Vande Lanotte veut protéger les pralines belges

Vande Lanotte veut protéger les pralines belges

Le ministre de l’économie Johan Vande Lanotte souhaite protéger le label de qualité ‘Belgian Chocolates’ et combattre ainsi  la contrefaçon.  En effet le secteur des chocolatiers doit souvent faire face à la concurrence étrangère qui abuse du label de qualité belge.

« Tout comme le champagne »

« Certains fabricants de pralines canadiens et chinois n’ont aucun scrupule à mettre notre nom sur leurs boîtes », dénonce le secteur des chocolatiers belges. Leurs plaintes semblent à présent avoir été entendues par Johan Vande Lanotte (SP.A). Cette semaine le ministre de l’économie visitait la chocolaterie Pralibel en Flandre-Occidentale. L’entreprise fabrique des pralines dans le segment moyen de gamme et exporte 80% de sa production.


« Certaines entreprises étrangères n’hésitent pas à fabriquer des variantes bon marché de moindre qualité, tout en affichant le label Belgian Chocolates », affirme Paul Sulmon directeur de Pralibel. « L’appellation ‘Belgian Chocolates n’est pas protégée, par conséquent un Indien par exemple peut très bien vendre des pralines en faisant croire qu’il s’agit de chocolat belge. La vente de produits de mauvaise qualité sous le même label est très néfaste pour nos produits belges haut de gamme. Le label ‘Belgian Chocolates’ devrait être protégé au même titre que le champagne. »


Protection européenne

Selon Guy Gallat, secrétaire général de la fédération sectorielle Choprabisco,  la contrefaçon est de plus en plus courante : « Surtout dans les pays asiatiques, avec la Chine en tête. Mais au Canada par exemple nous avons également  trouvé des soi-disant  Belgian Chocolates, sans qu’il y ait le moindre lien avec la Belgique. »


Choprabisco tente de contrecarrer ces abus, malheureusement pas toujours avec succès, « car nous n’avons pas de moyens de pression. Intenter un procès contre une entreprise si loin en Chine n’est pas chose évidente. »


Le secteur revendique depuis longtemps une mesure européenne : « A présent les choses commencent à bouger au niveau européen. Avec l’aide  de Vande Lanotte, nous pourrions obtenir plus rapidement un nouveau label de qualité européen. » Le ministre a d’ores et déjà promis son soutien aux chocolatiers belges,  tout en leur demandant de ne pas nourrir de trop hautes espérances, car l’octroi d’une telle protection est assez complexe.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Il y a pire encore

20/10/2017

Travailler dans le secteur FMCG n’est pas une partie de plaisir. Rares sont ceux qui ont le sourire, la plupart souffrent en silence. La preuve dans la rubrique hebdomadaire ironique de RetailDetail Food, truffée cette fois de conseils  utiles.

Metro : légère croissance en 2016/2017

20/10/2017

Selon un rapport provisoire, le chiffre d’affaires de l’allemand Metro a progressé de 1,6% durant l’exercice comptable  2016/2017. Sur base comparable il est également question d’une croissance, bien que minime. Metro se dit satisfait.

Le mauvais temps affecte les ventes de glace d’Unilever

19/10/2017

Durant le trimestre écoulé le géant anglo-néerlandais des produits de grande consommation Unilever a vu ses ventes de glace chuter de 6,7% en Europe. En cause : la météo défavorable durant l’été.

Danone modifie la structure de son management

19/10/2017

Le géant français des produits laitiers Danone a décidé de modifier la structure de son management. Désormais l’actuel directeur général Emmanuel Faber combinera sa fonction avec celle de président du conseil d’administration.

Troisième trimestre difficile pour Carrefour

18/10/2017

Les résultats trimestriels publiés par Carrefour ce mercredi soir illustrent les grands défis à relever par le nouveau CEO et son équipe, et ce principalement en Europe de l’Ouest. En Belgique aussi le chiffre d’affaires comparable est en recul.

Delhaize lance un potager urbain

18/10/2017

Désormais les clients du Delhaize Boondael à Ixelles pourront acheter des légumes fraîchement récoltés sur le toit du supermarché. Ce potager urbain n’est pas un coup publicitaire, mais s’inscrit dans la stratégie de durabilité de l’enseigne au lion.

Back to top