Un potentiel de croissance considérable pour les discounters en Europe de l’Ouest

Un potentiel de croissance considérable pour les discounters en Europe de l’Ouest

Malgré une surenchère sur de nombreux marchés européens, les discounters prévoient dix millions de m² supplémentaires de surface de vente sur le continent d’ici 2023. LZ Retailytics estime qu’il existe également de bonnes opportunités de croissance sur des marchés dits saturés comme l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Trois grands acteurs

D’ici 2012, les discounters seront un canal plus important que les hypermarchés en Europe, selon un nouveau rapport de LZ Retailytics. Au cours des cinq prochaines années, les discounters disposeront d’environ 10 millions de mètres carrés de surface de vente au détail. C’est à peu près l’équivalent de la surface de vente totale actuelle de Carrefour en Europe. A titre de comparaison : les hypermarchés n’ont progressé que de 1,8 million de m² au cours de la même période. Les supermarchés gagnent 4,1 millions de mètres carrés et restent le plus grand canal de distribution en Europe.

 

L’expansion des trois principaux acteurs Lidl, Aldi Nord et Aldi Süd ne va pas ralentir, selon les prévisions des analystes. Leur croissance annuelle estimée est de 6% jusqu’en 2023 et ils continueront d’ouvrir de nouveaux magasins, d’agrandir des magasins existants et d’élargir leur assortiment. Pour créer de nouvelles opportunités de vente, ils modifient leurs concepts en misant davantage sur le rayon des produits frais. Lidl prévoit d’ajouter en moyenne 20 mètres de rayonnage par magasin en Allemagne, et le déploiement du nouveau concept de magasin Aldi Nord est également prometteur, selon le rapport.

 
L’Allemagne, le Royaume-Uni et la Russie

Fait remarquable : jusqu’à 60% de la croissance du chiffre d’affaires des discounters proviendra d’Europe de l’Ouest. Ce qui est encore plus surprenant, c’est que l’Allemagne reste le principal moteur de croissance dans ce secteur. Bien que le marché semble saturé, les discounters continuent d’ouvrir de nouveau magasins, en particulier dans les centres urbains. De plus, ils se développent par le biais d’acquisitions. Netto, la filiale allemande d’Edeka a récemment repris des magasins Kaiser’s et Treff 3000, par exemple. Au Royaume-Uni, la croissance est le résultat d’une course au coude à coude entre Lidl et Aldi (Süd), qui se livrent une concurrence féroce pour le leadership du marché dans le segment discount.

 

Toutefois, le principal marché de croissance pour les discounters est un marché où ni Aldi ni Lidl ne sont présents : la Russie. Ici, le leader du marché s’appelle Pjaterotsjka, une entreprise à croissance rapide et agressive qui, ces cinq prochaines années, verra très certainement son chiffre d’affaires augmenter de 18 milliards d’euros. Pour des raisons politiques et économiques, le rapport ne prévoit pas de possibilités pour les discounters occidentaux en Russie à l’heure actuelle. D’ailleurs, Aldi et Lidl sont également absents en Ukraine et en Norvège où le marché est aux mains d’enseignes locales.

 

Lidl est l’acteur dominant dans le reste de l’Europe. Bien que la croissance relative du retailer atteint les 4,3% par an, un chiffre inférieur à celui d’Aldi Nord (5,4%) et celui de Pjaterotsjka (6,8%), la chaîne représente néanmoins un quart de la surface de vente supplémentaire des discounters en Europe. Lidl va ouvrir 2,5 millions de mètres carrés de surface commerciale et, selon LZ Retailytics, personne ne peut l’arrêter.  Sauf peut-être les deux enseignes Aldi qui collaborent de plus en plus ensemble et qui, au fur et à mesure, reprennent les points forts de la formule à succès de Lidl.