Seule la moitié des magasins locaux acceptent les chèques-repas électroniques

Seule la moitié des magasins locaux acceptent les chèques-repas électroniques

Seuls 53% des magasins alimentaires locaux acceptent les paiements avec des chèques-repas électroniques. Pourtant le temps presse, car dans quelques mois la version papier disparaîtra définitivement.

Les supérettes sont les plus avancées

A partir du 1er octobre les 1,6 million de salariés qui bénéficient de chèques-repas dans notre pays, les recevront uniquement sous forme électronique. Pour ceux qui recevront encore des chèques-repas papier durant le mois de septembre (mi-août plus de 10.000 entreprises distribuaient encore des chèques-repas papier), ceux-ci seront encore utilisables jusqu’à fin décembre. Mais à partir du 1er janvier 2016 la version papier sera définitivement abandonnée.


Toutefois un sondage du Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI) révèle qu’aujourd’hui seule la moitié des commerces alimentaires locaux acceptent des chèques-repas électroniques. Les supérettes semblent les plus avancées, alors que les boulangers ou encore les bouchers restent à la traîne, indique le SNI. Les trois émetteurs de chèques-repas électroniques  (Sodexo, Edenred et Monizze) confirment que les petits commerçants ne sont pas encore très chauds à l’idée d’adopter ce système digital.

 

Réticence des petits commerçants

L’organisation des indépendants comprend la réticence des petits commerçants : « Les commerçants sont obligés de conclure un contrat avec les trois émetteurs de chèques, afin de donner la possibilité à leurs clients de payer avec des chèques-repas électroniques. Un contrat commun aurait été plus pratique et plus efficace », estime la présidente du SNI, Christine Mattheeuws. « De plus les commerçants doivent également se procurer un terminal, ce qui engendre des frais supplémentaires. De ce point de vue-là le système des chèques-repas papier était plus simple : soit les commerçants renvoyaient les chèques à l’émetteur concerné, soit ils les utilisaient pour payer leurs fournisseurs. »


Le SNI est depuis longtemps un fervent adepte de la suppression des chèques-repas, version papier et électronique. La contre-valeur du chèque-repas pourrait être reprise en tant qu’indemnité nette sur la fiche de salaire sous l’intitulé ‘indemnité repas’, estime l’organisation.

 

« Bien que nous ne soyons pas favorables à de tels chèques, nous conseillons aux commerces alimentaires locaux de donner la possibilité à leurs clients de payer avec des chèques-repas électroniques », recommande Mattheeuws. « Si les détaillants ne le font pas, le secteur perdra une partie de ses clients. Ceux-ci feront toutes leurs courses au supermarché, où les chèques-repas sont acceptés. Ce serait très dommage pour le secteur », poursuit-elle.


Le SNI a réalisé son enquête auprès de 631 magasins alimentaires locaux : boulangers, bouchers, légumiers, poissonniers, fromagers, traiteurs et supérettes.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur:  De sympathiques brigands

24/11/2017

Les prix grimpent, la pérennité du supermarché est menacée et les fabricants de marques continuent de payer la note. Eh oui, quels coquins ces ‘food retailers’. Pour vous en convaincre, voici votre rubrique hebdomadaire concoctée par RetailDetail Food !

Nouveau CEO pour Nestlé Belgilux

23/11/2017

Nestlé a annoncé avoir désigné Michel Mersch comme nouveau CEO de Nestlé Belgilux. Il succède à Alexander von Maillot, qui occupera une nouvelle fonction au siège principal en Suisse.

Rémy Cointreau : forte croissance grâce à la demande accrue de cognac de luxe en Asie

23/11/2017

Au premier semestre de son exercice décalé, le groupe français de spiritueux Rémy Cointreau a enregistré d’excellents résultats. Son cognac de luxe s’est particulièrement bien vendu, surtout en Chine, au Japon et à Singapour.

Pierre-Olivier Beckers, ex-CEO de Delhaize investit dans la start-up YouMeal

23/11/2017

YouMeal, une start-up qui aide les exploitations de restaurants à informer leurs clients de la composition de leurs plats, a levé 800.000 euros. L’un des investisseurs est Pierre-Olivier Beckers, ex-CEO de Delhaize et actuellement président du COIB.

Hausse des ventes en ligne dans le secteur FMCG

22/11/2017

Les courses online sont en hausse de 30%, alors que le marché dans son ensemble n’a progressé que de 1,3%. Actuellement l’e-commerce représente 4,6% dans le segment FMCG. D’ici 2025 ce pourcentage devrait atteindre 10%, soit 145 milliards d’euros.

Nestlé envisage la reprise de Hain Celestial

22/11/2017

Nestlé serait intéressé par la reprise de Hain Celestial, une entreprise alimentaire américaine spécialisée dans la production d’aliments naturels et végétariens. La valeur de l’entreprise est estimée à 3,5 milliards d’euros.

Back to top