Vande Lanotte veut protéger les pralines belges | RetailDetail

Vande Lanotte veut protéger les pralines belges

Vande Lanotte veut protéger les pralines belges

Le ministre de l’économie Johan Vande Lanotte souhaite protéger le label de qualité ‘Belgian Chocolates’ et combattre ainsi  la contrefaçon.  En effet le secteur des chocolatiers doit souvent faire face à la concurrence étrangère qui abuse du label de qualité belge.

« Tout comme le champagne »

« Certains fabricants de pralines canadiens et chinois n’ont aucun scrupule à mettre notre nom sur leurs boîtes », dénonce le secteur des chocolatiers belges. Leurs plaintes semblent à présent avoir été entendues par Johan Vande Lanotte (SP.A). Cette semaine le ministre de l’économie visitait la chocolaterie Pralibel en Flandre-Occidentale. L’entreprise fabrique des pralines dans le segment moyen de gamme et exporte 80% de sa production.


« Certaines entreprises étrangères n’hésitent pas à fabriquer des variantes bon marché de moindre qualité, tout en affichant le label Belgian Chocolates », affirme Paul Sulmon directeur de Pralibel. « L’appellation ‘Belgian Chocolates n’est pas protégée, par conséquent un Indien par exemple peut très bien vendre des pralines en faisant croire qu’il s’agit de chocolat belge. La vente de produits de mauvaise qualité sous le même label est très néfaste pour nos produits belges haut de gamme. Le label ‘Belgian Chocolates’ devrait être protégé au même titre que le champagne. »


Protection européenne

Selon Guy Gallat, secrétaire général de la fédération sectorielle Choprabisco,  la contrefaçon est de plus en plus courante : « Surtout dans les pays asiatiques, avec la Chine en tête. Mais au Canada par exemple nous avons également  trouvé des soi-disant  Belgian Chocolates, sans qu’il y ait le moindre lien avec la Belgique. »


Choprabisco tente de contrecarrer ces abus, malheureusement pas toujours avec succès, « car nous n’avons pas de moyens de pression. Intenter un procès contre une entreprise si loin en Chine n’est pas chose évidente. »


Le secteur revendique depuis longtemps une mesure européenne : « A présent les choses commencent à bouger au niveau européen. Avec l’aide  de Vande Lanotte, nous pourrions obtenir plus rapidement un nouveau label de qualité européen. » Le ministre a d’ores et déjà promis son soutien aux chocolatiers belges,  tout en leur demandant de ne pas nourrir de trop hautes espérances, car l’octroi d’une telle protection est assez complexe.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


HelloFresh augmente ses investissements au détriment du bénéfice

14/08/2018

Malgré la promesse d'un bénéfice pour la fin de l'année, le livreur de box repas HelloFresh opte finalement pour de nouveaux investissements. Après un solide 2ème trimestre, l'entreprise mise sur la croissance aux Etats-Unis.

Le shopping sans caisse également disponible chez OKay

13/08/2018

Après les magasins Spar de Colruyt Group, l'enseigne OKay (Compact) adopte à son tour le shopping sans caisse. Avec l'app ‘Scan. Pay. Go.’ les clients n'ont plus besoin de faire la file à la caisse.

AB InBev veut enivrer l'Afrique

09/08/2018

Pour AB InBev l'Afrique est le marché de l'avenir. Le brasseur nourrit de hautes ambitions sur le continent : la prospérité et la population, qui de plus en plus appricie la bière, y augmentent rapidement.

Lidl met des voitures à disposition des shoppers

08/08/2018

"Votre propre voiture pour faire vos courses", voilà comment Lidl présente son nouveau service d'autopartage sur les parkings de ses supermarchés. Pour ce projet le discounter collabore avec Mazda Carsharing.

Ahold Delhaize : CA en baisse, bénéfice en hausse

08/08/2018

Alors qu'aux USA le CA d'Ahold Delhaize est sous pression, Delhaize Belgique confirme la tendance positive déjà perceptible au 1er trimestre, grâce aux 'légumes magiques'. Sur le plan online le groupe est sur la bonne voie.

Chez Walmart des robots préparent les commandes

07/08/2018

Le géant américain de la grande distribution Walmart teste des robots capables de préparer les commandes en ligne : ils collectent les produits secs, réfrigérés et surgelés dans l'entrepôt, tandis que le personnel se charge de choisir les produits frais.