Spa se retire de la guerre des prix néerlandaise | RetailDetail

Spa se retire de la guerre des prix néerlandaise

Spa se retire de la guerre des prix néerlandaise

La guerre des prix entre les supermarchés néerlandais  est source de mécontentement pour les fournisseurs. Spa, le fabricant belge d’ eaux minérales  et de boissons rafraîchissantes fait partie depuis plus de 30 ans de l’assortiment des supermarchés néerlandais et représente aux Pays-Bas une part de marché de 40%. Mais pour le producteur  ardennais  la coupe est pleine : Spadel ne veut plus être impliqué dans cette guerre des prix et est prêt à en payer le prix ultime.

Forte hausse des coûts

Tout comme d’autres marques nationales, Spa  fait souvent l’objet d’actions promotionnelles, afin d’attirer les clients. Ainsi les supermarchés mettent leurs fournisseurs sous pression. Selon Spadel, ceci oblige les fabricants à travailler sous leur coût de revient, qui ces dernières années a fortement augmenté, suite à divers facteurs, comme l’explique Marc du Bois, CEO de Spadel au journal Het Financieel Dagblad.


« Les frais énergétiques ont connu une hausse de 50% ces dernières années, les prix des jus de fruits et sucres ont augmenté de plusieurs  dizaines de pourcent et l’utilisation d’emballages durables est coûteux. Certains de ces frais peuvent être compensés par des améliorations au niveau de l’efficacité dans la production, mais on ne peut le faire à l’infini », selon du Bois. Outre la hausse des prix des matières premières et des emballages, l’entreprise a également  investi dans une nouvelle ligne de production pour les bouteilles de 2 litres et le développement d’un bouteille de 33 cl.


« Non négociable »

Spadel refuse de livrer ses produits à prix réduits et exige de récupérer le coût de revient. Si les supermarchés ne l’acceptent pas et bannissent les boissons Spa des rayons des supermarchés néerlandais, tant pis. « Ce serait une catastrophe tant pour le client que pour nous, mais nous devons absolument revenir à des  proportions normales », affirme du Bois. Par ailleurs Spa a annoncé une hausse de prix de 15% en compensation des frais des dernières années.


« Le nouveau prix est une donnée. Il n’est pas question de marchander », souligne du Bois inflexible. L’année dernière le résultat opérationnel du groupe a chuté de presqu’un quart à 12,3 millions d’euros, principalement suite à la hausse des prix des matières premières et des investissements commerciaux.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Carrefour lance le personal shopper et la livraison en 90 minutes

19/07/2018

La chaîne de supermarchés Carrefour innove. Un personal shopper choisit vos produits, un triporteur les livre à domicile dans les 90 minutes. « Les retailers doivent se différencier au niveau du service, ce n’est que le début », explique Jorg Snoek, fondateur de RetailDetail.

Le ministre Peeters approuve finalement le plan de prépension chez Carrefour

18/07/2018

Comme prévu, le ministre de l’économie Kris Peeters a approuvé le plan de restructuration de Carrefour, y compris le plan de prépension. Le ministre a déclaré qu’il préférait la sécurité des travailleurs à la lutte contre « un mauvais signal ».

La viande in vitro dans les magasins dès 2021 ?

18/07/2018

La commercialisation de la viande in vitro accomplit de grandes avancées. Le pionnier Mosa Meat a levé 7,5 millions d’euros pour construire une usine qui mettra sur le marché un produit abordable d’ici trois ans.

Aldi mise sur l’énergie renouvelable

17/07/2018

Aldi Nord vient de publier une ambitieuse politique climatique internationale. Le retailer veut réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2021 et révèle quelques chiffres révélateurs dans son second rapport de développement durable.

Un potentiel de croissance considérable pour les discounters en Europe de l’Ouest

16/07/2018

Malgré une surenchère sur de nombreux marchés européens, les discounters prévoient dix millions de m² supplémentaires de surface de vente sur le continent d’ici 2023. LZ Retailytics estime qu’il existe également de bonnes opportunités de croissance sur des marchés dits saturés comme l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Greenyard en difficultés suite à une contamination à la listéria

16/07/2018

Le producteur de légumes Greenyard est sous pression suite à une contamination à la listéria dans son usine hongroise. L’entreprise affirme prendre toutes les mesures nécessaires, mais le cours boursier est en chute libre.