Lidl soutient les banques alimentaires et suscite la colère du Boerenbond

Lidl soutient les banques alimentaires et suscite la colère du Boerenbond

La chaîne de supermarchés Lidl a promis de soutenir les banques alimentaires par une coopération contractuelle et structurelle. Mais le distributeur ne fait pas que des heureux : il s’est mis le Boerenbond à dos en bradant sa viande de porc et de bœuf.

#Luxepourtous

Au mois de décembre dernier Lidl organisait la campagne #Luxepourtous, visant à attirer l’attention du consommateur sur le problème de la pauvreté :  à chaque fois qu'une personne mentionnait le hashtag "luxepourtous" sur Twitter, Lidl offrait 5 repas d’une valeur de 20 euros chacun aux banques alimentaires. Toutefois le distributeur avait quelque peu sous-estimé l’impact des réseaux sociaux.  En en rien de temps le compteur affichait déjà 1536 tweets. Lidl avait alors décidé d’interrompre l’action et d’arrondir le nombre de tweets vers le haut.


Finalement le distributeur a offert aux banques alimentaires 148 palettes de colis alimentaires en plus des 700 colis de Noël, pour un montant total de 200.000 euros. Outre la nourriture, les colis contiennent également des produits de lessive, des brosses à dents ou encore des couches. A présent Lidl a annoncé vouloir renforcer son soutien aux banques alimentaires par une coopération  structurelle et contractuelle.


Le Boerenbond en colère

Le moins qu’on puisse dire, c’est que les actions de Lidl ne laissent pas indifférent. Ainsi le distributeur a suscité la colère du Boerenbond (Ligue paysanne) par sa nouvelle promotion : à l’achat d’un paquet de viande de porc ou de veau, Lidl offre un paquet gratuit. L’organisation estime que cette action est inadmissible, car Lidl  brade sa viande et ce au détriment des agriculteurs.


« Par cette action Lidl enfreint les accords conclus par le secteur agro-alimentaire belge (‘ketenoverleg’) », souligne Piet Vantemsche, président de la ligue. Néanmoins le discounter n’a pas souscrit à ce code de conduite, indiquant qu’il avait son propre code de conduite au sein de l’entreprise.


Lidl déplore les critiques du Boerenbond. « Nous regrettons que le Boerenbond ne nous ait pas concerté avant », déclare le distributeur. « Nous sommes prêts à en discuter. Notre action est tout à fait conforme aux pratiques du marché. Nous ne sommes pas les seuls à faire de telles promotions sur la viande. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Des gaufres retirées des magasins français pour cause de crise du friponil

21/08/2017

En France, des gaufres ont été retirées des rayons des magasins parce qu’elles contiennent des œufs susceptibles d’avoir été contaminées au fipronil.  Sur la liste se trouve également un lot de gaufres à la frangipane de Lotus.

Filet Pur : Un soufflé aux œufs brouillés

18/08/2017

Delhaize est à cours d’excuses et Dick Boer perd patience. Voilà ce que nous apprenions cette semaine. L’ambiance y est brouillée, mais ailleurs aussi. Voici votre résumé hebdomadaire par RetailDetail Food !

Douzième trimestre consécutif de croissance pour Walmart

17/08/2017

L’américain Walmart, la plus grande chaîne de supermarchés au monde, a dépassé les attentes des analystes et a enregistré une croissance pour le douzième trimestre d’affilée. La forte croissance du segment online y a largement contribué.

FrieslandCampina se sépare de sa division jus de fruits

17/08/2017

Le groupe de produits laitiers FrieslandCampina a cédé sa division de jus de fruits – dont fait partie notamment la marque Appelsientje – à la société d’investissement néerlandaise Standard Investment.

Dick Boer : « Delhaize perdra un peu de sa liberté »

17/08/2017

Un an après la fusion entre Ahold et Delhaize, le CEO Dick Boer revient sur l’année écoulée. « Nous avons accompli énormément de choses », confie-t-il au journal néerlandais FD, mais « Delhaize perdra un peu de sa liberté. »

Carlsberg augmente son CA, malgré la baisse des volumes

16/08/2017

Durant la première moitié de l’année le CA du brasseur danois Carlsberg a progressé de 2% à 31,8 milliards de couronnes (4,3 milliards d’euros). Cette croissance s’explique par l’augmentation des ventes de bières plus chères, comme la Grimbergen.

Back to top