la FIEB, la Fédération Royale de l’Industrie des Eaux et des Boissons rafraîchissantes dans son rapport concernant l’année 2011 et le premier trimestre 2012.

Près de 2,9 milliards de litres embouteillés

Le nouvel intérêt pour l’eau en bouteille, qui s’était manifesté en 2010, s’est confirmé en 2011 : le marché global des eaux embouteillées a progressé de 1,7%. En 2011 pas moins de 1,305 milliards de litres d’eau ont été vendus. La consommation d’eau a augmenté tant à domicile qu’ à l’extérieur (respectivement  +1,9% et  +1,1%). La catégorie des eaux pétillantes a connu la plus forte hausse avec +2,7%,  alors que celle de l’eau plate a progressé du +1,3%.


Les boissons rafraîchissantes en 2011 affichent elles aussi une belle croissance de 1,6% jusqu’à atteindre les 1,577 milliards de litres (y compris les jus de fruits et nectars, les boissons gazeuses représentant 79% de ce volume). Les colas avec 47% du volume demeurent les boissons rafraîchissantes les plus populaires.


Pour la première fois depuis longtemps la catégorie ‘light’ connaît un recul (-2,8%) et ce au profit des boissons rafraîchissantes ‘regular’ qui ont gagné 3%. Les boissons énergisantes et énergétiques et les thés glacés marquent la plus forte croissance.


Les premiers résultats pour 2012 présentent une image mitigée : prometteuse pour les eaux (+1,6% par rapport au premier trimestre 2011), mais en légère baisse pour les boissons rafraîchissantes (-0,7%).

 

Près d’un Belge sur dix achète à l’étranger

Toutefois le secteur doit faire face à la hausse des prix des matières premières (le secteur ne s’attend pas à court terme à une baisse de prix du PET et début 2012 le prix du jus d’orange  a déjà atteint un nouveau record sur le marché international) qu’il ne parvient  pas à compenser par le prix de vente, vu la forte concurrence des marques propres et discount.


D’autre part le secteur subit également un lourd handicap : la taxe belge sur l’emballage. « Celle-ci s’élève à 9,86 euros par hectolitre, soit 10 eurocent par litre », explique Nadia Lapage, secrétaire générale de la FIEB.


« Depuis l’introduction de cette taxe en 2004, nous avons constaté une baisse de croissance dans le secteur des eaux et boissons rafraîchissantes. En même temps l’achat d’eau en bouteille et de boissons rafraîchissantes  au-delà de la frontière n’a cessé d’augmenter. Actuellement 7 à 10% des Belges achètent leur stock d’eau et de boissons rafraîchissantes à l’étranger. L’impact économique sur le secteur belge est donc considérable »,  s’inquiète-t-elle.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


La marque de lait Joyvalle intégrée à Campina

19/06/2018

Le fabricant de produits laitiers FrieslandCampina veut se concentrer sur une marque de lait forte : Joyvalle sera désormais intégré sous le parapluie de Campina.

Un nouveau plan commercial pour réanimer Makro

18/06/2018

Grâce à une offre professionnelle et de grands emballages, Makro entend inciter plus de clients à acheter davantage. En outre, le service envers la clientèle locale sera amélioré. Mais le temps presse : fin 2019 le redressement devra être visible.

L'ex-dirigeant de Carrefour renonce finalement à sa prime royale de départ

18/06/2018

Georges Plassat, l’ancien PDG de Carrefour, renonce à la généreuse indemnité de départ qui était prévue pour lui. Une décision qu’il a prise sous la pression de l’opinion publique.

Le supermarché en ligne Wink.be jette l’éponge

18/06/2018

Le groupe Louis Delhaize met un terme à son webshop Wink.be. Depuis sa création en 2013, le spécialiste des courses en ligne n’a jamais eu la moindre perspective de rentabilité.

Un protocole d’accord concernant le plan de transformation chez Carrefour

15/06/2018

La direction de Carrefour Belgique a conclu un protocole d’accord avec les syndicats concernant le plan de transformation de la chaîne de supermarchés. Quelque 250 emplois seront sauvés.

Filet Pur : Un estomac rempli d’angoisses

15/06/2018

Au menu de ce résumé hebdomadaire de RetailDetail Food : qui est le vrai patron de Carrefour Belgium, pourquoi manger sain n’est pas si sain que ça, pourquoi l’alcool nous remonte le moral et que manigance Jumbo. Bon appétit !