Pression du coronavirus croissante pour les supermarchés

Pression du coronavirus croissante pour les supermarchés
Shutterstock.com

Quiconque souhaite faire ses courses chez Delhaize devra à nouveau venir seul. Cette mesure plus stricte reflète la pression croissante qu’exerce la deuxième vague de coronavirus sur les supermarchés.

 

Manque de personnel et thésaurisation

Les grands supermarchés retiennent leur souffle tandis que la deuxième vague de coronavirus approche de son pic. Dans certaines régions, des magasins ont déjà fermé en raison du manque de personnel. C’était notamment le cas à Anderlecht (Colruyt) et à Audenarde (Aldi). Delhaize n’a pas encore fermé, mais le supermarché a renforcé ses mesures de sécurité hier. Sauf exception, comme les personnes devant être accompagnées, les clients devront faire leurs courses seuls. « De cette façon, nous voulons réduire la pression sur nos employés et appliquer au mieux les mesures relatives à la santé et à la sécurité de nos clients et de nos employés », déclare le porte-parole, Roel Dekelver, dans De Standaard.

 

Pour pallier le manque de personnel, les détaillants engagent de plus en plus des intérimaires et des étudiants. En effet, de plus en plus d’employés tombent malades ou doivent se mettre en quarantaine. « Cette deuxième vague semble mettre plus de pression sur l’organisation du travail que la première », convient Dekelver. « Lorsque cela est nécessaire, nous pouvons faire appel à du personnel des services de soutien pour les magasins et les centres de distribution. » Le concurrent Carrefour déploie à nouveau une équipe mobile, qui peut intervenir là où le besoin est le plus grand.

 

Outre les problèmes mentionnés, les supermarchés détectent une fois de plus les premiers signes d’un comportement de thésaurisation. La demande en livraisons à domicile est également en hausse. « Nous avons augmenté la capacité en vue de la période chargée de fin d’année. Heureusement, car nous constatons que la demande est déjà plus de deux fois supérieure à celle de l’année dernière », conclut Dekelver.