Les commerçants offrent 28% de plus aux banques alimentaires | RetailDetail

Les commerçants offrent 28% de plus aux banques alimentaires

Les commerçants offrent 28% de plus aux banques alimentaires

L’année dernière, le commerce belge a offert 1.856 tonnes de nourriture aux banques alimentaires, soit près de 2,5 millions de repas complets. Comeos demande que l’exonération de la TVA sur les donations s’applique également au secteur non alimentaire.

2,5 millions de repas par an

Il est très difficile de quantifier avec précision les excédents alimentaires que le commerce reverse aux organisations caritatives.  Il existe notamment de plus en plus d’initiatives locales où l’exploitant d’un magasin ou d’un supermarché conclut des accords avec des organisations sociales du quartier.  Souvent, ces quantités de nourriture qui vont ainsi aux plus démunis de notre société, ne sont pas comptabilisées.


« Mais les banques alimentaires qui collectent la majeure partie des excédents, sont le partenaire structurel du commerce depuis de nombreuses années déjà, » affirme Dominique Michel, Administrateur Délégué de Comeos.  « Une hausse de 28 pour cent, c’est énorme ! Selon nos estimations, les commerçants offrent à l’heure actuelle l’équivalent de 2,5 millions de repas complets par an. Des aliments qui auraient autrement été jetés à la poubelle ou utilisés pour la production de biogaz peuvent ainsi être consommés malgré tout.”


Régime de TVA également pour le non alimentaire

Selon Comeos, trois facteurs sont à l’origine de cette fameuse augmentation : l’approche plus clémente de l’AFSCA (l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire), la campagne de la fédération du commerce auprès de ses membres (photo) et la nouvelle réglementation en matière de TVA qui précise que les commerçants ne doivent plus payer de TVA sur les dons alimentaires.


« Nous espérons que le gouvernement élargira cette nouvelle réglementation en matière de TVA au dons non alimentaires », précise Dominique Michel.  « A l’heure actuelle, il est plus intéressant de détruire un stock de pantalons que de l’offrir.  La TVA payée par le commerçant lors de l’achat du pantalon ne peut pas être récupérée.  De plus, il doit payer la TVA sur les donations.  Cela ne vaut pas uniquement pour l’habillement, mais également l’électro, les jouets ou les meubles, par exemple.  Or, les plus démunis n’ont pas uniquement besoin de nourriture : les donations de produits non alimentaires doivent également être encouragées », affirme le dirigeant de Comeos.

 

 

Traduction : Laure Jacobs

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Carrefour : choisissez vous-même le prix du lait ‘équitable’

19/02/2018

Selon le modèle français, Carrefour lance le lait « La marque du consommateur », une nouvelle marque dont le prix est fixé par les consommateurs eux-mêmes.  Le lait coûtera 1,05 €, ce qui permet aux agriculteurs d’obtenir une marge plus importante.

La ministre De Block souhaite des codes santé sur les emballages

19/02/2018

La ministre de la Santé Maggie De Block examine s’il est possible d’apposer des étiquettes simples sur les emballages de produits alimentaires pour que les consommateurs puissent vérifier en un seul coup d’œil si un produit est mauvais pour la santé.

Le groupe d’achat européen Agecore met la pression sur Nestlé

16/02/2018

Le groupe d’achat européen Agecore menace de retirer 160 produits Nestlé de sa liste à moins que l’entreprise suisse n’octroie de meilleures conditions.  Les entreprises Colruyt, Coop et Edeka font notamment partie du groupe Agecore. 

Un solide second semestre propulse les ventes de Danone en 2017

16/02/2018

Danone a clôturé son exercice 2017 avec une croissance comparable de 2,5%, surtout grâce à un solide second semestre durant lequel le chiffre d’affaires comparable a progressé de 4,2%.

Aldi Nord et Süd ne fusionnent pas, mais vont collaborer ensemble

16/02/2018

En Allemagne, Aldi Nord et Aldi Süd envisagent la possibilité de collaborer ensemble au niveau des départements achats et marketing.  Les deux entreprises démentent néanmoins l’éventualité d’une fusion future.

Filet Pur : Un éléphant à la caisse

16/02/2018

Comment l’industrie alimentaire espagnole se montre-t-elle sous son meilleur jour, pourquoi la concurrence food atteint-elle des sommets inégalés et à quand la disparition du job de caissière?  Réponse dans le résumé hebdomadaire de RetailDetail Food!

Back to top