Les hausses des prix déjà visibles dans les supermarchés

Colruyt Group

Les fournisseurs et les supermarchés n’ont pas perdu de temps pour répercuter les hausses des coûts : les prix de nombreux produits ont déjà augmenté durant la première semaine de l’année. Mais pas (encore) chez Albert Heijn et Colruyt...

 

Chips

L’augmentation du prix du caddie était annoncée depuis longtemps : face à la hausse des coûts des matières premières, de l’énergie et des transports, des ajustements sont tout simplement inévitables. Mais si les supermarchés et leurs fournisseurs discutent encore de la manière de répercuter ces hausses des coûts, ils n’ont manifestement pas attendu l’issue de ces négociations pour augmenter les prix de vente. Sur la base des mesures effectuées par Daltix, l’hebdomadaire Trends constate que les prix sont déjà en forte hausse.

 

À 6,15 euros le kilo, les chips au sel de Lay’s, par exemple, sont presque deux fois plus chers qu’avant la crise sanitaire chez Colruyt. Daltix a ainsi mesuré des hausses de prix supérieures à la normale dès le quatrième trimestre : de 0,5 à 1 point de pourcentage. Le phénomène est d’autant plus étonnant que les prix ont tendance à baisser légèrement à l’automne : les promotions se multiplient avec l’intensification de la concurrence à l’approche des fêtes de fin d’année. Ce n’a donc pas été le cas en 2021.

 

Que fait Albert Heijn ?

Cette tendance s’est encore accélérée au cours de la première semaine de janvier : selon Daltix, les prix moyens pratiqués dans les hypermarchés Carrefour sont désormais 4,4% plus élevés qu’au début de la crise sanitaire. Chez Delhaize, l’augmentation atteint 3%. Et ce n’est qu’un début : seuls les prix d’une partie de l’assortiment ont été adaptés, et d’autres augmentations pourraient suivre. Colruyt, fidèle à sa philosophie de suiveur, préfère prendre son temps : les prix n’y ont augmenté que de 0,4%.

 

Il faut dire que Colruyt n’est pas vraiment menacé par Carrefour et Delhaize dans sa garantie des meilleurs prix les plus bas : sur ce front, son grand concurrent est Albert Heijn. Et l’enseigne néerlandaise n’a pas encore augmenté ses prix. La question cruciale est ainsi : que fera Albert Heijn Belgique dans les semaines à venir ? Pour l’instant, les Néerlandais maintiennent la pression. Mais une hausse des prix est inévitable à terme, et Colruyt embraiera immédiatement. Une éventuelle baisse des prix dans le courant de l’année dépendra de la normalisation des chaînes logistiques et de la consommation.