L'instauration d’une consigne au plus tôt en 2018

L'instauration d’une consigne au plus tôt en 2018

A partir de 2016, les fabricants de boissons et le secteur de la distribution mettront chaque année 9 millions d’euros sur table pour lutter contre les déchets sauvages, et plus précisément contre les emballages de boissons.  Un système de consigne sur les cannettes et les bouteilles devrait voir le jour en juillet 2018.

 

17.500 tonnes de déchets sauvages

En Flandre, 17.500 tonnes de déchets sauvages sont récoltées chaque année.  60% de ces ordures sont des cannettes et des bouteilles et coûtent plus de 60 millions d’euros aux autorités.  Puisque les campagnes de sensibilisation ne sont pas suffisamment efficaces, le ministre flamand de l’environnement Joke Schauvliege (CD&V) a changé son fusil d’épaule : les communes qui instaurent une politique de gestion de déchets sauvages reçoivent de l’argent supplémentaire pour, par exemple, installer des caméras mobiles aux points stratégiques.  La ministre va également débloquer plus de 2 millions d’euros par an en faveur des organisations et des associations qui aident à récolter ces déchets sauvages.

 

Les producteurs de boissons et le secteur de la distribution mettront 9 millions d’euros sur table.  La ministre souhaite instaurer cette consigne, dont on parle déjà depuis longtemps, en juillet 2018, mais il faudra d’abord entamer des négociations avec Bruxelles et la Wallonie, ainsi qu’avec le secteur de la distribution.  Schauvliege prévoit un montant de 25 cents par cannette ou par bouteille.

 

La semaine dernière, Unizo avait déjà annoncé être en train de réfléchir à l’instauration d’une consigne qui, selon l’organisation des entrepreneurs, devrait coûter 40.000 euros à chaque commerçant.

Tags: