Ter Beke enregistre sa première perte depuis 1999

Ter Beke enregistre sa première perte depuis 1999
Shutterstock.com

Pour la première fois en plus de 20 ans, Ter Beke a enregistré une perte. En raison de la crise du coronavirus, les consommateurs se sont davantage mis à la cuisine, au détriment des plats préparés du groupe de produits frais.

 

Crise de la dioxine

L’année dernière, le chiffre d’affaires global de Ter Beke a chuté de 1,5%, descendant à 717 millions d’euros. Le bénéfice d'exploitation (EBIT) a reculé de 20% pour atteindre 4,8 millions d'euros. L'entreprise de Lievegem, en Flandre orientale, a enregistré une perte nette de 2,5 millions d'euros, sa première perte depuis 1999, lorsque la crise de la dioxine l’avait frappée de plein fouet.

 

Cette perte est en partie due aux diverses restructurations auxquelles Ter Beke a procédé aux Pays-Bas et en Belgique, rapporte De Tijd. En outre, le prix élevé de la viande de porc a affecté l'entreprise. Au Royaume-Uni en particulier, la fermeture du secteur horeca à cause de la crise du coronavirus a également pesé sur le département des plats préparés. Par l'intermédiaire de sa filiale britannique KK Fine Foods, Ter Beke est un important fournisseur pour les pubs. Depuis plusieurs années, la division des plats cuisinés est la plus rentable du groupe mais, l'année dernière, les bénéfices sont passés de 25 à 19 millions d'euros. « Les consommateurs ont cuisiné davantage en cette année de crise et achètent donc moins de plats préparés », a déclaré la société.

 

Malgré ces chiffres décevants, Ter Beke est parvenu à réduire le poids de sa dette à environ 100 millions d'euros. Pour l'année en cours, la société prévoit un EBITDA plus élevé. On ignore encore l’identité du nouveau PDG. En début d'année, l'actuel PDG, Francis Kint, avait annoncé qu'il quitterait l'entreprise alimentaire le 30 juin.