Unilever démarre l’année en beauté

Unilever démarre l’année en beauté

Excellent début d’année pour le groupe anglo-néerlandais de produits de grande consommation Unilever dont le chiffre d’affaires a augmenté de 12,3% à 12,8 milliards d’euros au 1er trimestre.

La division‘Home care’ affiche la plus forte croissance

Au cours de premier trimestre Unilever, propriétaire de marques telles que  Dove, Axe, Knorr, Lipton et Ben&Jerry's,  a réalisé un chiffre d’affaires de 12,8 milliards d’euros. Hors effets de change, acquisitions et cessions, les ventes du groupe ont progressé de 2,8%.


« Malgré des conditions difficiles persistantes, nous avons très bien démarré l’année, grâce notamment aux taux de change favorables, mais également grâce à l’amélioration de nos ventes sous-jacentes », commente le CEO Paul Polman.


La croissance sous-jacente s’établit à 2,8% : +0,9% en termes de volumes et 1,9% en termes de hausses de prix. La division ‘Home care’ avec un chiffre d’affaires de 2,5 milliards d’euros enregistre la plus forte croissance (+3,1%), suivie de la branche alimentaire (+2,9% à 3,2 milliards d’euros), l’hygiène personnelle (+2,7% à 4,8 milliards d’euros) et ‘refreshment (+2,5% à 2,3 milliards d’euros).


L’Europe reste à la traîne

Au niveau géographique, le marché européen continue d’enregistrer de faibles performances ( -0,4% à 3,1 milliards d’euros en sous-jacent) : bien que les volumes progressent, la déflation des prix joue les trouble-fête. Pour l’Europe Centrale et de l’Est, Unilever parle néanmoins « d’un début d’année encourageant ».


Alors que l’Amérique du Nord affiche une modeste croissance, l’Amérique du Sud par contre est en forte progression : l’Amérique du Nord et du Sud réunies ont réalisé un chiffre d’affaires de 4,2 milliards d’euros, soit une croissance de 4,9% sur base annuelle.


Dans le ‘reste du monde’ le groupe a enregistré un chiffre d’affaires de 5,5 milliards d’euros (+3,3%), avec des performance mitigées dans les marchés émergents (+5,4%) : l’Inde progresse, la Chine stagne, tandis que le Brésil et la Russie reculent.

 

Tags: