Les paysans belges en colère contre Albert Heijn

Les paysans belges en colère contre Albert Heijn

Les agriculteurs et horticulteurs belges s’inquiètent, indiquent les organisations agricoles Boerenbond et Algemeen Boeren Syndicaat. Les paysans subissent une pression de plus en plus forte sur leurs prix et pointent du doigt Albert Heijn.

Crainte d’une spirale descendante des prix

Des asperges à 6 euros le kilo, alors que le prix de vente à la criée est de 8 euros, ou encore du haché de bœuf vendu avec 28% de rabais. Ces énormes réductions de prix que proposent divers supermarchés ces derniers jours, irritent les agriculteurs et les horticulteurs.


« L’inquiétude règne chez les agriculteurs. Ils craignent que si Albert Heijn continue son expansion, nous aboutirons dans une spirale descendante. Les supermarchés mettent les fournisseurs sous pression afin qu’ils diminuent leurs prix et ces derniers n’osent pas refuser par crainte de perdre des ventes », explique Hendrik Vandamme, président du Algemeen Boeren Syndicaat, à l’agence de presse Belga.


Albert Heijn, bouc émissaire

Une inquiétude que partage également le Boerenbond : « Il devient de plus en plus difficile pour les agriculteurs d’obtenir un prix correct pour leurs produits. La situation  n’est plus tenable », déplore la porte-parole Anne-Marie Vangeenberghe. Une fois de plus Albert Heijn est perçu comme bouc émissaire : « Albert Heijn pousse les prix vers le bas et le reste est obligé de suivre. Il est en mesure de le faire, car ses coûts salariaux sont moins élevés, mais en même temps il entraîne les autres vers le bas. Par conséquent les paysans sont moins payés. » Le Boerenbond souligne que l’alimentation ne peut être utilisé comme ‘appât’.


Le Algemeen Boeren Syndicaat évoque un autre danger : « Albert Heijn vend surtout des produits hollandais, alors que les supermarchés belges proposent davantage de produits belges dans leurs rayons. Si Albert Heijn continue de s’étendre, les agriculteurs belges vendront moins », selon Hendrik Vandamme.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Images hallucinantes ? Une seule adresse !

15/12/2017

Jef Colruyt est un modèle de sérénité imperturbable et le jambon pata negra est le bitcoin de la charcuterie. Deux conclusions instructives parmi d’autres, à découvrir dans votre rubrique FMCG hebdomadaire, assaisonnée par RetailDetail Food !

RetailDetail Food #26 staat online

15/12/2017

Les représentants commerciaux sont-ils encore les bienvenus chez les retailers ? Le point sur cette question, avec des réponses très divergentes,  dans ce 26ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé pour les exploitants de supermarchés.

Analyse : Comment Colruyt Group s’arme-t-il  contre une éventuelle guerre des prix ?

14/12/2017

Malgré des marges en baisse, Colruyt ne renoncera pas à sa garantie du meilleur prix : afin de financer une éventuelle guerre des prix le retailer mise sur l’automatisation, le gain de productivité et des magasins de format un peu plus réduit.

Carrefour continue de perdre des parts de marché en France

13/12/2017

Alexandre Bompard, CEO de Carrefour, est confronté à un énorme défi. C’est ce que confirment une fois de plus les derniers chiffres de Kantar Worldpanel, selon lesquels le groupe serait le plus grand perdant en termes de parts de marché en France.

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

13/12/2017

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

AB InBev : 70 emplois supprimés au siège principal de Louvain

12/12/2017

Suite à la décision de déménager son service mondial d’achats vers la Suisse, où était déjà basé le service d’achats de SABMiller, le brasseur AB InBev supprimera 70 emplois au siège principal de Louvain.

Back to top