Les syndicats insatisfaits des négociations avec la direction de Lunch Garden | RetailDetail

Les syndicats insatisfaits des négociations avec la direction de Lunch Garden

Les syndicats insatisfaits des négociations avec la direction de Lunch Garden

Les négociations qui ont eu lieu hier entre les syndicats  et la direction de Lunch Garden n’ont pas été très fructueuses. Aussi de nombreux établissements resteront fermés ce samedi. La direction parle pourtant de discussions « constructives ».

A nouveau autour de la table des négociations

Début avril les syndicats ont déposé un préavis de grève auprès de la direction de Lunch Garden, afin de protester contre les hautes exigences de flexibilité, qu’impose la direction à son personnel. Les syndicats contestent également l’intention de la direction de supprimer une série d’avantages, dont bénéficient certains membres du personnel travaillant encore sous le statut de l’ancien GB.


La direction a réagi à ses protestations en affirmant qu’au travers de ce plan elle entendait se positionner « conformément au marché », mais finalement elle a fait marche arrière la semaine dernière en renonçant à résilier les CCT existantes et invitant ainsi les syndicats à reprendre les négociations. Une première entrevue a donc eu lieu hier.


« Tout à fait insuffisant »

Pour Rudi Schwartz de l’ACV ce premier entretien s’est avéré décevant, car selon lui  le plan de relance proposé par la direction est quasiment une copie de la proposition précédente. « Pour nous ceci est tout à fait insuffisant et il n’est donc pas question de réelles négociations », explique le syndicaliste. « La seule notre positive est qu’il y ait eu une tentative de rapprochement et que la direction ait renoncé à résilier les CCT existantes. Nous sommes donc à nouveau ouverts à la discussion. »


Les syndicats ont l’intention de fermer « autant de Lunch Gardens que possible » ce samedi , mais promettent de ne pas perturber l’ouverture le dimanche. Début mai les syndicats consulteront leurs membres. Ils se disent prêts à poursuivre les négociations afin de garantir l’avenir de Lunch Garden.


De son côté la direction estime que les discussions de mercredi ont été « constructives » et dit vouloir poursuivre les négociations « selon un timing concret ». La direction n’a voulu faire commentaire quant à ce timing, ni quant au contenu de ses plans.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Danone enregistre la plus forte croissance de chiffre d'affaires comparable en 5 ans

19/04/2018

Le géant français de l’alimentation Danone a connu un excellent premier trimestre.  Le chiffre d’affaires a progressé de 4,9% sur base comparable, soit la meilleure performance de ces cinq dernières années.

Des produits pour bébés viennent élargir l’assortiment de marques distributeur chez Lidl

19/04/2018

Lidl peut tout doucement échanger son rôle de discounter contre celui de retailer complet.  La chaîne de supermarchés lance sa propre gamme de produits pour bébés de marques distributeur Lupilu et Cien, déjà fortement appréciées par la clientèle.

Unilever affecté par la faiblesse du dollar

19/04/2018

 

Unilever a vu son chiffre d’affaires baisser de plus de 5% suite aux effets de change négatifs.  Sans cet impact, le chiffre d’affaires du groupe de produits alimentaires et de soins personnels aurait progressé de 3,4%.

Greenyard se charge de la logistique des produits frais pour les magasins Carrefour indépendants

19/04/2018

Une collaboration exclusive entre Carrefour Belgium et le fournisseur de produits frais Greenyard a pour but d’élever le niveau de l’offre de produits frais dans les points de vente de plus petite taille.

Delhaize lance un label alimentaire et distribue des fruits gratuits

18/04/2018

Afin de promouvoir un régime alimentaire plus équilibré, Delhaize ambitionne le lancement d’un label affichant clairement la qualité nutritionnelle d’un produit.

Le conflit sur les prix opposant Nestlé à Colruyt, Edeka et Intermarché touche-t-il à sa fin ?

17/04/2018

Colruyt, Edeka et Intermarché semblent se rapprocher d’un accord dans le conflit sur les prix qui les oppose à Nestlé : dans une nouvelle proposition le géant suisse fait des concessions. Entretemps les stocks des retailers commencent à s’épuiser.