La faible livre sterling ne pèse pas sur les résultats de Lotus Bakeries

Lotus Bakeries progresse malgré la faiblesse de la livre sterling

Lotus Bakeries progresse malgré la faiblesse de la livre sterling
Shutterstock

Malgré la faiblesse de la livre sterling, le fabricant de biscuits Lotus Bakeries a réussi à faire progresser son chiffre d’affaires d’un pour cent.  Pourtant, Lotus avait une lourde base de comparaison suite à la croissance record réalisée en 2016.

Le spéculoos et les collations saines

Durant les six premiers mois de l’année 2017, le chiffre d’affaires de Lotus a augmenté de 256,4 millions à 258,9 millions d’euros.  Il était même question d’une croissance de 3% sur base comparable, et donc avant les effets de change.  Cela va satisfaire le CEO Jan Boone puisqu’il avait annoncé en début d’année que 2017 pouvait être une année de consolidation après l’année record de 2016.


La croissance en 2017 est principalement due à la forte vente des collations naturelles, mais la vente des gaufres Lotus a également continué sa progression.  « Actuellement, les produits sains et moins sains se confondent.  Un jour, les gens mangent une gaufre liégeoise chocolatée, et le jour suivant, ils veulent un produit sain et prennent une barre aux noix.  C’est ainsi.  Nos chiffres reflètent ce phénomène : les produits qui progressent le mieux sont nos collations saines aux fruits », selon le CEO Jan Boone.


L’exemple de Nutella

 « Aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, nous voulons renforcer Lotus Biscoff, soit le spéculoos, encore davantage.  Nous allons investir dans de la publicité télévisuelle pour y construire l’histoire de la marque.  Je suis convaincu que nous allons pouvoir faire progresser nos principaux produits dans les pays où nous sommes déjà présents », affirme Boone.  Lotus souhaite ainsi prendre exemple sur la pâte à tartiner Nutella ou les biscuits Oreo de Mondelez qui sont connus dans le monde entier.


Pas uniquement le chiffre d’affaires, le bénéfice net a également fait un bond en avant : celui-ci a progressé de 3,3% à 31,9 millions d’euros.  Lotus s’attend à ce que les effets de ses récentes augmentations de prix destinées à compenser la faible livre sterling, seront perceptibles durant la seconde partie de l’année. 
 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

Carrefour et Système U négocient une alliance pour 5 ans

25/04/2018

Carrefour et Système U négocient une alliance pour cinq ans qui permettrait aux deux enseignes d’obtenir de meilleurs prix d’achat auprès des producteurs de biens de consommation. Le partenariat devrait aussi bénéficier les filières agricoles.

« Le prix du chocolat ne peut être un tabou »

25/04/2018

La vente de produits fairtrade dans notre pays continue de grimper, en particulier dans le rayon chocolat. Tant mieux, car le secteur se trouve devant de grands défis. « Le chocolat ne disparaîtra pas, mais le prix du cacao doit augmenter. »

Becel passe (en partie) en mains belges

25/04/2018

Désormais la famille belge Frère aura également voix au chapitre chez Flora Food Group (FFG), la division margarine qu’Unilever cède à l’américain KKR. Le holding GBL injecte un quart de milliard d’euros et acquiert ainsi une participation de 3,7%.

Coca-Cola en croissance grâce au Light et au Zero

25/04/2018

Au premier trimestre Coca-Cola a vu chuter son chiffre d’affaires  de 16%, mais  dépasse néanmoins les attentes des analystes. La croissance organique du chiffre d’affaires s’est élevée à 5%, grâce au relancement des boissons sans sucre.

Carrefour Belgique franchit le cap des 300 Express

24/04/2018

Demain soir, Carrefour fête l’inauguration de son 300ème Express en Belgique, le 92ème en région bruxelloise. Il s’agit d’un jalon d’autant plus important que ce nouvel Express Froissart redéfinit le concept de magasin destiné à une clientèle de passage.

Fnac Darty poursuit sa croissance grâce aux collaborations

23/04/2018

Au 1er trimestre de 2018 le CA du groupe d’électronique Fnac Darty  a connu une légère croissance. Le groupe dit progresser rapidement dans l’implémentation de son plan de redressement: fin 2018 les synergies devraient atteindre 130 millions d’euros.