Picnic s’associe à Edeka pour son expansion internationale

Picnic s’associe à Edeka pour son expansion internationale
Photo : Dafinchi / Shutterstock.com

Dans cinq ans, Picnic entend devenir un acteur international majeur. Une nouvelle alliance d'achat avec le leader du marché allemand Edeka et une marque propre devraient rendre cela possible : la France et le Royaume-Uni sont déjà dans la ligne de mire.

 

Pourquoi pas l'Espagne ou la Pologne ?

Dans quelques semaines, Picnic lancera pour la première fois une marque propre. Selon le co-fondateur, Joris Beckers, cette initiative démontrera non seulement la maturité du supermarché en ligne hollandais, mais soutiendra également les ambitions d'expansion internationale du service de livraison de produits alimentaires. En plus des étiquettes en néerlandais et en allemand, les produits de marque propre porteront également des mentions en français et en anglais.


En effet, le service de livraison de courses ligne souhaite aujourd’hui conquérir la France et le Royaume-Uni, après une implantation réussie dans une centaine de villes aux Pays-Bas et trente localités en Allemagne . « Je pense que Picnic sera un acteur international majeur dans cinq ans », a déclaré Beckers au Financieele Dagblad. « Il n’y a pas de raison que ça ne fonctionne pas en Angleterre, en France, en Espagne ou en Pologne. »

 

Pas trop tape à l’oeil 

Pour concrétiser ses ambitions, Picnic va conclure une nouvelle alliance d'achat avec le groupe de supermarchés allemand Edeka, qui possède déjà 35% de Picnic Allemagne. À cette fin, le supermarché en ligne délaisse son partenaire d'achat initial Superunie et met en place une nouvelle organisation baptisée Everest. Edeka s’est dit satisfait de ce nouveau partenariat, car un acteur présent uniquement en ligne est un atout intéressant dans les négociations avec les grands fabricants de marques. Il n'est cependant pas question d'une reprise. 


La marque propre de Picnic se distinguera de ce à quoi les  consommateurs sont habitués, peut-on lire. Comme la formule ne doit pas suivre une logique de magasin, tout repose sur le commerce électronique. Par exemple, les emballages ne doivent pas être top tape-à-l’œil  mais peuvent arborer des illustrations et sont toujours mis au point pour être « parfaitement adaptés aux caisses de livraison ». Picnic prévoit cette année à un chiffre d'affaires de 500 millions d'euros, mais l'entreprise reste déficitaire.