Sodexo : « Les supermarchés victimes de la suppression des chèques-repas » | RetailDetail

Sodexo : « Les supermarchés victimes de la suppression des chèques-repas »

Sodexo : « Les supermarchés victimes de la suppression des chèques-repas »

Depuis qu’au sein du gouvernement fédéral  certains se sont montrés favorables  à la suppression des chèques-repas, Sodexo, émetteur des titres, lance une contre-offensive. Selon une étude réalisée par le consultant Ipsos à la demande de Sodexo, le secteur alimentaire principalement, donc les supermarchés, seraient les grands perdants suite à cette mesure.

Onéreux et complexe

La semaine dernière la fédération du commerce Comeos et l’organisation des indépendants flamands Unizo se réjouissaient de  l’appui de trois partis politiques en faveur de l’abandon des chèques-repas. Selon  les deux organisations,  le système est trop onéreux et entraîne  des procédures administratives complexes tant pour les employeurs que pour les commerçants.


De plus chaque année 1,85 milliards d’euros sont gaspillés, suite à la perte ou à l’oubli de titres-repas par les travailleurs.  C’est pourquoi  Comeos et Unizo soutiennent la proposition du vice-premier ministre Johan Vande Lanotte, qui vise à remplacer les chèques-repas par  le versement d’ un supplément de salaire net aux travailleurs.


« Les supermarchés seront les victimes et non Sodexo »

A présent l’émetteur de chèque-repas Sodexo a décidé de contre-attaquer en faisant réaliser une enquête par le consultant Ipsos. Selon cette étude, la suppression des titres-repas aurait un impact négatif sur l’économie belge :  en effet  12,5% de ce salaire supplémentaire, soit  230 millions d’euros, serait épargné par le consommateur, au lieu d’être dépensé.


L’enquête  indique également que 34,5% de ce montant serait consacré à des achats non-alimentaires. Selon les calculs d’Ipsos, ceci signifierait donc que les dépenses alimentaires diminueraient de 869,5 millions d’euros, avec pour conséquence une baisse des revenus des supermarchés de 605 millions d’euros.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


La chaîne de restaurants belge Umamido s’en va conquérir les pays voisins

20/02/2018

La chaîne de restaurants belge Umamido, spécialisée dans les plats à base de nouilles, envisage une expansion internationale l’an prochain et l’ouverture de nouveaux établissements en Belgique. Umamido  sert des rāmen, une soupe à base nouilles d’inspiration japonaise.

La Jupiler disparaît des rayons durant quelques mois

20/02/2018

AB InBev lance un coup de pub étonnant : sa marque phare Jupiler disparaîtra des rayons durant quelques mois. Afin de ‘soutenir’ les Diables Rouges lors de la Coupe du Monde (ou pour en tirer profit) la marque s’appellera temporairement ‘Belgium’.

Colruyt participe au service de courses de PostNL

20/02/2018

Aux Pays-Bas le nouveau service Stockon, en collaboration avec PostNL, livrera désormais les courses à domicile toutes les deux semaines. A noter que les marques maison portent le label Boni, la marque propre de la chaîne de supermarchés belge Colruyt.

Carrefour : choisissez vous-même le prix du lait ‘équitable’

19/02/2018

A l’exemple de la France, Carrefour lance le lait « La marque du consommateur », une nouvelle marque dont le prix est fixé par les consommateurs eux-mêmes. Le lait coûtera 1,05 €, afin que les agriculteurs obtiennent une marge plus importante.

La ministre De Block souhaite des codes santé sur les emballages

19/02/2018

La ministre de la Santé Maggie De Block examine s’il est possible d’apposer des étiquettes simples sur les emballages de produits alimentaires pour que les consommateurs puissent vérifier en un seul coup d’œil si un produit est mauvais pour la santé.

Le groupe d’achat européen Agecore met la pression sur Nestlé

16/02/2018

Le groupe d’achat européen Agecore menace de retirer 160 produits Nestlé de sa liste à moins que l’entreprise suisse n’octroie de meilleures conditions. Colruyt, Coop et Edeka, entre autres, font partie du groupe Agecore. 

Back to top