PepsiCo clôture un excellent trimestre

PepsiCo clôture un excellent trimestre
Shutterstock.com

Le géant américain de l’agroalimentaire PepsiCo a enregistré une remontée au dernier trimestre, après un creux au début de la pandémie. Comme son grand rival Coca-Cola, la société compte sur une campagne de vaccination réussie pour stimuler sa croissance en 2021. 

 

Vieilles habitudes

Cette année, le groupe prévoit une augmentation d’environ 5% de son chiffre d’affaires comparable, c'est-à-dire hors effets de change, cessions ou acquisitions. «  Nous supposons que les campagnes de vaccination vont s’accélérer et que les déplacements des populations vont reprendre progressivement, poussant les consommateurs à revenir à certaines habitudes de prépandémie d’ici le second semestre », a souligné le PDG de l’entreprise, Ramon Laguarta, dans un communiqué cité par La Presse.

 

D'autre part, le PDG est convaincu que certains changements de comportement liés à la pandémie se maintiendront. Il pense à l’utilisation toujours plus fréquente d'Internet, au télétravail et à une demande continue des ménages pour des grandes marques connues.

 

Remontée

Au début de la crise du coronavirus, PepsiCo a enregistré une forte baisse des ventes de sodas. Au quatrième trimestre, elle a toutefois pu continuer sur la lancée de la reprise entamée au troisième trimestre. En Amérique du Nord, les ventes de sodas ont grimpé de 9%. Mais les ventes d’en-cas comme les chips Lays et les gâteaux apéritifs Cheetos ont également augmenté (+6%), tout comme celles des flocons d'avoine Quaker (+8%). Les ventes ont aussi progressé dans les autres régions du monde, sauf en Amérique latine, où elles ont baissé de 5% principalement en raison d’effets de change négatifs.

 

Le chiffre d’affaires total du groupe sur la période de trois mois clôturée le 26 décembre a progressé de 8,8%, atteignant 22,46 milliards de dollars  (18,5 milliards d’euros).  Sur l’ensemble de l’année, le chiffre d’affaires de PepsiCo a augmenté de 4,8 % à 70,37 milliards de dollars (58 milliards d’euros).   Son bénéfice net s’est un peu tassé, descendant à 7,12 milliards de dollars (5,85 milliards d’euros).