Nestlé : chiffre d’affaires trimestriel inférieur aux objectifs

Nestlé : chiffre d’affaires trimestriel inférieur aux objectifs

Avec une croissance organique de 4,2%, les résultats de Nestlé sont légèrement inférieurs à l’objectif annuel de 5% que s’était fixé le groupe. En raison de la force du franc suisse, le CA a régressé de plus de 5% et s’établit à CHF 20,8 milliards.

Les conditions restent difficiles en Europe

Nestlé subdivise ses résultats en six segments opérationnels : trois zones géographiques (Europe, Amériques et Asie-Océanie-Afrique) et trois ‘business units’ (Nestlé Waters, Nestlé Nutrition et un trio d’autres activités, dont Nespresso).


Dans la zone Europe, Nestlé continue d’éprouver des difficultés : le chiffre d’affaires organique y a chuté à CHF 3,53 milliards (-0,8%). L’Espagne et le Portugal présentent « des signes encourageants de reprise», mais « la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont connu un début d’année plus lent. » En Europe de l’Est, la Russie affiche une forte croissance, mais le reste de la région souffre de « l’instabilité et des incertitudes actuelles ».


L’Asie, l’Océanie et l’Afrique enregistrent la plus forte croissance autonome (+5,3%) avec un chiffre d’affaires de CHF 4,44 milliards. Belle performance aussi en Amérique du Nord et du Sud – qui avec un CA de CHF 6 milliards demeure la zone principale – où Nestlé réalise une croissance de +4,1%.


Comparativement les trois ‘business units’ font nettement mieux : Nestlé Waters a vu son chiffre d’affaires augmenter de 6,2% à CHF 1,6 milliard ;  Nestlé Nutrition réalise un CA de CHF 2,3 milliards (+6,4%) et le trio Nestlé Professional – Nespresso – Nestlé Health Sciences enregistre un CA de CHF 2,9 milliards (+6,4%).


Perspectives confirmées pour 2014

La croissance organique de 4,2% est la plus faible croissance trimestrielle depuis 2009, après une année 2013 elle aussi modeste. « Notre croissance organique dans les premiers mois de l’année est en ligne avec nos prévisions, davantage conduite par les volumes que par les prix », commente le CEO belge Paul Bulcke (photo).


Le CEO confirme néanmoins les perspectives sur l’ensemble de l’année 2014 : une croissance autonome d’environ  5% et une amélioration des marges et de la rentabilité, et ce « malgré le renforcement continu du franc suisse. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Bio-Planet et Dreambaby se lancent ensemble à Marcinelle

23/08/2017

Bio-Planet et Dreambaby, 2 filiales de Colruyt, ont ouvert un nouveau magasin sur un site commun à Marcinelle : le 26ième point de vente du supermarché bio et le 25ième et plus grand magasin en Belgique pour le spécialiste d’articles pour bébés.

Walmart fait appel à Google dans sa course au client numérique

23/08/2017

Walmart fait appel à Google dans la course à l’acheteur numérique.  A partir de fin septembre, les clients du géant du supermarché américain pourront placer une commande par voie orale via l’application Google Home et se faire livrer à domicile.

Rudi Petit-Jean, directeur de Sligro-ISPC Belgique

23/08/2017

Le 15 octobre, Rudi Petit-Jean deviendra le nouveau directeur de Sligro-ISPC Belgique.  Il sera responsable de l’intégration d’ISPC qui a été reprise plus tôt cette année et du développement du réseau d’agences Sligro-ISPC.

Unilever et Nestlé investissent dans la technologie blockchain

22/08/2017

Avec l’aide de l’entreprise américaine IBM, les entreprises alimentaires Unilever et Nestlé vont intégrer la technologie blockchain dans leur fonctionnement.  Elles souhaitent ainsi encore mieux contrôler la chaîne logistique.

Delhaize lance un assortiment pour crudivores

22/08/2017

Delhaize vient d’élargir son assortiment avec quelques nouveaux produits destinés aux crudivores. Il s’agit de cakes préparés avec des ingrédients non transformés.

Reprise de Danone par Kraft Heinz en vue ?

22/08/2017

Selon certaines rumeurs, Kraft Heinz lorgnerait Danone. Le géant des produits laitiers serait la prochaine cible du groupe, après l’échec de l’offre de rachat sur Unilever. Toutefois un accord est encore loin d’être conclu, estiment les analystes.

Back to top