Une taxe sur les snacks et friandises pour réduire les frais de santé

Une taxe sur les snacks et friandises pour réduire les frais de santé

Selon une étude de l’Université de Gand, une taxe sur les collations grasses, bonbons et boissons sucrées devrait permettre à terme au gouvernement  d’économiser sur les coûts des soins de santé.

Moins de frais médicaux

Taxer les boissons sucrées, friandises, snacks et autres collations peu équilibrées devrait dissuader les consommateurs d’opter pour de tels produits, ce qui à terme aura son effet sur les soins de santé. « Grâce à une telle taxe nous mangerions plus sain et bon nombre de maladies seraient bien moins fréquentes, notamment les maladies cardiaques, le diabète ou encore certains cancers », explique le professeur Lieven Annemans. « Résultat les frais médicaux liés à ces maladies diminueront. »


Les chercheurs précisent qu’il s’agit d’une étude théorique, mais invitent néanmoins les politiciens à examiner l’éventualité d’une taxe sur l’alimentation nuisible à la santé. « Notre étude démontre que les pays qui élaborent soigneusement une taxe sur l’alimentation non équilibrée, gagnent leur pari. »


« Un plan de prévention global »

La Finlande, selon eux, en est le meilleur exemple : tant l’industrie que les consommateurs y ont été impliqués dans le projet de taxe, d’où le nombre limité de protestations. De plus dès le départ il a été annoncé clairement que la taxe avait pour objectif de réduire les frais de santé.

 

Annemans et son collègue le professeur Ignaas Devisch proposent d’utiliser les gains de la taxe pour réduire le prix des fruits et légumes. « Les gens pauvres achètent généralement des produits bon marché, qui souvent ne sont pas sains », indique Annemans. « Ils seraient donc les principales victimes de cette taxe. C’est pourquoi les gains de la taxe doivent servir de subsides pour les fruits et légumes et pour des campagnes promouvant une alimentation saine et s’adressant aux groupes qui en ont le plus besoin. »


« Tout cela doit s’inscrire dans le cadre d’un plan de prévention global qui doit  s’attaquer à cette problématique en profondeur. Il ne s’agit donc pas de traiter un symptôme en instaurant une taxe à la va-vite et dont les gains serviront ensuite à tout autre chose », ajoute Devisch.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Colruyt lance sa box repas

18/10/2017

Colruyt lance un colis repas pour ménages avec enfants, avec tous les ingrédients nécessaires à la préparation de trois repas. Pas besoin d’abonnement pour commander sa box repas qui sera disponible dès le lendemain.

63 emplois menacés chez Coca-Cola Belgique

18/10/2017

Coca-Cola Belgique a l’intention de supprimer 63 des 2.200 emplois au total. Le fabricant de boissons rafraîchissantes s’entretiendra avec les syndicats, afin d’éviter autant que possible les licenciements secs.

Ferrero et Unilever s’associent pour la fabrication de glaces Kinder

17/10/2017

L’italien Ferrero a conclu un accord de collaboration avec Unilever pour la création de glaces Kinder. Unilever, qui produit notamment la marque Magnum, bénéficie déjà d’une riche expérience sur ce marché.

Nouveau CFO pour Carrefour

17/10/2017

L’enseigne française Carrefour a désigné un nouveau CFO. Pierre-Jean Sivignon quitte l’entreprise pour des raisons personnelles et sera remplacé par Matthieu Malige, qui auparavant occupait la même fonction chez Fnac Darty.

AB InBev : accord social concernant la nouvelle CCT

17/10/2017

Fin des troubles dans les brasseries  d’AB InBev à Louvain, Jupille et Hoegaarden : les syndicats et la direction sont parvenus à un accord concernant une partie de la nouvelle convention collective de travail.

Danone : croissance grâce aux hausses de prix

17/10/2017

Durant le troisième trimestre le chiffre d’affaire de Danone a augmenté de 16,6% à 6,454 milliards d’euros. Cette progression est attribuable avant tout à la reprise de WhiteWave, car sur base comparable la croissance s’est limitée à 4,7%.

Back to top