Tony’s Chocolonely fabrique du chocolat pour un monde meilleur

Tony’s Chocolonely fabrique du chocolat pour un monde meilleur
Tony's Chocolonely

Bannir l’esclavage dans l’industrie du chocolat, telle est la mission que s’est fixée Tony’s Chocolonely. La marque espère inspirer l’ensemble du secteur en montrant le bon exemple. Le commerce équitable n’est qu’un début, expliquera ‘l’Évangéliste du chocolat’ Ynzo Van Zanten lors du RetailDetail Day.

Une marque chargée d’une mission

C’est donc un éminent prédicateur que nous accueillerons sur le podium du RetailDetail Day. Un prédicateur qui ne manque pas non plus d’originalité puisque, si Tony’s Chocolonely prend ses ambitions très au sérieux, la marque communique sur le ton de l’humour et cherche à séduire les consommateurs à travers des goûts surprenants et des emballages amusants. Vous les avez déjà sûrement remarquées dans les rayons des magasins : les emballages colorés rappellent en effet les barres fabriquées par Willy Wonka dans Charlie et la Chocolaterie.
 

Une question simple pour commencer. Qui êtes-vous et quel est votre rôle au sein de Tony’s Chocolonely ?

Y.V.Z. : Je m’appelle Ynzo Van Zanten. Un nom compliqué, comme celui de l’entreprise. Nous avons ça en commun. J’occupe le poste de Head of People & Culture, comme cela s’appelle chez Tony’s. En termes plus traditionnels, cela recouvre les RH, la satisfaction du personnel et la promotion de notre fonctionnement en tant qu’entreprise aux Pays-Bas. Je suis aussi l’Évangéliste du chocolat de Tony’s. C’est donc moi qui raconte l’histoire de Tony’s sur scène.
 

Vous plaidez pour la durabilité, le commerce équitable et le paiement d’un salaire équitable aux cultivateurs de cacao. Comment abordez-vous ces thématiques ?

Y.V.Z. : L’axe le plus important de notre histoire est notre mission. Produire du bon chocolat et bannir l’esclavage dans les plantations du monde entier, telle est notre mission. Nous sensibilisons les gens au problème en montrant le bon exemple et en incitant les autres acteurs du secteur à nous imiter. Ce sont les trois étapes de notre approche.
 

Créer un impact

L’industrie se laisse-t-elle facilement convaincre ?

Y.V.Z. : Ce n’est pas facile, mais nous progressons petit à petit et les bons exemples se multiplient. C’est la raison pour laquelle nous voulons grandir, car plus nous créerons d’impact, plus les gens feront attention à nous.
 

Vous menez votre croisade depuis un certain temps déjà. Êtes-vous satisfait de voir que certains poids lourds du secteur commencent à suivre votre exemple et comprennent la nécessité d’un changement ?

Y.V.Z. : Oui, nous travaillons par exemple avec Barry Callebaut, qui fabrique notre chocolat en Belgique, et nous voyons vraiment que nous faisons une différence et que leur intérêt est éveillé. Nous collaborons également avec Nestlé au sein de la fondation International Cocoa Initiative (qui lutte contre le travail des enfants dans l’industrie du cacao, ndlr), un autre exemple de nos efforts via la collaboration. Les choses bougent, mais pas encore assez.
 

Vous ne devez pas seulement convaincre l’industrie, mais aussi le consommateur. Celui-ci a toutefois souvent le sentiment que les produits équitables coûtent plus cher. Observez-vous ce problème ?

Y.V.Z. : Je n’ai pas l’impression que nos produits soient beaucoup plus chers. Nos barres sont épaisses. Vous payez un peu plus, mais vous en avez plus pour votre argent. Dans la mesure où nous gérons l’ensemble de la chaîne de valeur, nous essayons autant que possible d’éliminer les intermédiaires, ce qui nous permet de maintenir le prix à un niveau raisonnable.
 

Cela étant dit, tant que nous expliquons clairement ce pour quoi les gens paient, ils se montrent très disposés à nous aider à construire un monde meilleur. Ils paient simplement le prix qui nous semble logique. Je ne pense pas que nous soyons plus chers que les autres marques. En fait, notre prix est le plus cohérent et les autres prix sont un peu trop industriels.
 

Donc, si les gens comprennent qu’ils paient un prix juste pour tout le monde, pas seulement pour le consommateur mais aussi pour l’entreprise et les cultivateurs, cela ne leur pose pas de problème ?

