Une taxe sur les snacks et friandises pour réduire les frais de santé | RetailDetail

Une taxe sur les snacks et friandises pour réduire les frais de santé

Une taxe sur les snacks et friandises pour réduire les frais de santé

Selon une étude de l’Université de Gand, une taxe sur les collations grasses, bonbons et boissons sucrées devrait permettre à terme au gouvernement  d’économiser sur les coûts des soins de santé.

Moins de frais médicaux

Taxer les boissons sucrées, friandises, snacks et autres collations peu équilibrées devrait dissuader les consommateurs d’opter pour de tels produits, ce qui à terme aura son effet sur les soins de santé. « Grâce à une telle taxe nous mangerions plus sain et bon nombre de maladies seraient bien moins fréquentes, notamment les maladies cardiaques, le diabète ou encore certains cancers », explique le professeur Lieven Annemans. « Résultat les frais médicaux liés à ces maladies diminueront. »


Les chercheurs précisent qu’il s’agit d’une étude théorique, mais invitent néanmoins les politiciens à examiner l’éventualité d’une taxe sur l’alimentation nuisible à la santé. « Notre étude démontre que les pays qui élaborent soigneusement une taxe sur l’alimentation non équilibrée, gagnent leur pari. »


« Un plan de prévention global »

La Finlande, selon eux, en est le meilleur exemple : tant l’industrie que les consommateurs y ont été impliqués dans le projet de taxe, d’où le nombre limité de protestations. De plus dès le départ il a été annoncé clairement que la taxe avait pour objectif de réduire les frais de santé.

 

Annemans et son collègue le professeur Ignaas Devisch proposent d’utiliser les gains de la taxe pour réduire le prix des fruits et légumes. « Les gens pauvres achètent généralement des produits bon marché, qui souvent ne sont pas sains », indique Annemans. « Ils seraient donc les principales victimes de cette taxe. C’est pourquoi les gains de la taxe doivent servir de subsides pour les fruits et légumes et pour des campagnes promouvant une alimentation saine et s’adressant aux groupes qui en ont le plus besoin. »


« Tout cela doit s’inscrire dans le cadre d’un plan de prévention global qui doit  s’attaquer à cette problématique en profondeur. Il ne s’agit donc pas de traiter un symptôme en instaurant une taxe à la va-vite et dont les gains serviront ensuite à tout autre chose », ajoute Devisch.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Grèves spontanées dans 79 supermarchés belges de Lidl

26/04/2018

Ce mercredi des grèves spontanées ont éclaté chez Lidl partout en Belgique. Les employés se plaignent de la charge de travail trop élevée et ont débrayé après l’échec de la concertation avec la direction. 79 magasins sont restés fermés.

Carrefour et Système U négocient une alliance pour 5 ans

25/04/2018

Carrefour et Système U négocient une alliance pour cinq ans qui permettrait aux deux enseignes d’obtenir de meilleurs prix d’achat auprès des producteurs de biens de consommation. Le partenariat devrait aussi profiter aux filières agricoles.

« Le prix du chocolat ne peut être un tabou »

25/04/2018

La vente de produits fairtrade dans notre pays continue de grimper, en particulier dans le rayon chocolat. Tant mieux, car le secteur se trouve devant de grands défis. « Le chocolat ne disparaîtra pas, mais le prix du cacao doit augmenter. »

Becel passe (en partie) en mains belges

25/04/2018

Désormais la famille belge Frère aura également voix au chapitre chez Flora Food Group (FFG), la division margarine qu’Unilever cède à l’américain KKR. Le holding GBL injecte un quart de milliard d’euros et acquiert ainsi une participation de 3,7%.

Coca-Cola en croissance grâce au Light et au Zero

25/04/2018

Au premier trimestre Coca-Cola a vu chuter son chiffre d’affaires  de 16%, mais  dépasse néanmoins les attentes des analystes. La croissance organique du chiffre d’affaires s’est élevée à 5%, grâce au relancement des boissons sans sucre.

Carrefour Belgique franchit le cap des 300 Express

24/04/2018

Demain soir, Carrefour fête l’inauguration de son 300ème Express en Belgique, le 92ème en région bruxelloise. Il s’agit d’un jalon d’autant plus important que ce nouvel Express Froissart redéfinit le concept de magasin destiné à une clientèle de passage.