SABMiller: légère croissance grâce à l’Afrique et l’Amérique Latine

SABMiller: légère croissance grâce à l’Afrique et l’Amérique Latine

SABMiller, le géant brassicole anglais/sud-africain convoité par AB InBev, a clôturé son deuxième trimestre avec une modeste croissance, alors qu'au trimestre précédent les ventes de bière affichaient une baisse.

 

Une croissance d’un petit pour cent

De juillet à septembre, SABMiller, le numéro deux mondial sur le marché de la bière (après AB InBev) a vu ses ventes de bière augmenter de un pour cent par rapport à la même période de l’année dernière.  Et ce grâce à l’Afrique et l’Amérique Latine qui, ensemble, sont responsables de plus de la moitié du chiffre d’affaires du groupe.  La vente en Amérique du Nord a décliné de 2% à cause d’une baisse de la demande des bières Coors Light et Miller High Life.

 

Cette légère croissance d’un pour cent est peut-être nettement moins importante que les +4% prévus par les analystes, il s’agit quand même d’une amélioration par rapport au trimestre précédent durant lequel les ventes de SABMiller avaient enregistré une baisse de 1%.

 
Offre initiale de 40 livres sterling/action ?

Le trading update de SABMiller est arrivé plus vite que prévu.  Selon ses dires, l’entreprise a fait cela au regard des négociations de reprises en cours, même si le management n’a rien voulu dire de plus.

 

Ce matin, le cours de l’action de SABMiller a baissé de près de 2,5% suite à l’article paru dans The New York Post qui explique que le président Jan du Plessis serait tenté de freiner la reprise par AB InBev.  Mais il pourrait également s’agir d’une stratégie de négociation …

 

Selon les médias britanniques, le dirigeant d’AB InBev, Carlos Brito, aurait émis une première offre de 40 livres sterling par action (ce qui ferait un total de 87,5 milliards d’euros), mais cette offre aurait été balayée d’un revers de manche.  AB InBev a encore une semaine pour émettre une offre sur son plus proche concurrent.  Chez la plupart des analystes de la City londonienne, il existerait un consensus estimant la valeur de l’action SABMiller aux alentours de 45 livres sterling, ce qui correspond à un montant total de 98,5 milliards d’euros.  On devrait en savoir davantage d’ici le 14 octobre.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Un cheveux dans la soupe plastique

19/01/2018

Les retailers sont-ils des querelleurs et des escrocs? Les boissons énergisantes doivent-elles être interdites? Carrefour est-il à l’aube d’un assainissement et Delhaize va-t-il se hollandiser? Une semaine mouvementée que vous résume RetailDetail Food.

Colruyt et PepsiCo enterrent la hache de guerre : Pepsi à nouveau  disponible

19/01/2018

L’assortiment habituel de Pepsi et Lay’s sera à nouveau disponible chez Colruyt. Depuis novembre la chaîne avait retiré 29 produits du fabricant PepsiCo, qui refusait de lui accorder des réductions de prix. A présent le discounter met fin à ce boycott.

Aldi Nord et Aldi Süd collaborent pour le bien-être animal

18/01/2018

Aldi Nord et Aldi Süd s’associent dans le cadre d’une collaboration unique : la création de leur propre label, Fair & Gut, certifiant le bien-être animal. Pour l’instant le label est lancé uniquement en Allemagne et se limite à la volaille, mais sera étendu ultérieurement.

Rewe teste la teneur minimale en sucre avec des puddings au chocolat

18/01/2018

Quelle est la quantité minimale de sucre jugée nécessaire par le consommateur ?  Rewe mène l’enquête auprès de ses clients. L’enseigne allemande  veut diminuer la teneur en sucre de ses produits maison, mais le client décide de la dose minimale.

Lidl tempère ses ambitions américaines

18/01/2018

Lidl  visait une centaine de magasins aux Etats-Unis durant la première année, mais se voit contraint de tempérer ses ambitions. Depuis sa traversée outre-Atlantique il y a environ six mois le discounter allemand y a ouvert 49 points de vente.

Carrefour clôture une année difficile

17/01/2018

Malgré une amélioration au 4ème trimestre, Carrefour termine une année particulièrement difficile, aussi en Belgique, où la croissance est négligeable. Attendons de voir quelles seront les mesures annoncées la semaine prochaine par le CEO Bompard.

Back to top