Y.V.Z. : Exactement. Nous faisons donc clairement passer le message.

 

Le commerce équitable comme point de départ

Vous ne vous distinguez pas seulement par votre mission, mais aussi par vos goûts hors du commun. Est-ce une manière d’attirer l’attention du consommateur avant de le convaincre de votre message ?

Y.V.Z. : Notre mission prime, mais pour séduire les consommateurs, il faut aussi bien sûr proposer du bon chocolat. Nous continuons donc d’innover avec des goûts qui plaisent aux gens. Si le chocolat n’est pas bon, les gens n’en achètent qu’une fois, même s’il y a un message derrière. Nous nous efforçons de produire le meilleur chocolat possible pour que les gens continuent d’acheter nos barres.
 

Diriez-vous que vous faites partie du mouvement fairtrade ou voulez-vous aller encore plus loin ?

Y.V.Z. : Nous sommes totalement acquis au commerce équitable et nous trouvons que c’est un bon point de départ. De nombreuses entreprises n’y voient cependant qu’une fin en soi, pour obtenir le certificat. Pour nous, il s’agit d’un point de départ, du début du trajet. Nous estimons que la certification est un minimum et qu’il faut ensuite réfléchir à aller plus loin, et c’est ce que nous faisons. Nous sommes donc certifiés mais, en plus de la prime fairtrade, nous versons une prime Tony’s qui veille à offrir un salaire encore plus décent aux producteurs.
 

L’industrie du chocolat n’est pas la seule où la rémunération équitable des travailleurs pose problème. C’est aussi le cas dans l’industrie textile. Voyez-vous d’un bon œil les initiatives prises par ces industries pour donner une part équitable du gâteau à tout le monde ?

Y.V.Z. : Oui, j’en suis très content. Je pense que tous les secteurs devraient sérieusement réfléchir à la provenance de leurs matières premières et à la manière dont leurs produits sont fabriqués.
 

Le thème du RetailDetail Day 2017 est ‘future proof’. Quelles mesures pensez-vous encore prendre à l’avenir ?

Y.V.Z. : Pour nous, le plus important actuellement est la croissance, et surtout la croissance internationale, afin de renforcer notre impact. Nous voulons aussi créer plus d’impact en Afrique, dans les pays dont proviennent nos fèves de cacao. Pour l’instant, nous nous concentrons en tout cas sur le cacao et les cultivateurs de cacao, et pas tant sur d’autres marchés. Favoriser une croissance internationale saine et sensibiliser l’opinion publique sont nos principaux objectifs pour l’avenir.
 

Vous souhaitez assister au RetailDetail Day qui aura lieu le 21 septembre à Malines ? Réservez vite votre place et cliquez ici pour plus d’informations.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

Filet Pur: Images hallucinantes ? Une seule adresse !

15/12/2017

Jef Colruyt est un modèle de sérénité imperturbable et le jambon pata negra est le bitcoin de la charcuterie. Deux conclusions instructives parmi d’autres, à découvrir dans votre rubrique FMCG hebdomadaire, assaisonnée par RetailDetail Food !

RetailDetail Food #26 staat online

15/12/2017

Les représentants commerciaux sont-ils encore les bienvenus chez les retailers ? Le point sur cette question, avec des réponses très divergentes,  dans ce 26ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé pour les exploitants de supermarchés.

Analyse : Comment Colruyt Group s’arme-t-il  contre une éventuelle guerre des prix ?

14/12/2017

Malgré des marges en baisse, Colruyt ne renoncera pas à sa garantie du meilleur prix : afin de financer une éventuelle guerre des prix le retailer mise sur l’automatisation, le gain de productivité et des magasins de format un peu plus réduit.

Carrefour continue de perdre des parts de marché en France

13/12/2017

Alexandre Bompard, CEO de Carrefour, est confronté à un énorme défi. C’est ce que confirment une fois de plus les derniers chiffres de Kantar Worldpanel, selon lesquels le groupe serait le plus grand perdant en termes de parts de marché en France.

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

13/12/2017

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

AB InBev : 70 emplois supprimés au siège principal de Louvain

12/12/2017

Suite à la décision de déménager son service mondial d’achats vers la Suisse, où était déjà basé le service d’achats de SABMiller, le brasseur AB InBev supprimera 70 emplois au siège principal de Louvain.

Back to top