Les paysans belges en colère contre Albert Heijn | RetailDetail

Les paysans belges en colère contre Albert Heijn

Les paysans belges en colère contre Albert Heijn

Les agriculteurs et horticulteurs belges s’inquiètent, indiquent les organisations agricoles Boerenbond et Algemeen Boeren Syndicaat. Les paysans subissent une pression de plus en plus forte sur leurs prix et pointent du doigt Albert Heijn.

Crainte d’une spirale descendante des prix

Des asperges à 6 euros le kilo, alors que le prix de vente à la criée est de 8 euros, ou encore du haché de bœuf vendu avec 28% de rabais. Ces énormes réductions de prix que proposent divers supermarchés ces derniers jours, irritent les agriculteurs et les horticulteurs.


« L’inquiétude règne chez les agriculteurs. Ils craignent que si Albert Heijn continue son expansion, nous aboutirons dans une spirale descendante. Les supermarchés mettent les fournisseurs sous pression afin qu’ils diminuent leurs prix et ces derniers n’osent pas refuser par crainte de perdre des ventes », explique Hendrik Vandamme, président du Algemeen Boeren Syndicaat, à l’agence de presse Belga.


Albert Heijn, bouc émissaire

Une inquiétude que partage également le Boerenbond : « Il devient de plus en plus difficile pour les agriculteurs d’obtenir un prix correct pour leurs produits. La situation  n’est plus tenable », déplore la porte-parole Anne-Marie Vangeenberghe. Une fois de plus Albert Heijn est perçu comme bouc émissaire : « Albert Heijn pousse les prix vers le bas et le reste est obligé de suivre. Il est en mesure de le faire, car ses coûts salariaux sont moins élevés, mais en même temps il entraîne les autres vers le bas. Par conséquent les paysans sont moins payés. » Le Boerenbond souligne que l’alimentation ne peut être utilisé comme ‘appât’.


Le Algemeen Boeren Syndicaat évoque un autre danger : « Albert Heijn vend surtout des produits hollandais, alors que les supermarchés belges proposent davantage de produits belges dans leurs rayons. Si Albert Heijn continue de s’étendre, les agriculteurs belges vendront moins », selon Hendrik Vandamme.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Colruyt retire des produits Nestlé des rayons

21/02/2018

Colruyt a retiré au moins 18 produits de Nestlé de ses rayons. Les deux parties ne sont pas parvenues à un accord sur les prix, par conséquent le retailer suspend temporairement la vente de ces produits dans ses magasins.

Les supermarchés opposés à la proposition européenne en faveur des agriculteurs

20/02/2018

Les supermarchés s’opposent à la proposition de la Commission européenne visant à accorder des prix plus élevés aux agriculteurs lors des négociations. Selon certains distributeurs des Pays-Bas, d’Allemagne et d’Autriche, cela entraînera des hausses de prix pour le consommateur.

La chaîne de restaurants belge Umamido s’en va conquérir les pays voisins

20/02/2018

La chaîne de restaurants belge Umamido, spécialisée dans les plats à base de nouilles, envisage une expansion internationale l’an prochain et l’ouverture de nouveaux établissements en Belgique. Umamido  sert des rāmen, une soupe à base nouilles d’inspiration japonaise.

La Jupiler disparaît des rayons durant quelques mois

20/02/2018

AB InBev lance un coup de pub étonnant : sa marque phare Jupiler disparaîtra des rayons durant quelques mois. Afin de ‘soutenir’ les Diables Rouges lors de la Coupe du Monde (ou pour en tirer profit) la marque s’appellera temporairement ‘Belgium’.

Colruyt participe au service de courses de PostNL

20/02/2018

Aux Pays-Bas le nouveau service Stockon, en collaboration avec PostNL, livrera désormais les courses à domicile toutes les deux semaines. A noter que les marques maison portent le label Boni, la marque propre de la chaîne de supermarchés belge Colruyt.

Carrefour : choisissez vous-même le prix du lait ‘équitable’

19/02/2018

A l’exemple de la France, Carrefour lance le lait « La marque du consommateur », une nouvelle marque dont le prix est fixé par les consommateurs eux-mêmes. Le lait coûtera 1,05 €, afin que les agriculteurs obtiennent une marge plus importante.

Back to top