Tesco obtient le feu vert pour « la fusion de l’année » avec Booker

Tesco obtient le feu vert pour « la fusion de l’année » avec Booker

Tesco obtient le feu vert pour « la fusion de l’année » avec Booker
Shutterstock

Ça bouge dans le retail au Royaume-Uni : après l’absorbation de Nisa par Co-op, le leader du marché Tesco va lui aussi augmenter sa part de marché en rachetant le grossiste Booker pour la modique somme de 4,52 milliards d’euros !

Feu vert pour la fusion

La chaîne de supermarchés britannique Tesco a obtenu le feu vert pour la reprise de son concurrent Booker, acteur important au Royaume-Uni avec ses commerces de gros en libre-service et plus de 5.600 supermarchés. La fusion devrait être finalisée début 2018. Cette reprise permettra à Tesco de renforcer sa position dans le commerce de gros, où pour l’instant sa part de marché est inférieure à 20%.


L’autorité de la concurrence britannique CMA n’a émis aucune réserve concernant le deal : à long terme le marché restera suffisamment compétitif et la fusion n’entraînera pas de hausses de prix ou d’appauvrissement de l’offre de services.


Revers de la médaille

Tesco est prêt à mettre 4,52 milliards d’euros sur table en vue d’acquérir Booker, qui outre sa forte position sur le marché offre également à Tesco la possibilité d’étendre considérablement son réseau de points de retrait. Pour rappel : en juillet dernier l’enseigne a annoncé son intention d’élargir son service online en proposant la livraison le jour même dans quasi tout le Royaume-Uni.


Grâce à la reprise de Booker, Tesco sera leader du marché dans son segment, mais toute médaille a son revers. Pour rester compétitif à plus long terme, le groupe britannique a annoncé il y a cinq mois la suppression de 2.300 emplois au siège principal et dans le service clientèle. De plus Tesco a mis en vente ses entreprises d’optique et les ouvertures 24h sur 24 des grandes filiales ont été supprimées.


Co-op aussi participe à la vague de fusions

La fusion de Tesco et Booker n’est pas la seule info retail à avoir fait l’actualité dans les journaux britanniques.  Le groupe Co-operative a également annoncé une fusion, en l’occurrence avec la chaîne de supermarchés Nisa, que le groupe gérera comme une entité indépendante. Pour cette acquisition Co-op deboursera 248 millions de livres britanniques (300 millions d’euros), dont environ la moitié couvrira les dettes de Nisa.


Force est de constater que sur le marché britannique très dense les fusions et les investissements dans l’omnicanal, alliant offline et online, semblent être la seule manière de survivre.
 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

The Belgian Chocolate House ouvre son premier magasin urbain belge

19/07/2018

The Belgian Chocolate House (le plus grand retailer chocolatier au monde avec pas moins de 1.000 de tonnes de chocolat par an) ouvre sa première boutique située dans une rue commerçante belge. Les clients peuvent également y consommer sur place.

Carrefour lance le personal shopper et la livraison en 90 minutes

19/07/2018

La chaîne de supermarchés Carrefour innove. Un personal shopper choisit vos produits, un triporteur les livre à domicile dans les 90 minutes. « Les retailers doivent se différencier au niveau du service, ce n’est que le début », explique Jorg Snoek, fondateur de RetailDetail.

Le ministre Peeters approuve finalement le plan de prépension chez Carrefour

18/07/2018

Comme prévu, le ministre de l’économie Kris Peeters a approuvé le plan de restructuration de Carrefour, y compris le plan de prépension. Le ministre a déclaré qu’il préférait la sécurité des travailleurs à la lutte contre « un mauvais signal ».

La viande in vitro dans les magasins dès 2021 ?

18/07/2018

La commercialisation de la viande in vitro accomplit de grandes avancées. Le pionnier Mosa Meat a levé 7,5 millions d’euros pour construire une usine qui mettra sur le marché un produit abordable d’ici trois ans.

Aldi mise sur l’énergie renouvelable

17/07/2018

Aldi Nord vient de publier une ambitieuse politique climatique internationale. Le retailer veut réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2021 et révèle quelques chiffres révélateurs dans son second rapport de développement durable.

Un potentiel de croissance considérable pour les discounters en Europe de l’Ouest

16/07/2018

Malgré une surenchère sur de nombreux marchés européens, les discounters prévoient dix millions de m² supplémentaires de surface de vente sur le continent d’ici 2023. LZ Retailytics estime qu’il existe également de bonnes opportunités de croissance sur des marchés dits saturés comme l’Allemagne et le Royaume-Uni.