Stratégie d’achat, différente chez Carrefour, Delhaize et Colruyt

Stratégie d’achat, différente chez Carrefour, Delhaize et Colruyt

shoppingcartQuelle est la politique d’achat appliquée par les trois grandes chaînes de supermarchés de notre pays et dans quelle mesure leurs stratégies diffèrent-t-elles ?

 

C’est la question à laquelle le magazine Trends tente de répondre cette semaine en jetant un coup d’œil derrière les coulisses. « Le client est au courant de la provenance des produits, de la politique des prix et de la responsabilité sociale des supermarchés, mais les pratiques d’achat restent un sujet sensible », écrit Trends.

 
RetailDetail distingue trois différences significatives entre les “trois grands” :

 

  • Lors de négociations Carrefour semble avoir une attitude plutôt défensive vis-à-vis des fournisseurs, Delhaize par contre opte pour une position   offensive, alors que Colruyt ne jure que par la transparence et le pragmatisme.

 

  •  Autre différence frappante : la gestion des marques propres. Tant chez Delhaize que chez Colruyt les acheteurs et/ou catagorymanagers gèrent tant les grandes marques que les marques propres d’une certaine catégorie de produits. « Ainsi les categorymanagers acquièrent l’expérience nécessaire, afin de confronter les fournisseurs de grandes marques à nos données internes. » explique Delhaize. Colruyt ne se positionne pas de manière agressive concernant ces marques propres et dit vouloir à moyen terme rationaliser ses marques propres, c.-à-d. les rendre plus transparentes « en veillant à ne pas rabaisser l’image de ces produits. » Pour Carrefour par contre l’augmentation de la part de marché de ses marques propres est une priorité : « C’est pourquoi nous avons composé des équipes spéciales qui travaillent en étroite collaboration avec les categorymanagers. »

 

  • Chez Carrefour les categorymanagers sont responsables d’une catégorie de produits et sont chargés de l’achat de ces produits, la composition de l’assortiment et l’élaboration d’un plan promotionnel. Delhaize travaille tant avec les categorymanagers (responsables d’un assortiment de produits plus large) qu’avec les « buyers » (qui en général ont moins d’expérience). Chez Colruyt actuellement les acheteurs sont également des productmanagers, mais à l’avenir ces fonctions seront scindées : les acheteurs feront partie du département achat et les productmanagers du département marketing.

 

  • Au niveau des rétributions la partie variable du salaire chez Delhaize repose sur des critères quantitatifs et qualitatifs, alors que Colruyt ne verse pas de bonus individuels, mais uniquement des bonus collectifs, dépendant des résultats. Carrefour n’a pas voulu s’exprimer à ce sujet.

 

- Traduit par Marie-Noëlle Masure

 

 

shoppingcartQuelle est la politique d’achat appliquée par les trois grandes chaînes de supermarchés de notre pays et dans quelle mesure leurs stratégies diffèrent-t-elles ?

 

C’est la question à laquelle le magazine Trends tente de répondre cette semaine en jetant un coup d’œil derrière les coulisses. « Le client est au courant de la provenance des produits, de la politique des prix et de la responsabilité sociale des supermarchés, mais les pratiques d’achat restent un sujet sensible », écrit Trends.

 
RetailDetail distingue trois différences significatives entre les “trois grands” :

 

  • Lors de négociations Carrefour semble avoir une attitude plutôt défensive vis-à-vis des fournisseurs, Delhaize par contre opte pour une position   offensive, alors que Colruyt ne jure que par la transparence et le pragmatisme.

 

  •  Autre différence frappante : la gestion des marques propres. Tant chez Delhaize que chez Colruyt les acheteurs et/ou catagorymanagers gèrent tant les grandes marques que les marques propres d’une certaine catégorie de produits. « Ainsi les categorymanagers acquièrent l’expérience nécessaire, afin de confronter les fournisseurs de grandes marques à nos données internes. » explique Delhaize. Colruyt ne se positionne pas de manière agressive concernant ces marques propres et dit vouloir à moyen terme rationaliser ses marques propres, c.-à-d. les rendre plus transparentes « en veillant à ne pas rabaisser l’image de ces produits. » Pour Carrefour par contre l’augmentation de la part de marché de ses marques propres est une priorité : « C’est pourquoi nous avons composé des équipes spéciales qui travaillent en étroite collaboration avec les categorymanagers. »

 

  • Chez Carrefour les categorymanagers sont responsables d’une catégorie de produits et sont chargés de l’achat de ces produits, la composition de l’assortiment et l’élaboration d’un plan promotionnel. Delhaize travaille tant avec les categorymanagers (responsables d’un assortiment de produits plus large) qu’avec les « buyers » (qui en général ont moins d’expérience). Chez Colruyt actuellement les acheteurs sont également des productmanagers, mais à l’avenir ces fonctions seront scindées : les acheteurs feront partie du département achat et les productmanagers du département marketing.

 

  • Au niveau des rétributions la partie variable du salaire chez Delhaize repose sur des critères quantitatifs et qualitatifs, alors que Colruyt ne verse pas de bonus individuels, mais uniquement des bonus collectifs, dépendant des résultats. Carrefour n’a pas voulu s’exprimer à ce sujet.

 

- Traduit par Marie-Noëlle Masure

 

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Quelles sont les conséquences de la nouvelle pyramide alimentaire pour l’industrie ?

19/09/2017

Le ‘Vlaams Instituut Gezond Leven’ a présenté une nouvelle pyramide alimentaire, qui correspond mieux aux idées actuelles en matière de nourriture saine. Toutefois l’industrie alimentaire craint des conséquences négatives.

Chute de l’action Heineken après le désengagement partiel des Mexicains

19/09/2017

Le mexicain Fomento Economico Mexicano (Femsa), qui détenait 15% des actions de Heineken, a vendu pour 2,5 milliards d’actions du groupe brassicole néerlandais. D’emblée le cours de l’action a chuté à la bourse.

Le supermarché indépendant n’entend pas rater le train de l’e-commerce

18/09/2017

Dans les conversations à propos du futur de la distribution alimentaire, le mot d’e-commerce conserve quelque chose de magique. Les exploitants indépendants ont-ils franchi le pas ? Si non, qu’attendent-ils ? 

Carrefour ouvre 15 nouveaux drives

18/09/2017

Le 29 septembre, la chaîne de supermarchés Carrefour va ouvrir trois nouveaux points de livraison drive.be, ce qui porte le total à quinze nouveaux ‘drives’ ce mois-ci.  Depuis le début de l’année, 72 points d’enlèvement ont déjà vu le jour.

La plate-forme de bières Beerwulf.com disponible en Belgique

18/09/2017

Beerwulf, la plate-forme en ligne de bières spéciales, est maintenant disponible en Belgique.  Le site internet offre une page unique à chacun des 150 brasseurs affiliés.  Celle-ci leur permet de proposer leurs bières à un public plus large.

Aldi Nord va centraliser l’achat des marques A

15/09/2017

Aldi Nord, la branche de l’entreprise active en Belgique et aux Pays-Bas, souhaite centraliser l’achat des marques A.  Elle veut ainsi proposer une offre semblable dans tous les pays et imposer des prix compétitifs grâce à la grandeur d’échelle.

Back to top