Makro teste un nouveau concept de magasin à Alleur

Makro teste un nouveau concept de magasin à Alleur

Makro a lancé un nouveau concept dans son magasin à Alleur. Le projet aura coûté quelque 10 millions d’euros. Si les résultats s’avèrent concluants, cette nouvelle approche sera déployée dans les cinq autres magasins de la chaîne.

Makro vise une clientèle de professionnels

Au travers de ce nouveau concept, Makro se veut plus attrayant pour les clients professionnels, et ce également dans le segment non-food. « Nous constatons qu’en Belgique des tas de gens sont actifs professionnellement dans le domaine de la construction et de l’aménagement intérieur. C’est pourquoi nous voulons créer un assortiment adapté pour ce groupe-cible », commentait Jean-Luc Tuzès, CEO de Makro Belgique, lors de l’inauguration officielle du magasin d’Alleur.


Cette attention particulière pour la clientèle professionnelle se traduit notamment par une nouvelle subdivision des catégories de produits en Good, Better et Pro. Alors que les deux premières catégories sont destinées avant tout aux particuliers, la troisième s’adresse aux professionnels. Certaines marques spécifiquement destinées aux professionnels ont été intégrées dans l’assortiment, bien que ces produits puissent également être utilisés par des particuliers désireux de travailler avec du matériel de pro.


Les professionnels auront également le choix quant au mode de livraison : soit ils peuvent emporter leurs achats directement via le drive-in du magasin, soit ils peuvent faire livrer la marchandise sur leur chantier.

 

Adaptations pour les particuliers aussi

Le nouveau concept comprend également quelques adaptations pour les particuliers. Désormais Makro vendra aussi des emballages plus réduits pour les petits ménages ou les personnes seules. Les emballages de viande notamment ont été revus en ce sens. Toutefois les remises sur quantité seront maintenues.


Quant au département du frais, Tuzès mise sur une chaîne d’approvisionnement rapide : « Nous voulons être ‘le plus frais’ de Belgique. Les délais d’approvisionnement doivent donc être très courts ». Dans la zone des produits réfrigérés, Makro utilise désormais des frigos fermés.

 

Information et services comme fers de lance

Les clients auront également la possibilité de se faire conseiller. Pour ce faire une cinquantaine d’employés en magasin sont chargés spécifiquement d’informer les clients. Ils seront facilement repérables par leur uniforme jaune. Le personnel chargé de remplir les rayons porte une tenue bleue. « Nous constatons que les consommateurs sont beaucoup mieux informés lorsqu’ils se rendent en magasin, mais ils souhaitent néanmoins pouvoir poser des questions supplémentaires dans le point de vente »,  précise Tuzès.


En outre Makro entend offrir davantage de services – allant de la pose de parquet aux ourlets de pantalons. La vente ne se limite donc pas au produit en soi.

 

Subdivision en différents univers

Au niveau de l’aménagement, le magasin reste subdivisé en différents ‘univers’, notamment les zones  cooking world, beauty world, urban outdoor, digital world. Pour chacune de ces zones Makro a tenté de recréer l’atmosphère d’une boutique, avec de hautes parois à l’extérieur et des parois plus basses à l’intérieur.


Il y a également quelques zones particulières : ‘experience’ (pour les démonstrations culinaires et autres), un espace confort (pour essayer tranquillement des chaussures, regarder des démos, …), des offres saisonnières (la rentrée des classes, …) et enfin des zones réservées aux fins de séries de produits digitaux et textiles.


60.000 références

Les travaux de transformation du point de vente à Alleur, qui sert de magasin pilote, ont commencé en septembre 2014. Excepté une modernisation du département des produits alimentaires frais en 2004, il s’agit de la première grande rénovation depuis l’ouverture du magasin en 1971.


Outre Alleur, Makro dispose également de magasins à Deurne, Eke, Lodelinsart, Machelen et Leeuw-Saint Pierre. Makro y propose quelque 60.000 références. « Rien que dans le département non-food, notre offre comprend plus de 500 marques », précise Tuzès.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Une question d’indigestion

17/11/2017

Dans certains quartiers généraux la tension monte a vue d’œil, mais pour les gourmets la semaine s’est plutôt bien déroulée. Vous avez raté quelque chose ? Voici le résumé hebdomadaire joyeusement gratiné de RetailDetail Food !

« De gardienne d’enfants à commerçante »

17/11/2017

Marieke Vermeire exploite le Carrefour Express de la Luikersteenweg à Hasselt aux côtés de son mari. « Le hasard a voulu que Carrefour recherche des franchisés pour exploiter ce magasin juste au moment où nous envisagions de nous lancer. »

RetailDetail Food #25 est disponible en ligne

17/11/2017

Comment les commerçants gèrent-ils les clients agressifs en magasin ? Voilà l’un des thèmes abordés dans le 25ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé des exploitants de supermarchés.

Le CEO d’Alpro, Bernard Deryckere, démissionne

16/11/2017

Bernard Deryckere, l’architecte du succès international de l’entreprise de produits laitiers belge Alpro, démissionne après 16 années passées au sein de l’entreprise. Des différends avec le nouveau propriétaire Danone seraient à l’origine de ce départ.

Tesco obtient le feu vert pour « la fusion de l’année » avec Booker

15/11/2017

Ça bouge dans le retail au Royaume-Uni : après l’absorbation de Nisa par Co-op, le leader du marché Tesco va lui aussi augmenter sa part de marché en rachetant le grossiste Booker pour la modique somme de 4,52 milliards d’euros !

L’Inde, terre promise pour les pommes et les poires belges

14/11/2017

Les fruiticulteurs belges s’en vont conquérir l’Inde : pour l’instant ce pays est déjà le principal marché d’exportation hors Europe pour les pommes belges et les poires belges y sont également fortement promues. 

Back to top