Les chèques-repas papier ne disparaîtront pas

Les chèques-repas papier ne disparaîtront pas

La proposition visant à supprimer les chèques-repas papier pour les remplacer soit par la variante électronique, soit par une indemnité nette versée sur le compte du travailleur, a été rejetée mercredi par la Commission des Finances du Sénat.

Neuf voix contre quatre

Un non qui n’a pas vraiment pas de quoi surprendre, car vu les désaccords suscités par le projet, la Commission du Sénat à la mi-février avait reporté le vote.  Les syndicats et  la FEB (Fédération des entreprises de Belgique) s'étaient rangés du côté des opposants, laissant seules  dans le camp des partisans les organisations patronales des indépendants, l’Unizo et le SNI.


Rik Daems (Open VLD) et Etienne Schouppe (CD&V), les deux initiateurs du projet, ont souligné en vain que la suppression des chèques-repas papier permettrait de diminuer les coûts pour les entreprises. Même une formulation atténuée de leur projet de loi, limitée à la suppression des chèques-repas papier et à la généralisation de la version électronique, n’a pu convaincre la Commission.


Lors du vote les quatre membres de la commission du Open VLD, CD&V et de la N-VA ont dû  plier face à neuf collègues d’autres partis. Ceux-ci ont fait référence à l’évaluation qu’effectue actuellement le Conseil national du travail concernant l’Arrêté royal relatif aux chèque-repas électroniques.


Les organisations des indépendants déçues

L’Unizo déplore la décision et maintient que le remplacement des chèques papier par une indemnité nette était « la solution la plus simple ». Maintenant que cette option a été rejetée, l’organisation demande une transition rapide vers les chèques-repas électroniques. « A condition que les coûts de la variante électronique pour les employeurs et les commerçants ne soient pas plus élevés que pour les chèques-repas papier », souligne Karel Van Eetvelt, administrateur délégué de l’Unizo.


Le Syndicat Neutre pour Indépendant (SNI) trouve incompréhensible que la Commission du Sénat ait rejeté  le projet de loi et n’envisage même pas de généraliser les chèques-repas électroniques pour épargner des coûts.


« Dans un rapport de l’Agence pour la Simplification Administrative (ASA) il est indiqué noir sur blanc que la suppression des chèques-repas est la solution la plus avantageuse et la moins chère pour toutes les parties concernées et que même une généralisation des chèques-repas électroniques permettrait déjà une sérieuse économie. Il est clair que ce non provient des émetteurs de chèques-repas et de leur lobby », estime Christine Mattheeuws, présidente du SNI.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Forte croissance pour le torréfacteur Miko

20/09/2017

Durant le 1er semestre de 2017 le fabricant de café et d’emballages plastiques Miko a progressé de plus de 12%. Ainsi le groupe de Turnhout est sur la bonne voie en vue d’atteindre pour la première fois un CA annuel de plus de 200 millions d’euros.

Spadel investit 12,8 millions d’euros à Spa Monopole

20/09/2017

Le groupe Spadel va investir 12,8 millions d’euros sur son site d’embouteillage Spa Monopole. L’usine sera dotée d’une nouvelle ligne de production afin de faire face à la croissance des eaux aromatisées. L’extension sera achevée en février 2018.

Alpro bannit les graines de soja américaines

19/09/2017

Le fabricant de boissons à base de soja Alpro n’achète plus ses graines de soja aux Etats-Unis, mais uniquement en Europe et au Canada, afin d’avoir la garantie qu’il ne s’agit pas de soja génétiquement modifié.

Quel est l'impact de la nouvelle pyramide alimentaire sur l’industrie ?

19/09/2017

Le ‘Vlaams Instituut Gezond Leven’ a présenté une nouvelle pyramide alimentaire, qui correspond mieux aux idées actuelles en matière de nourriture saine. Toutefois l’industrie alimentaire craint des conséquences négatives.

Chute de l’action Heineken après le désengagement partiel des Mexicains

19/09/2017

Le mexicain Fomento Economico Mexicano (Femsa), qui détenait 15% des actions de Heineken, a vendu pour 2,5 milliards d’actions du groupe brassicole néerlandais. D’emblée le cours de l’action a chuté à la bourse.

Le supermarché indépendant n’entend pas rater le train de l’e-commerce

18/09/2017

Dans les conversations à propos du futur de la distribution alimentaire, le mot d’e-commerce conserve quelque chose de magique. Les exploitants indépendants ont-ils franchi le pas ? Si non, qu’attendent-ils ? 

Back to top