Nestlé augmente le salaire minimum

Nestlé augmente le salaire minimum

Nestlé est la première entreprise en Grande-Bretagne a augmenter le salaire minimum de tous ses employés à un montant supérieur au salaire minimum légal. Toutefois l’application de cette mesure risque de prendre encore un certain temps.

Encore 3 années d’attente pour les intérimaires

Au Royaume-Uni, le salaire minimum légal à l’heure actuelle est de 6,31 livres sterling par heure (7,9 euros). Nestlé a promis de rétribuer ses employés à hauteur de 7,65 livres sterling par heure (9,5 euros) et à Londres, où la vie est nettement plus chère, le salaire minimum atteindra les 8,8 livres sterling par heure (près de 11 euros).


L’entreprise a également promis de payer le salaire minimum aux jeunes diplômés et aux stagiaires, qui suivent le programme Fast Start de l’entreprise. Selon un porte-parole de l’entreprise, il faudra peut-être jusqu'à trois ans avant que le personnel temporaire, près de 800 personnes chez Nestlé en Grande-Bretagne, puisse également bénéficier de ce salaire minimum plus élevé.  En effet, les bureaux d’intérims ont jusqu’à décembre 2017 pour s’adapter.


« La bonne décision »

« En tant que grand employeur au Royaume-Uni, nous sommes certains d’avoir pris la bonne décision. Ce n’est pas uniquement bénéfique pour nos employés, mais également pour les communautés dans lesquelles ils travaillent et vivent », précise Fiona Kendrick, CEO de Nestlé UK & Irlande, dans le journal britannique The Telegraph.

 

Au Royaume-Uni, les critiques concernant le salaire minimum ne cessent d'augmenter. La semaine dernière, 33.000 employés de Tesco ont signé une pétition dans laquelle ils demandent une augmentation du salaire minimum. Nestlé est la première grande entreprise à revoir spontanément le salaire minimum à la hausse.

 

 

Traduction : Laure Jacobs

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Colruyt et PepsiCo enterrent la hache de guerre : Pepsi à nouveau  disponible

19/01/2018

L’assortiment habituel de Pepsi et Lay’s sera à nouveau disponible chez Colruyt. Depuis novembre la chaîne avait retiré 29 produits du fabricant PepsiCo, qui refusait de lui accorder des réductions de prix. A présent le discounter met fin à ce boycott.

Aldi Nord et Aldi Süd collaborent pour le bien-être animal

18/01/2018

Aldi Nord et Aldi Süd s’associent dans le cadre d’une collaboration unique : la création de leur propre label, Fair & Gut, certifiant le bien-être animal. Pour l’instant le label est lancé uniquement en Allemagne et se limite à la volaille, mais sera étendu ultérieurement.

Rewe teste la teneur minimale en sucre avec des puddings au chocolat

18/01/2018

Quelle est la quantité minimale de sucre jugée nécessaire par le consommateur ?  Rewe mène l’enquête auprès de ses clients. L’enseigne allemande  veut diminuer la teneur en sucre de ses produits maison, mais le client décide de la dose minimale.

Lidl tempère ses ambitions américaines

18/01/2018

Lidl  visait une centaine de magasins aux Etats-Unis durant la première année, mais se voit contraint de tempérer ses ambitions. Depuis sa traversée outre-Atlantique il y a environ six mois le discounter allemand y a ouvert 49 points de vente.

Carrefour clôture une année difficile

17/01/2018

Malgré une amélioration au 4ème trimestre, Carrefour termine une année particulièrement difficile, aussi en Belgique, où la croissance est négligeable. Attendons de voir quelles seront les mesures annoncées la semaine prochaine par le CEO Bompard.

L’enseigne britannique Iceland bannit le plastique

17/01/2018

L’enseigne de surgelés britannique Iceland est la première chaîne à supprimer tous les emballages plastiques de ses produits sous marques propres. D’ici 2023 tous seront emballés dans des matières plus durables, comme le carton ou le papier.

Back to top