Test-Achats : 3/4 du poulet contient des bactéries résistantes aux antibiotiques

Test-Achats : 3/4 du poulet contient des bactéries résistantes aux antibiotiques

Un test en laboratoire réalisé à la demande de Test-Achats a démontré que notre viande contenait trop de bactéries productrices d’ESBL. Les bactéries ESBL étant résistantes aux antibiotiques, certains germes pathogènes ne réagissent plus aux effets des antibiotiques.

Principalement dans le poulet

En avril et août de cette année Test-Achats a acheté 105 filets de poulet, 38 pièces de porc et 38 de bœuf, afin d’y détecter la présence de bactéries productrices d’ESBL (Extended Spectrum Beta Lactamase). ESBL est le nom donné à un groupe d’enzymes produites par des bactéries et résistantes aux antibiotiques.


« Trop de viandes contiennent des bactéries résistantes : 73% des filets de poulet analysés, 16% de la viande de porc et 8% de la viande de bœuf. En Belgique les antibiotiques sont abondamment utilisés dans les élevages de volailles, de porcs et de bovins. Nous figurons encore parmi les plus importants utilisateurs d’antibiotiques d’Europe », commente Test-Achats. « Les résultats de nos analyses confirment ceux de nos confrères  hollandais du Consumentenbond. »


Selon l’organisation des consommateurs, « il est grand temps de faire marche arrière et réduire durablement et drastiquement la consommation d’antibiotiques, tant en médecine humaine que vétérinaire. » Test-Achats recommande qu’un système de collecte de données concernant l’administration des antibiotiques aux animaux soit mis en place par type d’élevage et par producteur  et que des seuils soient fixés quant à l’utilisation d’antibiotiques par secteur, en fonction de l’espèce animale exploitée.


Le Boerenbond plaide pour une prise de conscience

Le Boerenbond pour sa part appelle toutes les parties concernées à une prise de conscience. « L’utilisation abusive d’antibiotiques tant en médecine humaine que vétérinaire doit être enrayée. Je ne le répèterai jamais assez, car les antibiotiques sont trop précieux et la résistance aux antibiotiques doit être évitée à tout prix. L’hygiène dans l’élevage des animaux et tout au long de la chaîne de production joue un rôle primordial », souligne Piet Vanthemsche, président du Boerenbond.


« Les autorités et toute la chaîne de l’industrie de la viande doivent s’associer pour s’attaquer à ce problème. Il n’y a plus de temps à perdre, et ce dans l’intérêt de la santé et de la médecine tant humaines qu’animales », poursuit le Piet Vanthemsche.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Forte croissance pour le torréfacteur Miko

20/09/2017

Durant le 1er semestre de 2017 le fabricant de café et d’emballages plastiques Miko a progressé de plus de 12%. Ainsi le groupe de Turnhout est sur la bonne voie en vue d’atteindre pour la première fois un CA annuel de plus de 200 millions d’euros.

Spadel investit 12,8 millions d’euros à Spa Monopole

20/09/2017

Le groupe Spadel va investir 12,8 millions d’euros sur son site d’embouteillage Spa Monopole. L’usine sera dotée d’une nouvelle ligne de production afin de faire face à la croissance des eaux aromatisées. L’extension sera achevée en février 2018.

Alpro bannit les graines de soja américaines

19/09/2017

Le fabricant de boissons à base de soja Alpro n’achète plus ses graines de soja aux Etats-Unis, mais uniquement en Europe et au Canada, afin d’avoir la garantie qu’il ne s’agit pas de soja génétiquement modifié.

Quel est l'impact de la nouvelle pyramide alimentaire sur l’industrie ?

19/09/2017

Le ‘Vlaams Instituut Gezond Leven’ a présenté une nouvelle pyramide alimentaire, qui correspond mieux aux idées actuelles en matière de nourriture saine. Toutefois l’industrie alimentaire craint des conséquences négatives.

Chute de l’action Heineken après le désengagement partiel des Mexicains

19/09/2017

Le mexicain Fomento Economico Mexicano (Femsa), qui détenait 15% des actions de Heineken, a vendu pour 2,5 milliards d’actions du groupe brassicole néerlandais. D’emblée le cours de l’action a chuté à la bourse.

Le supermarché indépendant n’entend pas rater le train de l’e-commerce

18/09/2017

Dans les conversations à propos du futur de la distribution alimentaire, le mot d’e-commerce conserve quelque chose de magique. Les exploitants indépendants ont-ils franchi le pas ? Si non, qu’attendent-ils ? 

Back to top