La faible livre sterling ne pèse pas sur les résultats de Lotus Bakeries

Lotus Bakeries progresse malgré la faiblesse de la livre sterling

Lotus Bakeries progresse malgré la faiblesse de la livre sterling
Shutterstock

Malgré la faiblesse de la livre sterling, le fabricant de biscuits Lotus Bakeries a réussi à faire progresser son chiffre d’affaires d’un pour cent.  Pourtant, Lotus avait une lourde base de comparaison suite à la croissance record réalisée en 2016.

Le spéculoos et les collations saines

Durant les six premiers mois de l’année 2017, le chiffre d’affaires de Lotus a augmenté de 256,4 millions à 258,9 millions d’euros.  Il était même question d’une croissance de 3% sur base comparable, et donc avant les effets de change.  Cela va satisfaire le CEO Jan Boone puisqu’il avait annoncé en début d’année que 2017 pouvait être une année de consolidation après l’année record de 2016.


La croissance en 2017 est principalement due à la forte vente des collations naturelles, mais la vente des gaufres Lotus a également continué sa progression.  « Actuellement, les produits sains et moins sains se confondent.  Un jour, les gens mangent une gaufre liégeoise chocolatée, et le jour suivant, ils veulent un produit sain et prennent une barre aux noix.  C’est ainsi.  Nos chiffres reflètent ce phénomène : les produits qui progressent le mieux sont nos collations saines aux fruits », selon le CEO Jan Boone.


L’exemple de Nutella

 « Aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, nous voulons renforcer Lotus Biscoff, soit le spéculoos, encore davantage.  Nous allons investir dans de la publicité télévisuelle pour y construire l’histoire de la marque.  Je suis convaincu que nous allons pouvoir faire progresser nos principaux produits dans les pays où nous sommes déjà présents », affirme Boone.  Lotus souhaite ainsi prendre exemple sur la pâte à tartiner Nutella ou les biscuits Oreo de Mondelez qui sont connus dans le monde entier.


Pas uniquement le chiffre d’affaires, le bénéfice net a également fait un bond en avant : celui-ci a progressé de 3,3% à 31,9 millions d’euros.  Lotus s’attend à ce que les effets de ses récentes augmentations de prix destinées à compenser la faible livre sterling, seront perceptibles durant la seconde partie de l’année. 
 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

The Belgian Chocolate House ouvre son premier magasin urbain belge

19/07/2018

The Belgian Chocolate House (le plus grand retailer chocolatier au monde avec pas moins de 1.000 de tonnes de chocolat par an) ouvre sa première boutique située dans une rue commerçante belge. Les clients peuvent également y consommer sur place.

Carrefour lance le personal shopper et la livraison en 90 minutes

19/07/2018

La chaîne de supermarchés Carrefour innove. Un personal shopper choisit vos produits, un triporteur les livre à domicile dans les 90 minutes. « Les retailers doivent se différencier au niveau du service, ce n’est que le début », explique Jorg Snoek, fondateur de RetailDetail.

Le ministre Peeters approuve finalement le plan de prépension chez Carrefour

18/07/2018

Comme prévu, le ministre de l’économie Kris Peeters a approuvé le plan de restructuration de Carrefour, y compris le plan de prépension. Le ministre a déclaré qu’il préférait la sécurité des travailleurs à la lutte contre « un mauvais signal ».

Illy est courtisé par Douwe Egberts et Nestlé

18/07/2018

Pour l’instant, la fin des mouvements de consolidation dans le secteur du café n’est pas en vue. Tant JAB que Nestlé s’intéressent à l’entreprise italienne Illycaffè, mais il n’est pas certain que la famille veuille vendre la société.

La viande in vitro dans les magasins dès 2021 ?

18/07/2018

La commercialisation de la viande in vitro accomplit de grandes avancées. Le pionnier Mosa Meat a levé 7,5 millions d’euros pour construire une usine qui mettra sur le marché un produit abordable d’ici trois ans.

Blokker voit le CA belge chuter fortement et le comité de direction se réduire

17/07/2018

Les problèmes persistent chez Blokker. Le conseil d’administration a encore été réduit (est passé de huit à cinq membres) et cette décroissance vaut également pour le chiffre d’affaires des magasins belges (-21%).