Les multinationales recalées en matière d’alimentation saine

Les multinationales recalées en matière d’alimentation saine

Les multinationales recalées en matière d’alimentation saine
Shutterstock.com

Les multinationales alimentaires ne fournissent pas suffisamment d’efforts pour rendre leurs produits plus sains, affirme la Access to Nutrition Foundation. Nestlé, Unilever et Danone sont les meilleurs élèves de la classe.

Une bonne et une mauvaise nouvelle

Les multinationales alimentaires ont un impact important sur les habitudes alimentaires de millions de personnes. C’est pourquoi tous les deux ans le Global Access to Nutrition Index (ATNI) examine comment les 22 plus grandes entreprises alimentaires contribuent à faire face aux problèmes tels que le surpoids et la malnutrition. Bien que bon nombre de multinationales alimentaires prétendent rendre leurs produits plus sains, une analyse de plus de 23.000 produits dans neuf pays révèle qu’à peine un tiers de ces produits peut véritablement être qualifié de ‘sain’. Les fabricants appliquent donc des définitions moins strictes en matière de nourriture saine. Unilever par exemple affirme que 35 % de ses produits sont sains, alors que l’étude indique que ce pourcentage se limite à 10%.


Nestlé figure en tête du classement avec des performances au-dessus de la moyenne dans toutes les catégories de l’index et une amélioration dans la plupart des domaines. Unilever arrive en deuxième position, suivi de Danone qui occupe la troisième place. FrieslandCampina enregistre la plus grande progression et monte de quatre places, notamment grâce à une stratégie marketing plus responsable. Neuf entreprises ont obtenu un score de 5 sur 10 ou plus, tandis qu’en 2016 elles n’étaient que deux. Le score moyen a augmenté de 2,5 à 3,3, mais reste donc bas.


« Il y a une bonne et une mauvaise nouvelle », estime Inge Kauer, directrice exécutive de  la Access to Nutrition Foundation. « Nous constatons que certaines entreprises augmentent leur engagement pour remédier à différents aspects de la problématique alimentaire, mais les fabricants doivent également joindre l’acte à la parole et formuler des objectifs clairs et vérifiables afin d’améliorer l’aspect sain de leur assortiment. »
 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

L'ex-dirigeant de Carrefour renonce finalement à sa prime royale de départ

18/06/2018

Georges Plassat, l’ancien PDG de Carrefour, renonce à la généreuse indemnité de départ qui était prévue pour lui. Une décision qu’il a prise sous la pression de l’opinion publique.

Le supermarché en ligne Wink.be jette l’éponge

18/06/2018

Le groupe Louis Delhaize met un terme à son webshop Wink.be. Depuis sa création en 2013, le spécialiste des courses en ligne n’a jamais eu la moindre perspective de rentabilité.

Un protocole d’accord concernant le plan de transformation chez Carrefour

15/06/2018

La direction de Carrefour Belgique a conclu un protocole d’accord avec les syndicats concernant le plan de transformation de la chaîne de supermarchés. Quelque 250 emplois seront sauvés.

Filet Pur : Un estomac rempli d’angoisses

15/06/2018

Au menu de ce résumé hebdomadaire de RetailDetail Food : qui est le vrai patron de Carrefour Belgium, pourquoi manger sain n’est pas si sain que ça, pourquoi l’alcool nous remonte le moral et que manigance Jumbo. Bon appétit !

Alter’Native Food: A place apart at the upcoming SIAL Paris !

14/06/2018

(Advertorial) From 21st to 25th of October, Paris will be the world's food capital. 7,200 French and international exhibitors will be presenting their innovations among 21 exhibitions sectors.

Démission de Johnny Thijs en tant que président de Spadel

14/06/2018

Johnny Thijs  renonce à sa fonction de président de Spadel, producteur d’eau minérale. Son mandat devait se prolonger jusqu’en 2020, mais l’ancien patron de la poste a décidé d’y mettre fin pour des raisons personnelles, rapporte le journal De Tijd.