Manger à l’extérieur : un acte impulsif et solitaire

Manger à l’extérieur : un acte impulsif et solitaire
Shutterstock

Les soupes, pâtes, produits laitiers et salades sont des snacks populaires pour le consommateur out-of-home. Il est toutefois remarquable de constater que ce dernier mange souvent seul et fait des choix impulsifs. 


Fonctionnel ou émotionnel ? 


Dans le cadre du snacking, on établit une distinction entre les substituts de repas (snacks chauds et froids, soupes, pâtes, céréales pour petit déjeuner,…) et les en-cas (essentiellement des sucreries mais aussi des fruits et des produits laitiers). Le consommateur optera plutôt pour des substituts de repas à des fins fonctionnelles, tandis que l’aspect émotionnel est plus important pour les en-cas. 


Les snacks froids les plus populaires dans la grande enquête de Food in Mind et iVox sur les snacks ? Les produits laitiers (yaourts, produits lactés, produits à base de soja), suivis par les salades (salad bar, repas-salade) et les fruits. En ce qui concerne les snacks chauds, les consommateurs mangent le plus souvent de la soupe fraîche, suivie par des pâtes, un snack à base de viande (hamburger, hot-dog), un croque-monsieur, une pizza, des frites et de la soupe instantanée. 


Dans la catégorie des en-cas, ce sont les en-cas sucrés qui sont le plus souvent consommés : confiseries en barres, chocolat, biscuits, tarte,… Les fruits arrivent en deuxième place. En trois, nous avons les produits laitiers (fromage, yaourt, dessert à base de soja), en quatre les snacks salés (chips, saucisses, noix et noisettes) et en cinq, les friandises.
 

Sur le pouce


22% des snacks et en-cas ont été achetés à l’extérieur, dans le canal ‘out-of-home’. Food in Mind établit la distinction entre les lieux "Stop ’n go" (fast-food, sandwicherie, friterie,…), "On the road" (station-service, restoroute, aéroport, hôtel,…) et "Resto" (restaurant full-service, taverne, café-restaurant). 


Les principales raisons pour acheter un produit out-of-home sont le goût, l’habitude, l’implantation de l’établissement (sur la route depuis/vers le travail ou la maison) et le prix. 


Un constat remarquable : 38% des consommations out-of-home sont solitaires. Dans 22% des cas, le ou la partenaire partage le repas et dans 20% des cas, ce sont les collègues. 22% des consommations out-of-home sont impulsives, non prévues.