Le SPF Economie calcule l’impact de l’embargo russe | RetailDetail

Le SPF Economie calcule l’impact de l’embargo russe

Le SPF Economie calcule l’impact de l’embargo russe

L’embargo russe a eu un impact considérable sur les prix et l'exportation des poires, des pommes, du lait et de la viande porcine belges. C’est ce qui ressort d’une étude du SPF Economie, réalisée à la demande du Ministre de l’Agriculture.

Exportation en baisse d’un cinquième

Après avoir été sanctionnée par l’Occident au mois d’août de l’an dernier, suite au crash de l’avion MH17 en Ukraine, la Russie a riposté avec force : Vladimir Poetin a décrété un boycott, interdisant toute importation de produits agricoles occidentaux.


A la demande du Ministre de l’Agriculture Willy Borsus (MR), le SPF Economie a calculé les conséquences significatives de cet embargo. Durant le dernier trimestre de 2014 le prix des poires a chuté de 23,7% (Conférence) à 41,7% (Doyenné du Comice) par rapport à la même période en 2013. Le prix moyen des pommes Jonagold a plongé de 34,5%. Le lait et la viande de porc ont également connu une forte baisse des prix : -23,9% sur base annuelle pour le lait  et -15% pour la viande porcine.


Outre les prix, l’embargo a lourdement affecté l’exportation belge : comparé au dernier trimestre de 2013, l’exportation totale des poires a diminué de 20,6%, celle des pommes de 19% et celle de la viande porcine de 19,8% ; soit un recul d’environ un cinquième pour chacune de ces catégories.


Désormais le SPF Economie actualisera cette analyse trimestriellement, indique le ministre : « Cette étude me permettra de plaider auprès de la Commission Européenne pour négocier des mesures favorables pour les producteurs belges, afin de développer davantage la valorisation et l’exportation de nos produits. »

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Carrefour : choisissez vous-même le prix du lait ‘équitable’

19/02/2018

Selon le modèle français, Carrefour lance le lait « La marque du consommateur », une nouvelle marque dont le prix est fixé par les consommateurs eux-mêmes.  Le lait coûtera 1,05 €, ce qui permet aux agriculteurs d’obtenir une marge plus importante.

La ministre De Block souhaite des codes santé sur les emballages

19/02/2018

La ministre de la Santé Maggie De Block examine s’il est possible d’apposer des étiquettes simples sur les emballages de produits alimentaires pour que les consommateurs puissent vérifier en un seul coup d’œil si un produit est mauvais pour la santé.

Le groupe d’achat européen Agecore met la pression sur Nestlé

16/02/2018

Le groupe d’achat européen Agecore menace de retirer 160 produits Nestlé de sa liste à moins que l’entreprise suisse n’octroie de meilleures conditions.  Les entreprises Colruyt, Coop et Edeka font notamment partie du groupe Agecore. 

Un solide second semestre propulse les ventes de Danone en 2017

16/02/2018

Danone a clôturé son exercice 2017 avec une croissance comparable de 2,5%, surtout grâce à un solide second semestre durant lequel le chiffre d’affaires comparable a progressé de 4,2%.

Aldi Nord et Süd ne fusionnent pas, mais vont collaborer ensemble

16/02/2018

En Allemagne, Aldi Nord et Aldi Süd envisagent la possibilité de collaborer ensemble au niveau des départements achats et marketing.  Les deux entreprises démentent néanmoins l’éventualité d’une fusion future.

Filet Pur : Un éléphant à la caisse

16/02/2018

Comment l’industrie alimentaire espagnole se montre-t-elle sous son meilleur jour, pourquoi la concurrence food atteint-elle des sommets inégalés et à quand la disparition du job de caissière?  Réponse dans le résumé hebdomadaire de RetailDetail Food!

Back to top