Lotus : forte croissance grâce aux investissements | RetailDetail

Lotus : forte croissance grâce aux investissements

Lotus : forte croissance grâce aux investissements

Grâce aux biscuits Dinosaurus et à son programme d’investissements, Lotus Bakeries a réalisé d’excellentes performances au cours du premier semestre de cette année, avec à la clé un bénéfice d’exploitation nettement plus élevé.

Les gaufres et le spéculoos également très prisés

Durant les six premiers mois de 2014, le chiffre d’affaires du fabricant de biscuits a augmenté de 5 % pour atteindre 167,8 millions d’euros.  L’entreprise attribue cette hausse à la croissance de quelques marques au sein du groupe.  Les biscuits Dinosaurus surtout se sont très bien vendus.


Lotus avait déjà acquis les droits du fameux biscuit pour enfants en 2012, mais n’a été autorisé à le commercialiser qu’en juillet 2013, date à laquelle expirait la licence de son concurrent LU. Ensuite, une vaste campagne publicitaire a été lancée en Belgique et en France.  Bien que LU ait tenté de riposter avec sa gamme de biscuits Aztec, cela n’aura pas suffi à freiner l’ascension des biscuits Dinosaurus.


A noter également les belles performances dans d’autres segments : durant l’année écoulée, les ventes de pâte à tartiner à base de spéculoos ont quintuplé au Royaume-Uni. En France, aux  Etats-Unis et aux Pays-Bas, les ventes de spéculoos et de pâte à tartiner à base de spéculoos ont également augmenté.  Par ailleurs le nouveau format des gaufres de Liège, qui existent maintenant en format mini, a permis une belle progression de la gamme des gaufres.

 

Augmentation du bénéfice

Et enfin, le programme d’investissements de ces dernières années a lui aussi eu un effet favorable sur les résultats.  Ce  programme comprenait notamment la restructuration des usines néerlandaises de pain d’épice, le déménagement de la production de frangipanes de Lembeke vers Oostakker et la création de nouvelles lignes de production de spéculoos à Lembeke.


Tout ceci a permis de générer un bénéfice d’exploitation récurrent de 22 millions d’euros, 16,9% de plus que l’année dernière.  Le bénéfice net, lui aussi,  a fortement augmenté de 19,4%, pour atteindre 16 millions d’euros.  « Le management est ravi de constater que, sous l’impulsion de ces investissements, la rentabilité du groupe a considérablement progressé durant l’année comptable en cours », précise Lotus dans un communiqué de presse.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Carrefour se voit contraint de fermer des centaines de magasins Dia

22/05/2018

Carrefour ne trouve pas de repreneurs pour des centaines de ses anciens magasins Dia en France.  Près de 230 points de vente devront probablement fermer leurs portes.

Carrefour et Tencent ouvrent un magasin high-tech à Shanghai

22/05/2018

Dans le concept de magasin ‘Le Marché’ qui vient d’ouvrir ses portes, le premier résultat d’un récent partenariat entre Carrefour et Tencent, les clients peuvent payer par reconnaissance faciale aux check-out sans personnel.

Carrefour dévoile des détails de son plan de transformation

22/05/2018

La santé et la numérisation sont les fers de lance des projets de Carrefour Belgique. Les clients iront chercher ou rapporter les commandes online dans tous les magasins Express. Le non-food fait place au bio et à l’horeca dans les hypermarchés.

Filet Pur: Par ici les friandises !

18/05/2018

Comment Colruyt parvient à rester si bon marché, que manigance Albert Heijn dans son rayon frais, pourquoi Delhaize mise sur le sans gluten et quelle est cette folle ambiance chez Aldi? Réponse dans le résumé hebdomadaire de RetailDetail Food.

Holland & Barrett envisage l’ouverture de magasins végans

17/05/2018

La chaîne britannique Holland & Barrett (anciennement Essenza au Benelux), spécialisée dans les produits de santé, projette l’ouverture de magasins entièrement végans. Une tendance que doit suivre l’enseigne, estime le CEO Peter Aldis.

Analyse : Six raisons pour lesquelles les grandes marques sont sous pression

17/05/2018

Les marques mondiales subissent de plus en plus la concurrence de petits acteurs locaux. Selon certains observateurs, l’âge d’or des marques est révolu. Une conclusion un peu prématurée peut-être, mais quelques tendances s’ébauchent néanmoins.