Unilever et Nestlé investissent dans la technologie blockchain

Unilever et Nestlé investissent dans la technologie blockchain
Shutterstock

Avec l’aide de l’entreprise américaine IBM, les entreprises alimentaires Unilever et Nestlé vont intégrer la technologie blockchain dans leur fonctionnement.  Elles souhaitent ainsi encore mieux contrôler la chaîne logistique.

La transparence

Des entreprises comme Unilever et Nestlé souhaitent surtout utiliser la technologie ‘blockchain’ pour pouvoir suivre le trajet complet parcouru par leurs produits.  Grâce à cette technologie, une base de donnée fiable est créée permettant aux produits d’être suivi du début jusqu’en bout de chaîne.


 « Blockchain aide les entreprises du même secteur à développer ensemble une forme de contrôle et de confiance », précise Marie Weck, directrice chez IBM Blockchain.  Par exemple, lors de la récente crise du fipronil, cette technologie aurait facilité et accéléré la recherche des produits contaminés et ceux qui ne l’étaient pas.  Chaque produit est répertorié sous un seul et même code du début jusqu’en bout de chaîne.  A chaque étape de la chaîne, le code est complété par une information supplémentaire.  C’est pratique et automatique.  Chaque personne intermédiaire peut lire cette information, ce qui permet de déceler certains problèmes plus rapidement.  De plus, il est impossible de changer quoi que ce soit tout au long de la chaîne, ce qui rend toute fraude quasi impossible.  La transparence est donc le principal avantage de la technologie blockchain.


Unilever et Nestlé ne sont pas les seuls à avoir l’intention de faire usage de cette technologie.  Dole, Walmart et Driscoll’s vont également utiliser la technologie blockchain.  De plus, cette technologie est évidemment connue pour son lien avec les bitcoins.
 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

Quelles sont les conséquences de la nouvelle pyramide alimentaire pour l’industrie ?

19/09/2017

Le ‘Vlaams Instituut Gezond Leven’ a présenté une nouvelle pyramide alimentaire, qui correspond mieux aux idées actuelles en matière de nourriture saine. Toutefois l’industrie alimentaire craint des conséquences négatives.

Chute de l’action Heineken après le désengagement partiel des Mexicains

19/09/2017

Le mexicain Fomento Economico Mexicano (Femsa), qui détenait 15% des actions de Heineken, a vendu pour 2,5 milliards d’actions du groupe brassicole néerlandais. D’emblée le cours de l’action a chuté à la bourse.

Le supermarché indépendant n’entend pas rater le train de l’e-commerce

18/09/2017

Dans les conversations à propos du futur de la distribution alimentaire, le mot d’e-commerce conserve quelque chose de magique. Les exploitants indépendants ont-ils franchi le pas ? Si non, qu’attendent-ils ? 

Carrefour ouvre 15 nouveaux drives

18/09/2017

Le 29 septembre, la chaîne de supermarchés Carrefour va ouvrir trois nouveaux points de livraison drive.be, ce qui porte le total à quinze nouveaux ‘drives’ ce mois-ci.  Depuis le début de l’année, 72 points d’enlèvement ont déjà vu le jour.

La plate-forme de bières Beerwulf.com disponible en Belgique

18/09/2017

Beerwulf, la plate-forme en ligne de bières spéciales, est maintenant disponible en Belgique.  Le site internet offre une page unique à chacun des 150 brasseurs affiliés.  Celle-ci leur permet de proposer leurs bières à un public plus large.

Aldi Nord va centraliser l’achat des marques A

15/09/2017

Aldi Nord, la branche de l’entreprise active en Belgique et aux Pays-Bas, souhaite centraliser l’achat des marques A.  Elle veut ainsi proposer une offre semblable dans tous les pays et imposer des prix compétitifs grâce à la grandeur d’échelle.

Back to top