Nestlé : chiffre d’affaires trimestriel inférieur aux objectifs

Nestlé : chiffre d’affaires trimestriel inférieur aux objectifs

Avec une croissance organique de 4,2%, les résultats de Nestlé sont légèrement inférieurs à l’objectif annuel de 5% que s’était fixé le groupe. En raison de la force du franc suisse, le CA a régressé de plus de 5% et s’établit à CHF 20,8 milliards.

Les conditions restent difficiles en Europe

Nestlé subdivise ses résultats en six segments opérationnels : trois zones géographiques (Europe, Amériques et Asie-Océanie-Afrique) et trois ‘business units’ (Nestlé Waters, Nestlé Nutrition et un trio d’autres activités, dont Nespresso).


Dans la zone Europe, Nestlé continue d’éprouver des difficultés : le chiffre d’affaires organique y a chuté à CHF 3,53 milliards (-0,8%). L’Espagne et le Portugal présentent « des signes encourageants de reprise», mais « la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont connu un début d’année plus lent. » En Europe de l’Est, la Russie affiche une forte croissance, mais le reste de la région souffre de « l’instabilité et des incertitudes actuelles ».


L’Asie, l’Océanie et l’Afrique enregistrent la plus forte croissance autonome (+5,3%) avec un chiffre d’affaires de CHF 4,44 milliards. Belle performance aussi en Amérique du Nord et du Sud – qui avec un CA de CHF 6 milliards demeure la zone principale – où Nestlé réalise une croissance de +4,1%.


Comparativement les trois ‘business units’ font nettement mieux : Nestlé Waters a vu son chiffre d’affaires augmenter de 6,2% à CHF 1,6 milliard ;  Nestlé Nutrition réalise un CA de CHF 2,3 milliards (+6,4%) et le trio Nestlé Professional – Nespresso – Nestlé Health Sciences enregistre un CA de CHF 2,9 milliards (+6,4%).


Perspectives confirmées pour 2014

La croissance organique de 4,2% est la plus faible croissance trimestrielle depuis 2009, après une année 2013 elle aussi modeste. « Notre croissance organique dans les premiers mois de l’année est en ligne avec nos prévisions, davantage conduite par les volumes que par les prix », commente le CEO belge Paul Bulcke (photo).


Le CEO confirme néanmoins les perspectives sur l’ensemble de l’année 2014 : une croissance autonome d’environ  5% et une amélioration des marges et de la rentabilité, et ce « malgré le renforcement continu du franc suisse. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Images hallucinantes ? Une seule adresse !

15/12/2017

Jef Colruyt est un modèle de sérénité imperturbable et le jambon pata negra est le bitcoin de la charcuterie. Deux conclusions instructives parmi d’autres, à découvrir dans votre rubrique FMCG hebdomadaire, assaisonnée par RetailDetail Food !

RetailDetail Food #26 staat online

15/12/2017

Les représentants commerciaux sont-ils encore les bienvenus chez les retailers ? Le point sur cette question, avec des réponses très divergentes,  dans ce 26ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé pour les exploitants de supermarchés.

Analyse : Comment Colruyt Group s’arme-t-il  contre une éventuelle guerre des prix ?

14/12/2017

Malgré des marges en baisse, Colruyt ne renoncera pas à sa garantie du meilleur prix : afin de financer une éventuelle guerre des prix le retailer mise sur l’automatisation, le gain de productivité et des magasins de format un peu plus réduit.

Carrefour continue de perdre des parts de marché en France

13/12/2017

Alexandre Bompard, CEO de Carrefour, est confronté à un énorme défi. C’est ce que confirment une fois de plus les derniers chiffres de Kantar Worldpanel, selon lesquels le groupe serait le plus grand perdant en termes de parts de marché en France.

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

13/12/2017

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

AB InBev : 70 emplois supprimés au siège principal de Louvain

12/12/2017

Suite à la décision de déménager son service mondial d’achats vers la Suisse, où était déjà basé le service d’achats de SABMiller, le brasseur AB InBev supprimera 70 emplois au siège principal de Louvain.

Back to top