Nestlé : croissance décevante en 2017

Nestlé : croissance décevante en 2017

Nestlé : croissance décevante en 2017
Shutterstock

Avec une croissance minime de 0,4% en 2017, le géant agroalimentaire suisse Nestlé a déçu les attentes des analystes.

« En-deçà de nos attentes »

En 2017 Nestlé a réalisé un chiffre d’affaires de 89,8 milliards de francs suisses (près de 78 milliards d’euros). La croissance organique s’est établie à 2,4%, alors que la croissance attendue était de 2,6%. Un tiers de cette croissance organique est attribuable aux hausses de prix.


Cette faible croissance a eu un impact sur le bénéfice, qui a chuté de 15,8%, passant de 9,62 à 7,2 milliards de francs suisses (6,2 milliards d’euros). « La croissance organique de notre chiffre d’affaires se situe dans la marge prévue, mais en-deçà de nos attentes, principalement en raison des faibles performances en fin d’année. La croissance du chiffre d’affaires en Europe et en Asie est encourageante, alors qu’en Amérique du Nord et au Brésil nous continuons d’être confrontés à un marché difficile », commente le CEO Mark Schneider.


En Amérique du Nord et du Sud Nestlé a progressé de 0,9% sur base organique, dont 0,7% est attribuable aux hausses de prix. En Amérique du Nord toutefois il est question d’une légère baisse et au Brésil la situation reste difficile. Dans la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique du Nord, la croissance organique du chiffre d’affaires s’est élevée à 2,3%, dont 0,6% grâce aux hausses de prix. Dans cette zone toutes les régions enregistrent de bons résultats. La zone comprenant l’Asie, l’Océanie et le reste de l’Afrique affiche la plus forte croissance organique : +4,7%, dont 1,8% grâce aux hausses de prix.


Cession de la participation dans L’Oréal ?

Le géant suisse a également fait savoir qu’il n’envisageait pas d’augmenter sa participation dans L’Oréal : le groupe a décidé de ne pas renouveler son accord actionnarial avec le groupe de cosmétiques français.


Récemment le groupe français avait laissé entendre qu’il était intéressé par la reprise des actions de Nestlé, si  le groupe suisse décidait de les céder. Nestlé détient 23% des actions, soit un montant  d’environ 23 milliards d’euros. Cette cession répondrait également aux exigences de l’investisseur Daniel Loeb, qui depuis longtemps souhaite que Nestlé se focalise uniquement sur l’alimentation.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

Filet Pur : Un tourbillon de mauvaises nouvelles

22/06/2018

Malgré les tentatives de nombreux retailers alimentaires pour camoufler leur actualité morose, Filet Pur est néanmoins parvenu à la débusquer. Voici le résumé hebdomadaire, quelque peu douloureux mais toujours très instructif, de RetailDetail Food!

Panos remplace la carte client par une app

21/06/2018

La chaîne de sandwicheries Panos a digitalisé son programme client : adieu à la carte en plastique, bienvenue à l’app. « A court terme nous espérons via ce canal atteindre et faire la connaissance de 150.000 clients », indique l’enseigne.

Kellogg’s accusé d’emballage trompeur

21/06/2018

Test-Achats a déposé une plainte auprès du SPF Economie contre Kellogg’s. L’organisation de défense des consommateurs estime que l’information sur les emballages des barres de céréales aux fruits rouges Special K est trompeuse.

La cherté de l’alimentation pousse le consommateur au-delà de la frontière

20/06/2018

Tandis que l’exportation de produits alimentaires belges est en plein boom, la consommation sur le marché intérieur est en baisse vu l’augmentation des prix. Une tendance inquiétante, estime l’industrie : le gouvernement doit intervenir.

Les fans de bière aventureux mettent les petits brasseurs au défi

20/06/2018

La consommation mondiale de ‘craft beer’ continue son ascension, mais pour les amateurs de bières spéciales artisanales la fidélité à la marque est une notion toute relative. De quoi mettre les producteurs au défi.

Albert Frère goûte aux fricandelles Vanreusel

20/06/2018

Ergon, un fonds d’investissement qui fait partie du holding GBL, a pris une participation dans Beltaste, l’entreprise derrière le fabricant de fricandelles Vanreusel. Ce dernier recherchait un partenaire financier depuis un certain temps déjà.