Metro a presque retrouvé le niveau de l’année dernière

Metro a presque retrouvé le niveau de l’année dernière
Photo : Metro Group

Le groupe Metro, société mère de Makro et du grossiste du même nom, a presque réalisé le même chiffre d’affaires au quatrième trimestre que l’année dernière. La reprise se déroule (jusqu’à présent) plus facilement que prévu.

 

Une évolution positive

Au quatrième trimestre, le chiffre d’affaires comparable de Metro n’était qu’un demi pour cent inférieur à celui de l’année dernière, à la suite de l’augmentation significative de l’approvisionnement en gros du secteur horeca. L’entreprise allemande parle d’une importante amélioration de la tendance dans toutes les régions, même si les mesures sanitaires plus restrictives sont susceptibles d’à nouveau tout faire basculer.


Au quatrième trimestre de l’exercice décalé, le chiffre d’affaires a atteint 6,5 milliards d’euros, pour un total de 25,6 milliards d’euros sur l’ensemble de l’année. Sur l’ensemble de l’année, cela représente une baisse de 3,9 % hors effets de change. L’Allemagne, la Russie et l’Europe de l’Est en particulier, qui génèrent ensemble plus de la moitié du chiffre d’affaires, ont enregistré une évolution positive du chiffre d’affaires vers la fin.

 

Transformation achevée

En revanche, en Europe occidentale, à l’exception du marché intérieur allemand, la tendance négative se poursuit : le chiffre d’affaires pour l’ensemble de l’année a reculé de 10,6 %, tandis que les ventes ont baissé de 7 % en Asie. Néanmoins, le PDG, Olaf Koch, estime que la reprise se déroule mieux que prévu : le grossiste a déclaré avoir été en mesure de gagner d’importantes parts de marché dans son activité principale et se réjouit de la reprise de la croissance en Russie.


À l’exception du troisième trimestre, dominé par le COVID-19, le PDG retient « un exercice financier stable et solide, au cours duquel la transformation vers un véritable modèle de commerce de gros a été achevée ». Pour l’ensemble de l’exercice financier, Metro s’attend désormais à égaler les prévisions les plus optimistes, tant en termes de chiffre d’affaires que de bénéfice brut.