Les fans de bière aventureux mettent les petits brasseurs au défi

Les fans de bière aventureux mettent les petits brasseurs au défi

La consommation mondiale de ‘craft beer’ continue son ascension, mais pour les amateurs de bières spéciales artisanales la fidélité à la marque est une notion toute relative. De quoi mettre les producteurs au défi.

Le goût passe avant le prix

Alors que la consommation de bières artisanales a grimpé de 500% aux Etats-Unis ces cinq dernières années, en Europe la croissance attendue dans les années à venir est de 11%. Une tendance durable ou une mode passagère ? Au travers d’une enquête auprès de 3.300  buveurs de bière, une étude néerlandaise a analysé les tendances de consommation sur sept marchés : outre la Belgique et les Pays-Bas l’étude s’est également penchée sur la France, l’Italie, l’Espagne, le Royaume-Uni et les Etats-Unis.


La bonne nouvelle qui ressort de cette étude est que la ‘craft beer’ attire avant tout les jeunes consommateurs. La catégorie d’âge des 18 à 30 ans affiche la plus forte croissance en termes de consommation, preuve que le secteur brassicole parvient à séduire une nouvelle génération de fans. L’avenir est assuré, même si la consommation de bières spéciales se fait au détriment de la pils traditionnelle. L’origine et l’écologie constituent des arguments importants pour ces consommateurs, qui considèrent la bière artisanale comme plus durable et préfèrent des bières fabriquées avec des ingrédients locaux. Ce qui ne signifie pas pour autant qu’ils boivent uniquement des bières provenant de leur propre région : ils s’intéressent aux bières artisanales de toutes les régions du monde.


Pour ces buveurs de bière le goût passe avant tout : pour 75% des répondants le goût prime sur d’autres facteurs, dont le prix. En outre les fans de craft beer sont aventureux : 80% d’entre eux aiment essayer de nouvelles marques et continueront à le faire à l’avenir. En revanche moins de la moitié des répondants disent être ‘relativement fidèles’ à une marque, ce qui en soi n’est pas une mauvaise nouvelle pour la catégorie, mais constitue un défi pour les petits brasseurs : comment fidéliser ce groupe-cible à fort potentiel ?
 

Tags: