Tesco obtient le feu vert pour « la fusion de l’année » avec Booker

Tesco obtient le feu vert pour « la fusion de l’année » avec Booker
Shutterstock

Ça bouge dans le retail au Royaume-Uni : après l’absorbation de Nisa par Co-op, le leader du marché Tesco va lui aussi augmenter sa part de marché en rachetant le grossiste Booker pour la modique somme de 4,52 milliards d’euros !

Feu vert pour la fusion

La chaîne de supermarchés britannique Tesco a obtenu le feu vert pour la reprise de son concurrent Booker, acteur important au Royaume-Uni avec ses commerces de gros en libre-service et plus de 5.600 supermarchés. La fusion devrait être finalisée début 2018. Cette reprise permettra à Tesco de renforcer sa position dans le commerce de gros, où pour l’instant sa part de marché est inférieure à 20%.


L’autorité de la concurrence britannique CMA n’a émis aucune réserve concernant le deal : à long terme le marché restera suffisamment compétitif et la fusion n’entraînera pas de hausses de prix ou d’appauvrissement de l’offre de services.


Revers de la médaille

Tesco est prêt à mettre 4,52 milliards d’euros sur table en vue d’acquérir Booker, qui outre sa forte position sur le marché offre également à Tesco la possibilité d’étendre considérablement son réseau de points de retrait. Pour rappel : en juillet dernier l’enseigne a annoncé son intention d’élargir son service online en proposant la livraison le jour même dans quasi tout le Royaume-Uni.


Grâce à la reprise de Booker, Tesco sera leader du marché dans son segment, mais toute médaille a son revers. Pour rester compétitif à plus long terme, le groupe britannique a annoncé il y a cinq mois la suppression de 2.300 emplois au siège principal et dans le service clientèle. De plus Tesco a mis en vente ses entreprises d’optique et les ouvertures 24h sur 24 des grandes filiales ont été supprimées.


Co-op aussi participe à la vague de fusions

La fusion de Tesco et Booker n’est pas la seule info retail à avoir fait l’actualité dans les journaux britanniques.  Le groupe Co-operative a également annoncé une fusion, en l’occurrence avec la chaîne de supermarchés Nisa, que le groupe gérera comme une entité indépendante. Pour cette acquisition Co-op deboursera 248 millions de livres britanniques (300 millions d’euros), dont environ la moitié couvrira les dettes de Nisa.


Force est de constater que sur le marché britannique très dense les fusions et les investissements dans l’omnicanal, alliant offline et online, semblent être la seule manière de survivre.
 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

Filet Pur: Images hallucinantes ? Une seule adresse !

15/12/2017

Jef Colruyt est un modèle de sérénité imperturbable et le jambon pata negra est le bitcoin de la charcuterie. Deux conclusions instructives parmi d’autres, à découvrir dans votre rubrique FMCG hebdomadaire, assaisonnée par RetailDetail Food !

RetailDetail Food #26 staat online

15/12/2017

Les représentants commerciaux sont-ils encore les bienvenus chez les retailers ? Le point sur cette question, avec des réponses très divergentes,  dans ce 26ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé pour les exploitants de supermarchés.

Analyse : Comment Colruyt Group s’arme-t-il  contre une éventuelle guerre des prix ?

14/12/2017

Malgré des marges en baisse, Colruyt ne renoncera pas à sa garantie du meilleur prix : afin de financer une éventuelle guerre des prix le retailer mise sur l’automatisation, le gain de productivité et des magasins de format un peu plus réduit.

Carrefour continue de perdre des parts de marché en France

13/12/2017

Alexandre Bompard, CEO de Carrefour, est confronté à un énorme défi. C’est ce que confirment une fois de plus les derniers chiffres de Kantar Worldpanel, selon lesquels le groupe serait le plus grand perdant en termes de parts de marché en France.

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

13/12/2017

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

AB InBev : 70 emplois supprimés au siège principal de Louvain

12/12/2017

Suite à la décision de déménager son service mondial d’achats vers la Suisse, où était déjà basé le service d’achats de SABMiller, le brasseur AB InBev supprimera 70 emplois au siège principal de Louvain.

Back to top