Oxfam satisfait des engagements de Coca-Cola contre l’accaparement de terres | RetailDetail

Oxfam satisfait des engagements de Coca-Cola contre l’accaparement de terres

Oxfam satisfait des engagements de Coca-Cola contre l’accaparement de terres

La compagnie Coca-Cola a pris des mesures afin de bannir l’accaparement de terres au sein de sa chaîne d’approvisionnement, pour éviter que les paysans dans les pays en voie de développement soient chassés de leurs terres pour la production de sucre de l’entreprise. 

« Aucune entreprise n’est trop grande pour être à l’écoute de ses clients »

« Cette promesse prouve une fois de plus qu’aucune entreprise n’est trop grande pour être à l’écoute de ses clients. Les plus grandes entreprises alimentaires changent leur approche sous pression des consommateurs ». A peine un mois après le lancement de la campagne d’Oxfam contre l’accaparement de terres via les réseaux sociaux – pas moins de 215.000 personnes dans le monde ont signé la pétition – Coca Cola s’est déjà engagé à agir.


« Les promesses de Coca-Cola sont extrêmement concrètes et mesurables et liées à des deadlines. Nous en sommes très satisfaits, mais nous veillerons de près à ce que Coca-Cola respecte ses engagements », indique Oxfam. Si Coca-Cola tient ses promesses, l’entreprise contribuera considérablement à éviter des conflits où les paysans sont expulsés de leurs terres.


Pepsico et ABF suivront-ils l’exemple de Coca-Cola ?

Coca-Cola exige de ses embouteilleurs et franchisés qu’ils suivent l’exemple du groupe. Selon Oxfam, l’entreprise effectuera des évaluations sociales et environnementales à grande échelle tout au long de sa chaîne d’approvisionnement : d’abord en Colombie, au Guatemala et au Brésil et ensuite en Inde, en Afrique du Sud, ainsi que dans d’autres pays. Le géant d’Atlanta s’est également engagé à publier la liste de ses principaux fournisseurs en sucre.


PepsiCo et Associated Britisch Foods (ABF), les deux autres entreprises visées par la campagne Oxfam, n’ont pas encore pris position dans cette polémique dénoncée dans le rapport ‘Nothing Sweet About It’.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Colruyt retire des produits Nestlé des rayons

21/02/2018

Colruyt a retiré au moins 18 produits de Nestlé de ses rayons. Les deux parties ne sont pas parvenues à un accord sur les prix, par conséquent le retailer suspend temporairement la vente de ces produits dans ses magasins.

Les supermarchés opposés à la proposition européenne en faveur des agriculteurs

20/02/2018

Les supermarchés s’opposent à la proposition de la Commission européenne visant à accorder des prix plus élevés aux agriculteurs lors des négociations. Selon certains distributeurs des Pays-Bas, d’Allemagne et d’Autriche, cela entraînera des hausses de prix pour le consommateur.

La chaîne de restaurants belge Umamido s’en va conquérir les pays voisins

20/02/2018

La chaîne de restaurants belge Umamido, spécialisée dans les plats à base de nouilles, envisage une expansion internationale l’an prochain et l’ouverture de nouveaux établissements en Belgique. Umamido  sert des rāmen, une soupe à base nouilles d’inspiration japonaise.

La Jupiler disparaît des rayons durant quelques mois

20/02/2018

AB InBev lance un coup de pub étonnant : sa marque phare Jupiler disparaîtra des rayons durant quelques mois. Afin de ‘soutenir’ les Diables Rouges lors de la Coupe du Monde (ou pour en tirer profit) la marque s’appellera temporairement ‘Belgium’.

Colruyt participe au service de courses de PostNL

20/02/2018

Aux Pays-Bas le nouveau service Stockon, en collaboration avec PostNL, livrera désormais les courses à domicile toutes les deux semaines. A noter que les marques maison portent le label Boni, la marque propre de la chaîne de supermarchés belge Colruyt.

Carrefour : choisissez vous-même le prix du lait ‘équitable’

19/02/2018

A l’exemple de la France, Carrefour lance le lait « La marque du consommateur », une nouvelle marque dont le prix est fixé par les consommateurs eux-mêmes. Le lait coûtera 1,05 €, afin que les agriculteurs obtiennent une marge plus importante.

Back to top