Les autorités flamandes et Lidl passent aux chèques-repas électroniques

Les autorités flamandes et Lidl passent aux chèques-repas électroniques

Ce mercredi les chèques-repas électroniques avaient  la cote : quelques heures seulement après que le discounter Lidl ait fait savoir qu’il accepterait  dorénavant les chèques-repas numériques ; les autorités flamandes ont annoncé que près de 14.000 fonctionnaires flamands recevraient désormais leurs chèques-repas sous forme digitale. 

Les autorités s’associent à Edenred

Pour ce projet, les autorités flamandes ont opté pour Edenred, l’ex-Accor Services. L’éditeur de chèques-repas compte déjà quelque 5.000 clients qui acceptent la version électronique, dont 3.000 restaurants et commerces de proximité et 2.000 grandes surfaces, notamment Carrefour, Aldi, Delhaize et Cora.


Jean-Bernard Trussart, directeur général d’Edenred, entend encore élargir  ce réseau. Ainsi pour les petits commerçants ne disposant pas de terminal de paiement, Edenred  a élaboré une offre qui leur coûtera moins d’1 euro par jour, dixit Trussart. Pour les utilisateurs Edenred a mis au point une appli, qui offre  un aperçu des restaurants et commerçants acceptant les chèques-repas électroniques.


Désormais également chez Lidl

Le discounter Lidl suit lui aussi cette nouvelle tendance. Désormais les clients Lidl pourront eux aussi payer avec des chèques-repas électroniques des 4 émetteurs belges. « Via les médias sociaux et notre service clientèle, certains clients  s’étaient déjà informés quant à la possibilité de payer via des chèques-repas digitaux chez Lidl. Aussi notre département IT ces derniers mois a effectué les préparatifs nécessaires », explique le porte-parole Pieterjan Rynwalt.


« Les chèques-repas électroniques reflètent la sécurité, la transparence et le respect de l’environnement. En tant que supermarché, nous en tirons également des avantages : d’une part cela permet d’exclure les erreurs (de calcul) humaines, d’autre part il y a moins de perte de temps aux caisses. Nos employés n’ont plus à compter les chèques. »


Toutefois Lidl émet une réserve quant au prix du système : « Les chèques-repas numériques offrent certainement de nombreux avantages : ainsi contrairement à la version papier, les e-chèques nécessitent moins de travail administratif. Mais les chèques digitaux doivent être abordables pour continuer leur croissance », selon Rynwalt, « et en ce moment les e-chèques constituent un traitement  supplémentaire, en plus de tous les modes de paiement existants. » Le discounter espère donc qu’à terme les chèques-repas électroniques remplaceront entièrement les chèques papier.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Tags: