Red Market «source d’inspiration pour le hard discount français»

Red Market «source d’inspiration pour le hard discount français»

LSA, magazine retail représentatif en France, a consacré un dossier-photos à « Bruxelles, une capitale très marchande ». La revue spécialisée a envoyé Frank Rosenthal, auteur et consultant en retail, avec son appareil photo à la main dans la capitale belge, afin d’y découvrir des concepts qui illustrent « la diversité et la modernité du retail au pays des belges » et qui pourraient inspirer les distributeurs français.  Où est donc passé le chauvinisme français ?

Mention spéciale pour Red Market

Lors de sa visite à Bruxelles, Frank Rosenthal semble avant tout avoir été impressionné par Red Market, filiale de Delhaize. « L’une des enseignes qui a le plus fait parler d’elle ces dernières années en Belgique. Un concept intéressant parce qu’il se démarque du concurrent discounter, Colruyt, et constitue une vraie alternative, mais également parce qu’il est très innovant et repose à 100% sur le self scanning. La promesse est double : les courses plus rapides et les courses moins chères. Sans doute une inspiration pour le hard discount en France », selon le consultant en retail, qui ajoute : « La principale différence avec le hard discount ? La propreté et surtout la facilité de circulation, faire ses courses n'est pas une punition ! »

Les classiques belges vus à travers le regard d’un étranger

Lors de son passage en Belgique, Frank Rosenthal a également visité d’autres  points de vente, qu’il décrit comme suit :

 

  • Schleiper, «un véritable temple des arts décoratifs»
  • Ralph Lauren concept store à la porte de Namur, «l’un des plus beaux magasins Ralph Lauren en Europe»   
  • Hema, «une source d’inspiration pour la simplicité»
  • Deli Traiteur, «une offre très riche de produits frais et une réel contact humain»
  • Delhaize AD, «un magasin de proximité de taille d’un petit supermarché»
  • Dille & Kamille, «une sorte de droguerie moderne, concept dans lequel la distribution française a peu investi»
  • Louis Delhaize, «magasins de réelle proximité que l’on fréquente avant tout à pied, avec un assortiment de dépannage»
  • Okay, «même s’ils sont un peu plus qualitatifs, un peu plus chers, un peu moins grands et un peu mieux chauffés, ces magasins ont le vrai look Colruyt et l’air de famille avec le groupe est très reconnaissable»

 

Intéressant de découvrir les classiques belges à travers le regard d’un étranger ! Accédez au dossier-photos : Bruxelles, une capitale très marchande.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Amazon lance sa propre box repas

20/07/2017

Dans sa quête continue d’innovation et d’expansion, Amazon s’aventure désormais sur le marché des box repas. Pour l’instant celles-ci ne sont disponibles que dans certaines villes où Amazon Fresh est actif.

Forte croissance du bénéfice pour Unilever

20/07/2017

Durant le 1er semestre de 2017 Unilever a enregistré une solide croissance tant de son CA que de son bénéfice. Ces belles performances s’expliquent avant tout par la hausse des prix et la dynamique positive dans les catégories soins et glaces.

Carrefour déploie sa formule discount Supeco en Italie

19/07/2017

Le groupe Carrefour vient d’ouvrir le premier magasin à part entière de sa formule soft discount Supeco en Italie. Le concept vise à la fois les ménages et les clients professionnels.

Amazon Fresh débarque à Hambourg

19/07/2017

Amazon poursuit l’expansion de son service Amazon Fresh en Allemagne. Après Berlin et Potsdam, le supermarché en ligne propose également ses services à Hambourg. Amazon Fresh a démarré en Allemagne il y a quelques mois.

Subway prépare un nouveau concept

19/07/2017

La chaîne de restauration rapide Subway teste un nouveau concept dans quelques-uns de ses établissements. L’enseigne a opté pour une nouvelle identité visuelle et une série de nouveautés technologiques.

Reprise du pôle alimentaire de Reckitt Benckiser : Unilever évincé

19/07/2017

L’américain McCormick & Co a racheté la division alimentaire du britannique Reckitt Benckiser pour un montant de 4,2 milliards de dollars (3,6 milliards d’euros) et évince ainsi le groupe Unilever qui lui aussi était en lice.

Back to top