Spa se retire de la guerre des prix néerlandaise

Spa se retire de la guerre des prix néerlandaise

La guerre des prix entre les supermarchés néerlandais  est source de mécontentement pour les fournisseurs. Spa, le fabricant belge d’ eaux minérales  et de boissons rafraîchissantes fait partie depuis plus de 30 ans de l’assortiment des supermarchés néerlandais et représente aux Pays-Bas une part de marché de 40%. Mais pour le producteur  ardennais  la coupe est pleine : Spadel ne veut plus être impliqué dans cette guerre des prix et est prêt à en payer le prix ultime.

Forte hausse des coûts

Tout comme d’autres marques nationales, Spa  fait souvent l’objet d’actions promotionnelles, afin d’attirer les clients. Ainsi les supermarchés mettent leurs fournisseurs sous pression. Selon Spadel, ceci oblige les fabricants à travailler sous leur coût de revient, qui ces dernières années a fortement augmenté, suite à divers facteurs, comme l’explique Marc du Bois, CEO de Spadel au journal Het Financieel Dagblad.


« Les frais énergétiques ont connu une hausse de 50% ces dernières années, les prix des jus de fruits et sucres ont augmenté de plusieurs  dizaines de pourcent et l’utilisation d’emballages durables est coûteux. Certains de ces frais peuvent être compensés par des améliorations au niveau de l’efficacité dans la production, mais on ne peut le faire à l’infini », selon du Bois. Outre la hausse des prix des matières premières et des emballages, l’entreprise a également  investi dans une nouvelle ligne de production pour les bouteilles de 2 litres et le développement d’un bouteille de 33 cl.


« Non négociable »

Spadel refuse de livrer ses produits à prix réduits et exige de récupérer le coût de revient. Si les supermarchés ne l’acceptent pas et bannissent les boissons Spa des rayons des supermarchés néerlandais, tant pis. « Ce serait une catastrophe tant pour le client que pour nous, mais nous devons absolument revenir à des  proportions normales », affirme du Bois. Par ailleurs Spa a annoncé une hausse de prix de 15% en compensation des frais des dernières années.


« Le nouveau prix est une donnée. Il n’est pas question de marchander », souligne du Bois inflexible. L’année dernière le résultat opérationnel du groupe a chuté de presqu’un quart à 12,3 millions d’euros, principalement suite à la hausse des prix des matières premières et des investissements commerciaux.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Quelles sont les conséquences de la nouvelle pyramide alimentaire pour l’industrie ?

19/09/2017

Le ‘Vlaams Instituut Gezond Leven’ a présenté une nouvelle pyramide alimentaire, qui correspond mieux aux idées actuelles en matière de nourriture saine. Toutefois l’industrie alimentaire craint des conséquences négatives.

Chute de l’action Heineken après le désengagement partiel des Mexicains

19/09/2017

Le mexicain Fomento Economico Mexicano (Femsa), qui détenait 15% des actions de Heineken, a vendu pour 2,5 milliards d’actions du groupe brassicole néerlandais. D’emblée le cours de l’action a chuté à la bourse.

Le supermarché indépendant n’entend pas rater le train de l’e-commerce

18/09/2017

Dans les conversations à propos du futur de la distribution alimentaire, le mot d’e-commerce conserve quelque chose de magique. Les exploitants indépendants ont-ils franchi le pas ? Si non, qu’attendent-ils ? 

Carrefour ouvre 15 nouveaux drives

18/09/2017

Le 29 septembre, la chaîne de supermarchés Carrefour va ouvrir trois nouveaux points de livraison drive.be, ce qui porte le total à quinze nouveaux ‘drives’ ce mois-ci.  Depuis le début de l’année, 72 points d’enlèvement ont déjà vu le jour.

La plate-forme de bières Beerwulf.com disponible en Belgique

18/09/2017

Beerwulf, la plate-forme en ligne de bières spéciales, est maintenant disponible en Belgique.  Le site internet offre une page unique à chacun des 150 brasseurs affiliés.  Celle-ci leur permet de proposer leurs bières à un public plus large.

Aldi Nord va centraliser l’achat des marques A

15/09/2017

Aldi Nord, la branche de l’entreprise active en Belgique et aux Pays-Bas, souhaite centraliser l’achat des marques A.  Elle veut ainsi proposer une offre semblable dans tous les pays et imposer des prix compétitifs grâce à la grandeur d’échelle.

Back to top