Résultats semestriels décevants pour Colruyt

Résultats semestriels décevants pour Colruyt

Pour la période avril-septembre Colruyt affiche un bénéfice de 158,7 millions d’euros, soit 7,6% de moins par rapport à l’année dernière. Avec ces chiffres semestriels et malgré la croissance du chiffre d’affaires de 7,7% (5,9% pour les magasins Colruyt mêmes, 14,2% pour Okay et Bio-Planet), la croissance continue du bénéfice depuis 1980 semble révolue.

 

Le chiffre d’affaires continue à progresser

Le chiffre d’affaires par contre continue à augmenter et s’élève aujourd’hui à 3,828 milliards d’euros : suite à la crise économique actuelle, de plus de plus de consommateurs optent pour les produits les moins chers,  le ‘core business’ de Colruyt. Le fait que le bénéfice baisse malgré tout, s’explique, selon le distributeur de Hal, par l’inflation des coûts.


Un hard discounter ne peut quasiment pas répercuter la hausse des prix des matières premières sur le consommateur et Colruyt ne semble pas pour l’instant disposer des armes nécessaires pour diminuer les coûts. Colruyt étant connu principalement comme chaîne de supermarchés à bas coûts, ceci laisse donc très peu de marge. Le bénéfice de l’entreprise a chuté de 6,5% à 228,6 millions d’euros et le bénéfice net de 7,6% à 158,7 millions d’euros. La marge opérationnelle a donc baissé également, mais les analystes considèrent malgré tout Colruyt comme l’une des chaînes de supermarchés les plus rentables de notre pays, voire même de l’Europe.

Troisième déception consécutive

Nouvelle désillusion donc pour les investisseurs de Colruyt, la troisième déjà cette année. En juillet le discounter pour la toute première fois n’avait pas réussi à atteindre ses objectifs et avait déçu les attentes des analystes. Ensuite en septembre un pronostic prudent annonçant un bénéfice net pour 2011-2012 stable tout au plus.


Et voilà maintenant l’annonce d’ une baisse du bénéfice, ce qui met Colruyt devant un sérieux défi quant au pronostic annuel : « Notre objectif pour l'année comptable 2011-2012 est de réaliser un bénéfice net consolidé qui approche celui de l'année dernière, ce qui dans le climat économique actuel est un véritable défi », comme l’a précisé Jef Colruyt, CEO du groupe.


 

Toutefois de nombreux investisseurs ont interprété cette annonce comme un avertissement sur les bénéfices déguisé, d’où une  baisse de l’action Colruyt ce mardi de 5%.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure


Questions or comments? Please feel free to contact the editors


« Le gastro-nationalisme menace notre industrie alimentaire »

21/06/2017

L’exportation de produits alimentaires belges est en plein essor, mais des mesures protectionnistes larvées constituent une menace. De plus les achats transfrontières et la pression sur les prix pèsent sur le CA national, affirme la Fevia.

Delhaize franchit le cap des 30 Shop & Go ouverts 24/7

21/06/2017

Depuis un certain temps déjà Delhaize mise sur sa formule de proximité Shop & Go avec ses horaires d’ouverture élargis. Certains sont même ouverts 24/7 et leur nombre se multiplie. Aujourd’hui ils sont 32 à ne jamais fermer leurs portes.

AB InBev veut céder deux marques de bière allemandes

21/06/2017

AB InBev cherche un repreneur pour ses marques de bière allemandes Hasseröder et Diebels. Le géant brassicole belge espère que cette cession lui rapportera environ 200 millions d’euros.

Colruyt Group : chiffre d’affaires en hausse de plus de 3%

20/06/2017

Au cours de l’exercice 2016/2017 le chiffre d’affaires de Colruyt Group a progressé de 3,4% à 9,493 milliards d’euros. Le bénéfice a lui aussi augmenté, bien que cette hausse soit attribuable à la cession de Pro à Pro finalisée le 1er février.

La cession de Devos Lemmens & co devrait rapporter 1 milliard d’euros

20/06/2017

La société de capital-investissement CVC a mandaté les banques d’affaires UBS et Messier Maris en vue de rechercher un repreneur pour Continental Foods à Puurs, où sont fabriquées les sauces Devos Lemmens, entre autres.

La Hongrie peut interdire l’étoile rouge de Heineken

20/06/2017

La Commission européenne a laissé entendre qu’elle ne s’opposait pas à l’interdiction que la Hongrie veut instaurer pour certains symboles, notamment l’étoile rouge utilisée dans le logo de Heineken.

Back to top