McDonald’s fait mieux qu’avant la crise

Nixx Photography / Shutterstock.com

McDonald’s se surpasse et dépasse les attentes après un premier trimestre solide. La reprise a été particulièrement notable sur le marché américain, avec des résultats supérieurs à ceux d’avant la pandémie.

 

Croissance à deux chiffres en 2021

Les consommateurs ont tendance à trouver du réconfort dans les hamburgers en période de pandémie, à en croire les résultats trimestriels de McDonald’s. La chaîne de restauration rapide a vu son chiffre d’affaires augmenter de 9 % à 5,12 milliards de dollars (4,23 milliards d’euros), soit plus que les 5,03 milliards de dollars que prévoyaient les analystes. Sur une base comparable, la croissance du chiffre d’affaires de 7,5 % est même supérieure celle enregistrée en 2019, avant le coronavirus.


Une performance principalement à mettre au crédit des États-Unis, où le chiffre d’affaires a bondi de 13,6 %. Les résultats à l’étranger ont été plus mitigés : la chaîne de hamburgers a encore souffert des confinements dans des pays comme la France et l’Allemagne, tandis que le Canada, le Royaume-Uni et l’Australie affichent une croissance positive. Dans ce que McDonald’s appelle ses marchés en développement, le chiffre d’affaires a progressé de 6,4 %, principalement grâce à la croissance enregistrée en Chine et au Japon. Il y a un an, le chiffre d’affaires s’était contracté de 5,3 % à cause de la pandémie.


Le bénéfice net a atteint 1,54 milliard de dollars (1,27 milliard de dollars), soit plus que les 1,11 milliard de dollars (0,92 milliard de dollars) de l’année précédente et plus que ce que les analystes osaient espérer. McDonald’s relève ainsi ses perspectives pour l’ensemble de l’année. Au lieu d’une croissance du chiffre d’affaires d’environ 10 %, la chaîne de fast-food table désormais sur une hausse de 15 %. Elle veut notamment se concentrer davantage sur le « marketing culturellement pertinent  », la numérisation, la livraison et le drive-thru. Au premier trimestre, le chiffre d’affaires en ligne du géant américain de la restauration rapide atteignait déjà 1,5 milliard de dollars.