Unilever : bénéfice en hausse de 5%, mais chiffre d’affaires en baisse | RetailDetail

Unilever : bénéfice en hausse de 5%, mais chiffre d’affaires en baisse

Unilever : bénéfice en hausse de 5%, mais chiffre d’affaires en baisse

En 2014 les ventes de la multinationale anglo-néerlandaise Unilever se sont avérées inférieures aux attentes des analystes, avec un ralentissement surtout au quatrième trimestre. En revanche le bénéfice affiche une belle progression.

Chiffre d’affaires de 48,4 milliards d’euros

Sur base comparable, donc hors effets de changes, cessions et acquisitions, Unilever a vu ses ventes progresser de 2,9% en 2014 (dont 1% en volume et 1,9% suite aux hausses de prix). Ces résultats sont néanmoins inférieurs aux attentes des analystes qui tablaient sur 3,1%. En raison de la force de l’euro, le chiffre d’affaires annuel après conversion des revenus en devises étrangères s’établit à 48,4 milliards d’euros, soit une baisse de 2,7% par rapport à 2013.


Le quatrième trimestre surtout a été décevant : la croissance du chiffre d’affaires s’est limitée à 2,1%, alors que les analystes tablaient sur 2,6%. De plus cette croissance est attribuable uniquement aux augmentation de prix (+2,5%), car en volume le groupe affiche une baisse de 0,4%.


Dans les marchés émergents la croissance du chiffre d’affaires s’est affaiblie et se limite à 5,7%, alors que les revenus en Europe et en Amérique du Nord reculent de 0,8%.


Néanmoins le géant des produits de grande consommation progresse dans trois de ses quatre divisions : Personal Care (shampooing, déodorant, produits de douche), Refreshment (glaces et boissons), et Home Care (soins, produits de lessive, savon). Dans la division Foods (sauces, beurre, margarine) le chiffre d’affaires est en légère baisse, notamment en raison d’une moindre demande de margarine.


Pas d’amélioration en vue pour 2015

Malgré ces ventes décevantes, le bénéfice net s’est avéré nettement plus élevé que prévu, « grâce à une bonne maîtrise des coûts ». En 2014 Unilever a réalisé un bénéfice de 5,5 milliards d’euros, soit une hausse de 5% par rapport à 2013 et un demi-milliard de plus par rapport aux attentes des analystes.


Pourtant le CEO Paul Polman ne s’attend pas à une amélioration dans l’immédiat. Durant les premiers de 2015 il prévoit que « les résultats resteront faibles ».

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


La cherté de l’alimentation pousse le consommateur au-delà de la frontière

20/06/2018

Tandis que l’exportation de produits alimentaires belges est en plein boom, la consommation sur le marché intérieur est en baisse vu l’augmentation des prix. Une tendance inquiétante, estime l’industrie : le gouvernement doit intervenir.

Les fans de bière aventureux mettent les petits brasseurs au défi

20/06/2018

La consommation mondiale de ‘craft beer’ continue son ascension, mais pour les amateurs de bières spéciales artisanales la fidélité à la marque est une notion toute relative. De quoi mettre les producteurs au défi.

Albert Frère goûte aux fricandelles Vanreusel

20/06/2018

Ergon, un fonds d’investissement qui fait partie du holding GBL, a pris une participation dans Beltaste, l’entreprise derrière le fabricant de fricandelles Vanreusel. Ce dernier recherchait un partenaire financier depuis un certain temps déjà.

Colruyt Group dépasse les attentes

19/06/2018

Grâce notamment à une fin d’année tonique, Colruyt Group est parvenu à augmenter sa part de marché durant l’exercice écoulé. Contre toute attente les marges se sont maintenues. Les activités en ligne aussi affichent de bonnes performances.

La marque de lait Joyvalle intégrée à Campina

19/06/2018

Le fabricant de produits laitiers FrieslandCampina veut se concentrer sur une marque de lait forte : Joyvalle sera désormais intégré sous le parapluie de Campina.

Un nouveau plan commercial pour réanimer Makro

18/06/2018

Grâce à une offre professionnelle et de grands emballages, Makro entend inciter plus de clients à acheter davantage. En outre, le service envers la clientèle locale sera amélioré. Mais le temps presse : fin 2019 le redressement devra être visible.