Nestlé augmente le salaire minimum

Nestlé augmente le salaire minimum

Nestlé est la première entreprise en Grande-Bretagne a augmenter le salaire minimum de tous ses employés à un montant supérieur au salaire minimum légal. Toutefois l’application de cette mesure risque de prendre encore un certain temps.

Encore 3 années d’attente pour les intérimaires

Au Royaume-Uni, le salaire minimum légal à l’heure actuelle est de 6,31 livres sterling par heure (7,9 euros). Nestlé a promis de rétribuer ses employés à hauteur de 7,65 livres sterling par heure (9,5 euros) et à Londres, où la vie est nettement plus chère, le salaire minimum atteindra les 8,8 livres sterling par heure (près de 11 euros).


L’entreprise a également promis de payer le salaire minimum aux jeunes diplômés et aux stagiaires, qui suivent le programme Fast Start de l’entreprise. Selon un porte-parole de l’entreprise, il faudra peut-être jusqu'à trois ans avant que le personnel temporaire, près de 800 personnes chez Nestlé en Grande-Bretagne, puisse également bénéficier de ce salaire minimum plus élevé.  En effet, les bureaux d’intérims ont jusqu’à décembre 2017 pour s’adapter.


« La bonne décision »

« En tant que grand employeur au Royaume-Uni, nous sommes certains d’avoir pris la bonne décision. Ce n’est pas uniquement bénéfique pour nos employés, mais également pour les communautés dans lesquelles ils travaillent et vivent », précise Fiona Kendrick, CEO de Nestlé UK & Irlande, dans le journal britannique The Telegraph.

 

Au Royaume-Uni, les critiques concernant le salaire minimum ne cessent d'augmenter. La semaine dernière, 33.000 employés de Tesco ont signé une pétition dans laquelle ils demandent une augmentation du salaire minimum. Nestlé est la première grande entreprise à revoir spontanément le salaire minimum à la hausse.

 

 

Traduction : Laure Jacobs

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Une question d’indigestion

17/11/2017

Dans certains quartiers généraux la tension monte a vue d’œil, mais pour les gourmets la semaine s’est plutôt bien déroulée. Vous avez raté quelque chose ? Voici le résumé hebdomadaire joyeusement gratiné de RetailDetail Food !

« De gardienne d’enfants à commerçante »

17/11/2017

Marieke Vermeire exploite le Carrefour Express de la Luikersteenweg à Hasselt aux côtés de son mari. « Le hasard a voulu que Carrefour recherche des franchisés pour exploiter ce magasin juste au moment où nous envisagions de nous lancer. »

RetailDetail Food #25 est disponible en ligne

17/11/2017

Comment les commerçants gèrent-ils les clients agressifs en magasin ? Voilà l’un des thèmes abordés dans le 25ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé des exploitants de supermarchés.

Le CEO d’Alpro, Bernard Deryckere, démissionne

16/11/2017

Bernard Deryckere, l’architecte du succès international de l’entreprise de produits laitiers belge Alpro, démissionne après 16 années passées au sein de l’entreprise. Des différends avec le nouveau propriétaire Danone seraient à l’origine de ce départ.

Tesco obtient le feu vert pour « la fusion de l’année » avec Booker

15/11/2017

Ça bouge dans le retail au Royaume-Uni : après l’absorbation de Nisa par Co-op, le leader du marché Tesco va lui aussi augmenter sa part de marché en rachetant le grossiste Booker pour la modique somme de 4,52 milliards d’euros !

L’Inde, terre promise pour les pommes et les poires belges

14/11/2017

Les fruiticulteurs belges s’en vont conquérir l’Inde : pour l’instant ce pays est déjà le principal marché d’exportation hors Europe pour les pommes belges et les poires belges y sont également fortement promues. 

Back to top