Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles
Foto: samritk / Shutterstock.com

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

CA stable, bénéfice en baisse

La croissance réalisée par Metro au cours de sa première année sans les enseignes non-food Media Markt et Saturn (désormais regroupées sous Ceconomy) est minime : la croissance du chiffre d’affaires de 1,6%  à 37,1 milliards d’euros est attribuable en grande partie aux effets de change favorables. Sur base comparable le chiffre d’affaires n’a progressé que d’un modeste 0,5%.


La majeure partie de la croissance provient du grossiste Metro qui a enregistré une hausse du chiffre d’affaires de 3%. Par contre les ventes de l’enseigne d’hypermarchés Real continuent de baisser (en plus de la fermeture de certains magasins). Par ailleurs dans certains pays la situation de Metro reste problématique : la rentabilité est en recul en Belgique, aux Pays-Bas et en Russie.


En excluant les revenus exceptionnels suite à la scission, le bénéfice s’est établi à 583 millions d’euros, contre 495 millions d’euros l’an dernier. Le résultat d’exploitation (EBIT) est resté stable à 1,1 milliard d’euros.


Prêt pour une future croissance après une année mouvementée

Malgré tout Metro, le holding qui désormais chapeaute toutes les activités food et supermarchés de Real, Makro et Metro, se dit satisfait de l’année écoulée. Le président du conseil d’administration Olaf Koch qualifie l’exercice décalé 2016/2017 d’année de transition et entend accélérer le rythme de croissance. « Ce fut l’une des années les plus mouvementées et les plus importantes stratégiquement de l’histoire de Metro. Grâce à la cotation en bourse du nouveau Metro, nous avons posé les bases en vue de fournir encore davantage de focus, d’innovation et de croissance. Au final cela améliorera notre capacité de profit opérationnelle », explique-t-il.


Pour l’an prochain Koch table sur une croissance du chiffre d’affaires de 1,1% et une forte hausse de la rentabilité : selon Metro, le résultat d’exploitation brut, hors effets de change et immobilier, peut grimper de 10%, notamment en élargissant le service envers les clients du secteur horeca et en misant sur la digitalisation.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

Filet Pur : Un cheveux dans la soupe plastique

19/01/2018

Les retailers sont-ils des querelleurs et des escrocs? Les boissons énergisantes doivent-elles être interdites? Carrefour est-il à l’aube d’un assainissement et Delhaize va-t-il se hollandiser? Une semaine mouvementée que vous résume RetailDetail Food.

Colruyt et PepsiCo enterrent la hache de guerre : Pepsi à nouveau  disponible

19/01/2018

L’assortiment habituel de Pepsi et Lay’s sera à nouveau disponible chez Colruyt. Depuis novembre la chaîne avait retiré 29 produits du fabricant PepsiCo, qui refusait de lui accorder des réductions de prix. A présent le discounter met fin à ce boycott.

Aldi Nord et Aldi Süd collaborent pour le bien-être animal

18/01/2018

Aldi Nord et Aldi Süd s’associent dans le cadre d’une collaboration unique : la création de leur propre label, Fair & Gut, certifiant le bien-être animal. Pour l’instant le label est lancé uniquement en Allemagne et se limite à la volaille, mais sera étendu ultérieurement.

LensGroup acquiert deux webshops allemands

18/01/2018

Le belge LensGroup, maison-mère du site de vente en ligne de lentilles de contact LensOnline, a racheté deux webshops allemands. Ainsi le groupe fait son entrée sur le marché allemand et est désormais présent dans cinq pays européens.

Rewe teste la teneur minimale en sucre avec des puddings au chocolat

18/01/2018

Quelle est la quantité minimale de sucre jugée nécessaire par le consommateur ?  Rewe mène l’enquête auprès de ses clients. L’enseigne allemande  veut diminuer la teneur en sucre de ses produits maison, mais le client décide de la dose minimale.

Lidl tempère ses ambitions américaines

18/01/2018

Lidl  visait une centaine de magasins aux Etats-Unis durant la première année, mais se voit contraint de tempérer ses ambitions. Depuis sa traversée outre-Atlantique il y a environ six mois le discounter allemand y a ouvert 49 points de vente.

Back to top