Les tendances dans les supermarchés pour 2016

Les tendances dans les supermarchés pour 2016

Quelles seront les principales tendances dans le secteur de l’alimentation et des FMCG cette année ? Toby Pickard, Senior Retail Analyst – Multichannel chez IGD, nous en donne un petit avant-goût.

 

Focus sur la santé

IGD, l’institut de recherche britannique pour le secteur du retail alimentaire, prévoit une attention grandissante accordée à la santé. De plus en plus les gouvernements mettent l’industrie sous pression, afin qu’elle contribue aux objectifs de santé nationaux. Les entreprises y verront une opportunité importante dans le cadre de la lutte concurrentielle.


Cela stimulera l’innovation. Dans les magasins le lay-out et les displays seront adaptés pour inciter les clients à faire des choix plus sains. Les retailers récompenseront peut-être les clients par des réductions de prix, des promotions et des primes. Chez Walgreens aux Etats-Unis par exemple les clients gagnent des points s’ils optent pour des produits sains.


Etant donné que les retailers adapteront leur offre pour permette des choix plus sains, il est donc crucial que les fournisseurs revoient la composition de leurs produits.


L’Orient donne le ton

Dans le retail habituellement le flux des meilleures pratiques va de l’Ouest à l’Est. Or aujourd’hui les économies de l’Orient sont si dynamiques que cette tendance commence à s’inverser. Les retailers occidentaux devront intensifier leur rythme d’innovation pour éviter de prendre du retard.


A titre illustratif : Pepper, le robot humanoïde, était déjà utilisé dans plus de 140 points de vente Softbank Mobile au Japon, avant que Carrefour ne l’introduise en France.


L’Occident pourrait donc pour rattraper son retard reprendre certaines techniques asiatiques : des événements spéciaux comme Single Day par exemple ou de nouveaux modèles online.


La puissance de la voix

Maintenant que la commande vocale pour les smartphones  est devenue courante, une nouvelle vague d’innovations fera son apparition, ce qui entraînera une croissance exponentielle du ‘big data’. Nous pouvons commander des produits, organiser nos agendas et demander des informations via des appareils qui nous parlent.


Les marques devront probablement payer des licences aux fournisseurs technologiques, afin d’être  certaines de pouvoir continuer à vendre leurs produits avec ces technologies. Elles seront en concurrence pour les droits exclusifs de vente et seront confrontées à de nouveaux concurrents : les moteurs de recherche pourraient bien devenir les magasins du futur.


Songez à Amazon Echo, un appareil qui rédige des listes de courses, émet des nouvelles, répond à des demandes de recherches, propose de la musique en streaming, diffuse des livres audio et commande des produits chez Amazon sur base de votre historique de commandes.


Le temps c’est de l’argent

Le gain de temps pour les clients constituera un atout important dans la concurrence entre les retailers. Ces derniers pourront gagner la fidélité de leurs clients en leur proposant des solutions simples et pratiques. L’aménagement des magasins changera et de nouveaux distributeurs automatiques  –  pour repas préparés par exemple – feront leur apparition.


Un exemple ? A Amsterdam Albert Heijn a lancé un magasin ‘self-scanning’ sans caisses, afin que les clients puissent faire leurs courses le plus rapidement possible.


Emotions versus promotions

Comment sortir de lot dans un marché en stagnation ? Les entreprises se détourneront de plus en plus du flux de promotions et rechercheront de nouvelles manière de fidéliser les clients en se basant sur la psychologie du consommateur. Les marques y auront recours  afin de créer davantage d’interactions personnalisées. Elles considéreront leurs clients comme des individus et non plus comme de simples consommateurs. Dans la communication entre les acheteurs, les marques et les retailers les médias sociaux joueront un rôle déterminant.


La nouvelle stratégie globale de Coca-Cola, sous le slogan ‘Taste the feeling’, en est en bon exemple. La campagne se base sur l’idée que le fait de boire un Coca-Cola – quel qu’il soit – est un plaisir simple qui transforme les moments quotidiens en moments particuliers.